Lieux du maniérisme en Toscane et dans la région de Viterbe : cinq sites à voir en deux jours


La Tuscia, territoire qui correspond à peu près à l'actuelle province de Viterbe, abrite plusieurs sites symboles du maniérisme. Voici cinq sites à visiter en deux jours.

Un fief de la famille Farnèse, une terre étroitement liée à la cour papale et à ses représentants, une région dans laquelle les grands artistes du maniérisme ont travaillé pour divers puissants seigneurs du XVIe siècle : c’est la Toscane, la région du Latium septentrional autour de Viterbe, qui a connu au XVIe siècle une période de grande floraison artistique, bien que ses événements soient restés politiquement en marge de la grande histoire de l’Italie et de l’Europe. À l’époque, la Toscane, qui correspond à peu près à l’actuelle province de Viterbe, était essentiellement divisée en deux parties : la zone limitrophe de la Toscane était le territoire du duché de Castro, l’État fondé en 1537, gouverné par la famille Farnèse et annexé par l’État pontifical en 1649 après la deuxième guerre de Castro (qui a entraîné la destruction complète de la splendide capitale, Castro, dont il ne reste aujourd’hui que quelques vestiges dans les bois non loin de la ville d’Ischia di Castro) et la zone méridionale était en revanche le domaine de l’État pontifical.

La Tuscia abrite certains des chefs-d’œuvre les plus importants du maniérisme: c’est ici qu’ont travaillé certains des principaux représentants de ce mouvement, dans tous les genres (des architectes comme Jacopo Barozzi dit Vignola aux peintres comme les Zuccari, Bertoja, Giovanni Baglione et aux sculpteurs comme Simone Moschino), en produisant des œuvres particulièrement illustratives. Avec notre format de voyage, nous allons découvrir cinq lieux incontournables à visiter en deux jours pour découvrir le maniérisme en Toscane.

1. Le bois sacré de Bomarzo

Connu également sous le nom de “Parc des Monstres”, il a été commandé par Pier Francesco Orsini (la ville de Bomarzo, aujourd’hui dans la province de Viterbe, était en fait un fief de sa famille), qui l’a fait construire en 1547, en faisant appel à différents artistes, dont probablement Vignola et Simone Moschino. Il s’agit d’un parcours initiatique complexe qui se déroule le long d’un parc dans lequel, en avançant pas à pas, le visiteur rencontre des merveilles bizarres, des constructions incroyables et des statues étranges et monstrueuses inspirées de la mythologie. “Voi che pel mondo gite vagando di vederiglie alte et stupende venite qua, dove son facce horrende, elefanti, leoni, orchi et draghi” : telle est l’inscription que ceux qui pénètrent dans le Bois sacré trouvent à leur entrée, comme un avant-goût de ce qu’ils trouveront. Il s’agit d’un jardin qui mêle des motifs littéraires, mythologiques et probablement aussi ésotériques, souvent difficiles à interpréter, tout à fait en phase avec la mentalité de l’époque. Si vous voulez en savoir plus sur le Bois Sacré de Bomarzo, lisez aussi cette étude détaillée.

Le bois sacré de Bomarzo. Photo : Finestre Sull'Arte

2. Le palais Farnèse à Caprarola

Construit entre 1559 et 1575 sur les plans de plusieurs architectes et à la demande du cardinal Alessandro Farnese l’Ancien : Antonio da Sangallo le Jeune, Baldassarre Peruzzi et Vignola (qui a également conçu l’emblématique escalier royal, un escalier elliptique qui est l’un des symboles de l’architecture maniériste) se sont alternés dans l’édifice, et c’était la résidence la plus somptueuse de la famille Farnese dans la région. Le palais est célèbre pour sa forme pentagonale caractéristique, qui en fait l’un des bâtiments les plus originaux du XVIe siècle. À l’intérieur, on trouve des fresques réalisées par de grands artistes tels que les frères Taddeo Zuccari et Federico Zuccari, Jacopo Zanguidi dit il Bertoja et bien d’autres encore. Le somptueux parc qui culmine au Casino delle Delizie, autre édifice de grande valeur, fait partie intégrante de la visite. C’est l’un des édifices les mieux conservés du Latium et c’est justement pour cette caractéristique (les pièces sont presque toutes intactes) que le Palais Farnèse de Caprarola est souvent choisi comme décor de film pour des productions costumées se déroulant au XVIe siècle.

Palais Farnèse à Caprarola. Photo : Polo Museale del Lazio

3. Villa Lante à Bagnaia

Située à la périphérie de Viterbe, on ne connaît pas son concepteur, mais il est possible que la construction, commencée en 1511, soit due à Vignola. Quoi qu’il en soit, elle a été achevée en 1566, lorsque le propriétaire de la villa était le cardinal Gianfrancesco Gambara. Aujourd’hui, elle est connue sous le nom de “Villa Lante” car, au XVIIe siècle, elle est devenue la propriété du duc de Bomarzo, Ippolito Lante Montefeltro della Rovere. Il s’agit d’une construction complexe, composée de deux “casini” construits dans un style maniériste très sévère, décorés à l’intérieur de fresques qui, dans le Casino Gambara, représentent principalement des paysages, tandis que l’autre corps, le Casino Montalto, présente une architecture essentiellement peinte. Villa Lante se distingue toutefois par son somptueux jardin, riche en jeux d’eau spectaculaires, fontaines, cascades, bassins, et doté de l’un des parterres les plus intéressants d’Italie : un véritable exemple de la façon dont le maniérisme a réussi à s’imposer même dans l’architecture des jardins.

Villa Lante à Bagnaia. Photo : Polo Museale del Lazio

4. Palais Altieri à Oriolo Romano

Il fut construit entre 1578 et 1585 à la demande de Giorgio III Santacroce, qui gouvernait le fief d’Oriolo Romano : la construction se poursuivit sous son fils Honorius III, qui enrichit considérablement le chantier. Il doit son nom au fait qu’après un intermède pendant lequel le palais a appartenu à la famille Orsini (de 1604 à 1671), il est devenu en 1671 la propriété de la famille Altieri, qui y est restée pendant exactement trois cents ans, jusqu’en 1971. L’attribution traditionnelle de l’édifice (bien que très douteuse) est à Vignola. Il s’agit d’un splendide exemple de demeure seigneuriale du XVIe siècle bien conservée : ses quatorze salles, dont la plupart sont décorées de fresques bibliques, contiennent des œuvres d’importants artistes de l’époque (comme Giovanni Baglione). Les portraits des papes des XVIe et XVIIe siècles, copiés d’après les œuvres de grands artistes (Raphaël, Caravage, Titien), sont particulièrement précieux. Comme toutes les demeures maniéristes, le Palazzo Altieri dispose également d’un somptueux jardin qui complète la villa.

Palais Altieri à Oriolo Romano

5. Le château de Carbognano

La Rocca di Carbognano est un exemple intéressant d’ancienne demeure remaniée au fil des siècles. Contrairement aux édifices décrits ci-dessus, elle n’a pas été construite ex novo, mais il s’agit d’un château du XIIIe siècle qui a fait l’objet d’importants travaux de rénovation au XVIe siècle. Plusieurs familles se sont succédé à l’intérieur jusqu’à ce qu’en 1494, le pape Alexandre VI donne le château à Orsino Orsini, époux de Giulia Farnese (à tel point que la Rocca est également connue sous le nom de “château de Giulia Farnese”). À sa mort, la propriété passa à son gendre Nicola della Rovere (époux de sa fille Laura Farnese) et resta la propriété des Rovere jusqu’en 1570, date à laquelle elle devint celle de la famille Colonna. À l’intérieur (qui peut être visité sur rendez-vous, contactez le Pro Loco local), vous pouvez voir les pièces décorées au début du XVIe siècle.

Le château de Carbognano

Lieux du maniérisme en Toscane et dans la région de Viterbe : cinq sites à voir en deux jours
Lieux du maniérisme en Toscane et dans la région de Viterbe : cinq sites à voir en deux jours


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.