Conero, à voir: itinéraire en 10 étapes


Que voir sur la Riviera du Conero: un itinéraire en 10 étapes de villages et d'art.

Le Conero est un coin incontournable des Marches et de l’Italie centrale où la force des éléments et la créativité de l’homme ont façonné un environnement unique. Des eaux cristallines, des plages entourées par les contours sinueux du promontoire, puis des villes, des villages et des hameaux ciselés au fil des siècles par l’habileté des artistes et des artisans. Il y a tant de choses à voir lors d’un séjour dans le Conero. Ancône, tout d’abord, la capitale, est un joyau d’art et d’architecture qui, avec ses églises, ses palais et ses musées, ne cessera de vous étonner. Recanati n’est pas en reste, avec sa riche histoire et ses rappels constants de son citoyen le plus illustre, Giacomo Leopardi, et les nombreux lieux de villégiature comme Sirolo et Numana. Mais le Conero, avec son parc régional, est aussi l’endroit idéal pour renouer avec la nature en s’adonnant à de longues promenades le long de sentiers surplombant la mer et en s’immergeant dans un environnement riche d’une grande biodiversité. Voici 10 étapes à ne pas manquer lors de votre voyage dans le Conero.

1. Sirolo

Un ancien village médiéval surplombant la mer et entouré d’une nature luxuriante. Ce n’est pas un hasard si certains appellent Sirolo “la perle de l’Adriatique”: il est difficile d’imaginer un village plus évocateur que celui-ci, avec ses belles plages et ses ruelles romantiques qui serpentent entre les maisons, les églises et les anciens palais. Mais Sirolo n’est pas seulement l’un des lieux de villégiature les plus renommés du Conero, il conserve aussi les traces d’un passé important. Toute la région de Sirolo est riche en fouilles archéologiques, à tel point que l’on y trouve l’une des plus grandes nécropoles du Picenum, dans la zone dite des “Pins”, mais aussi les églises de San Nicola et de San Pietro, qui méritent une visite. Enfin, après tant de culture, il est impensable de quitter Sirolo sans s’être baigné sur sa plage la plus célèbre: celle des Deux Sœurs, devant laquelle se détachent les grandes piles blanches.

Sirolo
Sirolo. Photo d’Alessandro Vecchi

2. Recanati

Dire Recanati, c’est penser à Giacomo Leopardi. Dans cette splendide ville délimitée par des murs du XIIIe siècle, les références à l’œuvre du grand poète sont omniprésentes, et les reconnaître, c’est faire un voyage dans le temps pour retrouver quelques-uns des jalons de la littérature italienne. Il y a tout d’abord le mont Thabor, la colline de l’infini, et les vestiges de l’ancienne tour de Sant’Agostino qui a inspiré le Moineau solitaire, mais aussi le palais Leopardi avec son extraordinaire bibliothèque et bien d’autres lieux qui témoignent du génie du plus illustre des Recanatese de tous les temps. Mais Recanati a bien d’autres choses à offrir à ses visiteurs, notamment les plages et la splendide promenade maritime de Porto Recanati, ainsi que les nombreuses merveilles conservées à l’extérieur et à l’intérieur de ses églises, de ses villas et de ses musées.

Recanati. Photo de Lorenzo Gaudenzi
Recanati. Photo de Lorenzo Gaudenzi

3. Le musée civique de la Villa Colloredo Mels à Recanati

Cette imposante et majestueuse villa mérite à elle seule une visite approfondie. La partie la plus ancienne est médiévale, tandis que le grand escalier est du XVIe siècle et que les peintures qui enrichissent les plafonds et les voûtes sont du XVIIIe siècle. La Villa Colloredo Mels abrite aujourd’hui le grand musée municipal, qui s’étend sur trois étages: au premier, une section est consacrée à Giacomo Leopardi, au deuxième, une galerie de photos, tandis que le rez-de-chaussée est consacré à l’archéologie. La section Leopardi contient des livres, des souvenirs et des œuvres d’art appartenant à la municipalité, mais c’est probablement la pinacothèque qui renferme les trésors les plus précieux, notamment quatre des œuvres les plus significatives de Lorenzo Lotto, l’un des auteurs les plus importants de la Renaissance italienne.

Le musée municipal de la Villa Colloredo Mels à Recanati
Le musée municipal de Villa Colloredo Mels à Recanati

4. La maison natale de Giacomo Leopardi à Recanati

Dans le centre historique de Recanati, la maison natale de Giacomo Leopardi est encore habitée par ses descendants, mais c’est aussi un musée et un lieu d’étude permanent sur la vie et l’œuvre du poète. À voir absolument: la grande bibliothèque où Giacomo faisait ses études, mais aussi les salles du palais et le jardin qui a inspiré nombre de ses œuvres, sans oublier les différentes salles d’exposition où sont présentés de nombreux vestiges, écrits et documents appartenant au poète. Il est également possible de vivre l’expérience unique d’un voyage virtuel dans les espaces de Giacomo Leopardi grâce à une projection de vidéocartographie sur plus de 60 mètres carrés.

La maison natale de Giacomo Leopardi à Recanati
Maison natale de Giacomo Leopardi à Recanati

5. Le Sanctuaire de la Sainte Maison de Lorette

À Porto Recanati, à quelques encablures de la mer, se trouve l’un des lieux les plus mystiques d’Italie. Le cœur du sanctuaire est la Sainte Maison, trois murs qui, selon la tradition, représentent la partie située devant la grotte de Nazareth où Marie est née, a vécu et a reçu l’Annonciation. La Sainte Maison est conservée à l’intérieur de l’imposante basilique, construite au tournant des XVe et XVIe siècles, et fait l’objet d’un pèlerinage de la part de nombreux fidèles venus des quatre coins du monde. De nombreuses œuvres d’art sont conservées à l’intérieur de la basilique et du palais apostolique, deux authentiques chefs-d’œuvre de l’architecture de la Renaissance. Ce dernier, en particulier, a été conçu par Donato Bramante, tandis que les travaux ont été dirigés par Sansovino, puis par Antonio da Sangallo le Jeune et, au XVIe siècle, par Giovanni Boccalini, pour être achevés par Luigi Vanvitelli.

Le sanctuaire de la Sainte Maison de Lorette
Le sanctuaire de la Sainte Maison de Lorette. Photo M. Roselli

6. La cathédrale d’Osimo

La cathédrale de San Leopardo domine la ville d’Osimo depuis l’un de ses points les plus élevés. Cet édifice imposant est dédié au premier évêque d’Osimo et se trouve à l’endroit où la première église a été érigée au VIIIe siècle sur les ruines d’une époque païenne. La cathédrale d’Osimo, en plus d’être l’un des symboles les plus immortalisés de ces lieux, a également une grande valeur spirituelle. Elle abrite non seulement les restes de Saint Leopardo, l’un des premiers martyrs chrétiens, mais aussi un crucifix en bois datant de l’an mille qui aurait été le protagoniste d’un miracle lorsque, en 1796, le Christ lui aurait ouvert les yeux.

La cathédrale d'Osimo
La cathédrale d’Osimo. Photo Osimo Turismo

7. La basilique de San Giuseppe da Copertino à Osimo

Connue dans la ville sous le nom d’église Saint-François, la basilique dédiée à Saint Joseph de Cupertino allie l’austère simplicité du plan romano-gothique d’origine, que l’on retrouve par exemple dans l’imposante façade extérieure, au goût plus baroque de son intérieur richement décoré de fresques datant de différentes époques. Depuis la sacristie, on peut également accéder aux chambres supérieures où le saint a passé les dernières années de sa vie entre l’étude et la prière, tandis qu’au-dessous de l’édifice se trouve la crypte où se trouve également l’ancien maître-autel de l’église.

La basilique Saint-Joseph de Cupertino à Osimo La
basilique Saint-Joseph de Cupertino à Osimo

8. Le musée civique d’Osimo

Situé à l’intérieur du Palazzo Campana, le musée municipal d’Osimo rassemble des objets et des œuvres qui permettent de reconstituer pas à pas la longue et riche histoire de ces terres. De nombreux chefs-d’œuvre, petits et grands, y sont conservés, notamment le polyptyque de 1464 d’Antonio et Bartolomeo Vivarini, une Madone en pierre du XIIIe siècle et trois fresques, attribuées à Andrea da Bologna, provenant du monastère de San Nicolò. L’étage principal du palais abrite la section archéologique avec de nombreuses pièces provenant de toute la région d’Osimo, dont une belle tête de vieillard datant du Ier siècle av.

Musée civique d'Osimo
Musée civique d’Osimo. Photo Wikimedia/Parsifall

9. Forteresse et village d’Offagna

En se promenant dans les ruelles d’Offagna, on s’imagine facilement croiser des dames et des chevaliers à tout bout de champ. Cette cité médiévale a conservé tout le charme des temps passés, qui sont rappelés chaque année en juillet lors des célèbres fêtes du costume. Mais le joyau d’Offagna est sans conteste son château du XVe siècle qui, du haut d’une falaise, domine toute la région environnante. Important rempart défensif de la ville pendant des siècles, la forteresse, avec ses splendides créneaux en forme de queue d’hirondelle, est encore aujourd’hui l’un des meilleurs endroits pour admirer des vues à couper le souffle allant des collines à la mer. La forteresse abrite également un musée qui présente des armes et des armures anciennes, ainsi que d’autres vêtements d’époque et des objets liés à la chasse.

Rocca di Offagna. Photo par Alessandro Vecchi
Rocca di Offagna. Photo d’Alessandro Vecchi

10. L’église de Santa Maria di Portonovo

L’église, ou plutôt la petite église de Portonovo est un authentique joyau de l’architecture romane qui n’a pas son pareil dans ce coin d’Italie. Construite face à la mer, l’église actuelle est constituée des vestiges d’une basilique bénédictine datant de l’an 1000. Située entre les eaux bleues de l’Adriatique et les bois verts du Conero, la petite église de Portonovo est toujours un lieu de prière et de méditation, mais c’est aussi un monument qui peut toucher l’âme des visiteurs par sa beauté pure. L’extérieur est en pierre blanche, tandis que les sols intérieurs sont en pierre jaune et en terre cuite.

L'église de Santa Maria di Portonovo
L’église de Santa Maria di Portonovo. Photo de Claudio Stanco

Conero, à voir: itinéraire en 10 étapes
Conero, à voir: itinéraire en 10 étapes


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.