Animaux et lieux fantastiques dans les musées italiens: Calabre


Nouvelle étape dans notre voyage à travers les musées italiens à la découverte des animaux et des créatures fantastiques: voici ce que nous avons trouvé en Calabre.

La Calabre est la treizième étape du voyage parmi les animaux fantastiques des musées italiens: de Reggio Calabria à Kaulon, de Vibo Valentia à Cosenza, il y a des sirènes, des dragons, des sphinx, des monstres marins et bien d’autres choses encore. Le projet est mené par Finestre sull’Arte en collaboration avec le ministère de la Culture et vise à faire découvrir au public les musées italiens, des lieux sûrs et adaptés à tous, d’un point de vue différent et en découvrant des chemins inhabituels. Voici les créatures fantastiques que nous avons trouvées en Calabre !

1. Le sphinx de Rosarno

Selon la mythologie grecque, le sphinx était un animal ayant la tête et la poitrine d’une femme, le corps d’un chien, les ailes d’un aigle, les pattes d’un lion et la queue d’un serpent: il se tenait sur une falaise le long de la route de Thèbes et posait une énigme aux voyageurs qui passaient par là, et s’ils n’étaient pas capables de donner la bonne réponse, ils étaient dévorés. C’est le héros Œdipe qui répondit correctement, et le sphinx, vaincu, se jeta du haut de la falaise. Au musée archéologique de Medma-Rosarno, le sphinx est représenté sur une “arulae”, un petit autel en terre cuite décoré en relief, qui représentait généralement des scènes mythologiques. Les arulae peuvent être datées entre la fin du Ve et la première moitié du IVe siècle av. J.-C. et ont été trouvées dans des sanctuaires mineurs, ceux où il n’y avait pas d’autels monumentaux: il s’agissait, par exemple, de sanctuaires de petites communautés ou de sanctuaires situés dans des nécropoles. Il est toutefois possible que les arulae soient également des offrandes votives offertes aux divinités. Dans ce cas, l’arula du musée de Medma-Rosarno présente un sphinx entre deux colonnes ioniques et provient d’une nécropole. Elle est arrivée au musée en 1986, offerte par le professeur Giovanni Gangemi, instituteur et grand amateur de l’archéologie de Medma, au point d’être nommé en 1991 inspecteur honoraire de la Surintendance de Calabre.

Art médiéen, Arula avec sphinx (IVe-Ve siècle av. J.-C. ; terre cuite ; Rosarno, Musée archéologique de Medma-Rosarno)
Art
médinois
, Arula avec sphinx (IVe-Ve siècle av. J.-C. ; terre cuite ; Rosarno, Musée archéologique de Medma-Rosarno)

2. La gorgone sur l’épaule du musée archéologique de l’ancienne Kaulon

Les gorgones, selon la mythologie grecque, étaient trois sœurs (Steno, Euryale et la plus célèbre Méduse) qui avaient des serpents à la place des cheveux et étaient capables de pétrifier quiconque les regardait de leur regard. Cet objet conservé au musée archéologique de l’ancienne Kaulon est très particulier: il s’agit de l’une des rares bretelles trouvées en Grande-Grèce, ornée du protome (élément décoratif constitué de la tête seule) d’une gorgone, décrite avec des yeux en amande, une bouche ouverte et des cheveux en mèches bouclées pour évoquer les serpents. La bandoulière était un élément de l’armure d’un hoplite (les hoplites étaient les soldats d’infanterie lourde des armées de la Grèce antique), et était placée entre le deltoïde et l’humérus pour protéger cette partie délicate du corps. L’objet a été trouvé en guise d’offrande votive près de l’ancienne Kaulon, date du dernier quart du VIe siècle avant J.-C. et constitue un témoignage intéressant de l’art toreutique antique, c’est-à-dire du travail des métaux.

Art magno-grec, Bandoulière avec gorgone (VIe siècle av. J.-C. ; bronze ; Monasterace, musée et parc archéologique de l'ancienne Kaulon)
Art de la Grande Grèce, Bandoulière avec gorgone (VIe siècle av. J.-C. ; bronze ; Monasterace, Musée et Parc archéologique de l’ancienne Kaulon)

3. Les dragons de l’ancienne Kaulon

Le musée et le parc archéologique de l’ancien Kaulon abritent deux dragons, tous deux en mosaïque. L’un d’entre eux a été découvert en 2012 par la Surintendance archéologique de Calabre dans le cadre d’activités de recherche sur le site de Kaulon, une colonie de la Grande Grèce fondée près de Punta Stilo, non loin de l’actuel Monasterace. La mosaïque, qui représente un dragon et un dauphin, couvre une surface d’environ 30 mètres carrés et est considérée comme l’une des plus importantes et des plus anciennes (datant du 4e-3e siècle av. J.-C.) trouvées dans la région de l’ancienne Grande Grèce. Habituellement, les sols des thermes étaient décorés de mosaïques représentant des créatures marines, y compris des monstres comme le dragon de mer en question, pour rappeler l’élément de l’eau. L’autre mosaïque, représentant un dragon de mer semblable à celui du bâtiment des thermes (c’est-à-dire au corps long et sinueux, apte à la nage, avec des nageoires et une queue ressemblant à celle d’un poisson), décorait une pièce (l’entrée de la salle à manger) de la “maison du dragon” (nommée d’après la mosaïque), et date de la seconde moitié du IIIe siècle avant notre ère.J.-C.: longtemps exposée au Musée archéologique national de Reggio de Calabre, elle est aujourd’hui peut-être l’œuvre la plus connue du Musée archéologique de l’ancienne Kaulon.

Art gréco-magnétique, dragon (seconde moitié du IIIe siècle av. J.-C. ; mosaïque ; monastère, musée et parc archéologique de l'ancienne Kaulon)
Art de la Grande Grèce, dragon (seconde moitié du IIIe siècle av. J.-C. ; mosaïque ; Monasterace, musée et parc archéologique de l’ancienne Kaulon)

4. Les chevaux ailés du pinax avec le viol de Perséphone au musée archéologique national de Reggio de Calabre.

Il s’agit d’un pinax (pluriel pinakes), littéralement “image”, une tablette votive qui pouvait être en bois peint, en terre cuite, en marbre ou en bronze et qui, dans la Grèce antique, était accrochée aux murs des sanctuaires ou des arbres sacrés. Les musées italiens conservent peu de pinakes, la plupart d’entre eux se trouvant dans les musées de Grande Grèce, comme le musée archéologique national de Reggio de Calabre: Ils représentent généralement des scènes mythologiques, et l’institution de Reggio Calabria en conserve un qui illustre l’enlèvement de Perséphone, la fille de Déméter, déesse des moissons et des récoltes, par Hadès, le dieu des enfers, qui était tombé amoureux d’elle et l’avait emmenée avec lui dans les enfers pour qu’elle s’y réfugie et s’en retire. avec lui dans les enfers pour en faire sa fiancée (selon le mythe, Perséphone passait six mois dans les enfers, correspondant à l’automne et à l’hiver sur terre, et pendant les six autres mois elle revenait sur terre, qui refleurissait au printemps et à l’été). Cette histoire était souvent représentée sur des pinax, car les colonies grecques du sud de l’Italie étaient très attachées au culte de Déméter: les animaux fantastiques, dans ce cas, sont les chevaux ailés d’Hadès, qui conduisent le char dans lequel le seigneur des enfers se rend sur terre pour enlever Perséphone (représentée regardant Hadès dans les yeux, face à lui) et l’emmener avec lui dans son royaume. Le pinax en question provient de l’ancienne Locri, qui était l’une des villes les plus importantes de la Grande-Grèce.

Art gréco-magnétique, viol de Perséphone (Ve siècle av. J.-C. ; terre cuite peinte ; Reggio Calabria, Musée archéologique national)
Art gréco-magnétique, viol de Perséphone (Ve siècle av. J.-C. ; terre cuite peinte ; Reggio Calabria, musée archéologique national)

5. La sirène alabastron du Musée archéologique national de Reggio de Calabre

Les sirènes de la mythologie grecque n’étaient pas les belles créatures mi-femme, mi-poisson que nous avons tous à l’esprit: cette iconographie ne s’est répandue qu’au IXe siècle. Dans l’Antiquité, les sirènes avaient un visage de femme et un corps d’oiseau, et elles fascinaient non pas tant pour leur aspect physique, car il s’agissait de créatures considérées comme monstrueuses, que pour leur douce voix capable d’entonner des mélodies qui enchantaient les marins (l’épisode d’Ulysse dans l’Odyssée est célèbre lorsqu’il se fait attacher au mât du navire pour écouter les sirènes). La sirène du musée archéologique national de Reggio de Calabre ne fait pas exception: elle est représentée sur un alabastron, un vase qui servait à conserver l’huile, les parfums, les onguents, les baumes et qui avait une forme très allongée et était généralement en albâtre (d’où son nom). Celui qui se trouve au musée de Reggio est un exemplaire assez ancien, datant du VIe siècle avant J.-C. et provenant du sanctuaire de Scrimbia.

Art gréco-magnétique, Alabastron avec sirène (VIe siècle av. J.-C. ; albâtre ; Reggio Calabria, Musée archéologique national)
Art de la Grande Grèce, Alabastron avec sirène (VIe siècle av. J.-C. ; albâtre ; Reggio Calabria, Musée archéologique national)

6. Acheloo dans l’arula du Musée archéologique national de Reggio de Calabre

L’arula décorée de l’épisode d’Héraclès et d’Achéloos, conservée au Musée archéologique national de Reggio de Calabre, est intéressante. Héraclès, le demi-dieu héroïque à la force prodigieuse, est représenté nu, à genoux, essayant de freiner l’élan de l’attaque d’Achéloos: ce dernier était un dieu fluvial, fils d’Océan, et s’était transformé en taureau à visage humain. Lors du combat avec Hercule, Achéloos se transforma d’abord en serpent, puis en taureau (comme on le voit dans l’arula de Reggio Calabria), puis en dragon et enfin en homme à tête de bœuf. Héraclès engagea un combat avec lui parce qu’Acheloos s’opposait à son mariage avec Déjanire: se voyant vaincu après la dernière transformation, Héraclès lui arracha une corne, le dieu du fleuve consentit au mariage, à condition toutefois qu’il récupère la corne, que Héraclès lui rendit avec une corne de la chèvre Amalthée, d’où naquit la fameuse corne d’abondance. Toujours selon le mythe, les sirènes sont nées des gouttes de sang qu’Acheloos a perdues au cours du combat. À l’origine, la scène représentée sur cette arula était colorée: de minuscules traces de la coloration originale sont conservées sur le corps, la barbe et les cheveux d’Héraclès.

Magna Graecia, Héraclès et Acheloos (470-460 av. J.-C. ; terre cuite ; Reggio Calabria, Musée archéologique national)
Art gréco-magnétique, Héraclès et Achéloos (470-460 av. J.-C. ; terre cuite ; Reggio Calabria, Musée archéologique national)

7. La sirèneAskos au musée national de Crotone

En ce qui concerne les sirènes, pour comprendre comment les Grecs les voyaient, l’un des exemples les plus beaux et les mieux conservés est peut-être l’askos en forme de sirène provenant de la nécropole des Murgie di Stringoli (l’ancienne Petelia) et aujourd’hui conservé au Musée national de Crotone. L’askos était un petit vase qui contenait principalement de l’huile et servait à alimenter les lampes et les lampes à huile. La particularité de l’askos réside dans le fait qu’il était souvent réalisé sous la forme d’un animal: on en a trouvé de nombreux à Crotone, et celui qui représente une sirène et qui se trouve au musée national est l’un des plus beaux et des plus beaux de toute la Grande-Grèce. Comme l’askos en question provient d’un contexte funéraire, l’âme du défunt est également représentée sur la partie de l’anse: selon la mythologie grecque, en effet, les sirènes, avec leur chant mélodieux, consolaient les âmes des morts et les accompagnaient dans l’au-delà.

Art gréco-magnétique, Askos avec sirène (Ve siècle av. J.-C. ; bronze ; Crotone, Musée archéologique national)
Art gréco-magnétique, Askos avec sirène (Ve siècle av. J.-C. ; bronze ; Crotone, Musée archéologique national)

8. Sirène tenant une colombe au musée archéologique de Vibo Valentia

Ce vase, conservé sous forme de fragments, représente une sirène tenant une colombe: une image qui n’est pas rare parmi les découvertes en Calabre et qui est liée à des rites funéraires. Dans ce cas, étant donné que le culte d’Aphrodite, la déesse de la beauté, était particulièrement répandu à Locri, la sirène offre une colombe, oiseau sacré de la divinité, dans ce qui était probablement un ex-voto destiné précisément à Aphrodite. Dans l’Antiquité classique, les ex-voto pouvaient être non seulement des images “pour elles-mêmes”, pour ainsi dire, mais aussi des objets d’usage quotidien, comme dans le cas de la sirène Vibo Valentia, qui n’était rien d’autre qu’un vase configuré avec cette image. L’œuvre date du VIe siècle avant J.-C. et est réalisée en terre cuite.

Art gréco-magnétique, Sirène offrant une colombe (VIe siècle av. J.-C. ; terre cuite ; Vibo Valentia, Musée archéologique national)
Art de la Grande Grèce, Sirène offrant une colombe (VIe siècle av. J.-C. ; terre cuite ; Vibo Valentia, Musée archéologique national)

9. Le pêcheur de Neptune d’Alberto Savinio de la Galerie nationale de Cosenza

Alberto Savinio, frère de Giorgio De Chirico (il a choisi de changer de nom de famille précisément pour ne pas être confondu avec son frère), est l’un des artistes italiens les plus originaux et les plus novateurs du début du XXe siècle, le plus “surréaliste” des artistes métaphysiques. Son Neptune pêcheur, conservé à la Galerie nationale de Cosenza, en est une bonne illustration: le dieu de la mer y est ironiquement décrit comme un homme trapu à tête de poisson, tirant un filet dans lequel se trouve ce qu’il vient d’attraper. Savinio lui-même parle de cette œuvre, probablement peinte en 1932 après son séjour à Paris, dans le récit Walde Mare de 1943: “Les après-midi d’été, quand le soleil se couchait à l’horizon et que les ombres sur la terre s’allongeaient de plus en plus [...] Neptune débarquait sur la jetée et allait s’asseoir au Caffè Lubiè pour profiter de l’air frais. Il aimait les lucùm qui, dans leur grande variété et sous leur poudrage de sucre, ont toutes les couleurs de l’iris, et certains bonbons ronds, peints au chocolat [...M. Lubié, propriétaire de l’établissement, aurait volontiers renoncé à l’honneur de découvrir un dieu parmi ses clients, et aurait été heureux que Neptune se déplace de temps en temps, lui et son trident, au café voisin de Tombasi, tenu par son ennemi et rival Pelopida Zanakakis”. Ainsi, avec un décalage typique de l’art d’Alberto Savinio, le puissant dieu de la mer devient un humble pêcheur qui revient de son travail et fait une pause au café, coiffé d’une tête de poisson pour sanctionner l’identification complète du personnage à l’élément qui lui est associé.

Alberto Savinio, Pêcheur de Neptune (1932 ; tempera, fusain et pastels sur toile, 61,5 x 49 cm ; Cosenza, Galleria Nazionale)
Alberto Savinio, Neptune le pêcheur (1932 ; tempera, fusain et pastels sur toile, 61,5 x 49 cm ; Cosenza, Galleria Nazionale)

10. Le Laocoon de Pietro Bernini à la Pinacoteca Civica de Reggio Calabria

Tout le monde ne sait peut-être pas que le père de Gian Lorenzo Bernini (le grand sculpteur baroque qui a réalisé la fontaine des fleuves, l’Apollon et Daphné de la galerie Borghèse et de nombreux autres groupes sculptés importants du XVIIe siècle), Pietro Bernini, était lui-même un sculpteur intéressant et original. Le Laocoon de la Pinacoteca Civica de Reggio Calabria, qui reproduit le célèbre groupe trouvé en 1506 sur la colline de l’Esquilin à Rome et aujourd’hui conservé aux Musées du Vatican, en témoigne également. Selon le mythe, Laocoon était un prêtre troyen qui avait conseillé à ses concitoyens de ne pas accepter le cheval qu’ils avaient reçu en cadeau des Grecs (c’est lui qui prononça la célèbre phrase “Timeo Danaos et dona ferentes”, c’est-à-dire “Je crains les Grecs même lorsqu’ils apportent des cadeaux”): En réponse, la déesse Athéna, qui protégeait l’armée achéenne, fit surgir de la mer deux monstrueux serpents de mer, Porcete et Caribea, qui enchevêtrèrent Laocoon et ses fils et les entraînèrent dans la mer. Le Laocoon du musée de Reggio de Calabre a été attribué au Bernin en raison de la douceur des visages, qui rappelle certaines réalisations antérieures, et de la manière dont les serpents de mer sont réalisés, qui s’enroulent autour des corps et des fils de Laocoon avec un grand naturel.

Pietro Bernini, Laocoon (XVIe siècle ; marbre, 110 x 120 cm ; Reggio Calabria, Pinacoteca Civica)
Pietro Bernini, Laocoon (XVIe siècle ; marbre, 110 x 120 cm ; Reggio Calabria, Pinacoteca Civica)

Animaux et lieux fantastiques dans les musées italiens: Calabre
Animaux et lieux fantastiques dans les musées italiens: Calabre


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.