Saint-Marin, que voir: 10 lieux à ne pas manquer dans la République de Titano


Que voir à Saint-Marin: les 10 lieux à visiter dans et autour de la capitale de la petite République Titane.

Saint-Marin, une république indépendante à deux pas de la Riviera romagnole. Inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO au même titre que le mont Titano, la plus haute des collines sur lesquelles se dresse la “République Sérénissime”, Saint-Marin a une histoire aussi ancienne qu’unique. On raconte que tout a commencé au IVe siècle après J.-C., lorsqu’un tailleur de pierre dalmate nommé Marino s’est réfugié sur le mont Titano pour échapper aux persécutions contre les chrétiens. Marinus y fonda une congrégation et avant de mourir, selon la légende, il prononça devant ses disciples les mots “Je vous laisse libres de l’empereur et du pape”, mots qui fondent encore aujourd’hui l’indépendance de la République. Une indépendance préservée avec force et ténacité, siècle après siècle, en résistant aux tentatives d’annexion, en premier lieu de la part de l’État pontifical. Saint-Marin est depuis l’Antiquité un petit laboratoire démocratique florissant et ce n’est pas un hasard si la motivation avec laquelle l’UNESCO l’a déclaré site du patrimoine mondial en 2008 le définit comme “le témoignage de la continuité d’une république libre depuis le XIIIe siècle”. Aujourd’hui, Saint-Marin est un lieu de villégiature très prisé qui allie parfaitement l’art, la culture, l’hospitalité et le divertissement. Entre châteaux, palais et églises, Saint-Marin recèle un petit trésor qui ne demande qu’à être découvert, mais c’est aussi un point de départ idéal pour découvrir la région de la Romagne, ses plages et sa vie nocturne endiablée. Voici 10 lieux à ne pas manquer à Saint-Marin.

1. Palais du Conseil

Le Bâtiment du Conseil, ou Palazzo Pubblico, est le cœur battant de la vie politique et de l’histoire de Saint-Marin. Le Bâtiment du Conseil est situé sur la Piazza della Libertà, bien qu’ici tout le monde l’appelle “Pianello”, et se dresse sur le site de la Domus Comunis Magna, construite entre 1380 et 1392 et réparée à plusieurs reprises. Le projet actuel de l’édifice remonte à la fin du XIXe siècle et est l’œuvre de Francesco Azzurri, président de l’Accademia di San Luca à Rome, et il a été façonné par des tailleurs de pierre locaux qui ont utilisé des pierres extraites des carrières du mont Titano. Plus récemment, elle a été rénovée par l’archistar Gae Aulenti et inaugurée à nouveau en 1996. La façade est richement décorée de nombreux symboles: les armoiries de la République et les quatre châteaux de Serravalle, Fiorentino, Montegiardino et Faetano. On y trouve également des icônes de localités plus petites acquises au fil des siècles par la République. Le palais présente de nombreuses particularités, ainsi que des chefs-d’œuvre, petits et grands, conservés à l’extérieur et à l’intérieur du bâtiment, mais le trésor le plus splendide est certainement la salle du Conseil, où les 60 députés du Titan se réunissent depuis 1848.

Bâtiment du Conseil Salle du
Conseil

2. Les tours de Saint-Marin

Guaita, Cesta et Montale sont les trois plumes symboliques du Titan, des remparts pour la défense de la liberté, sacrés pour les citoyens de Saint-Marin. Pendant des siècles, ces trois tours ont veillé sur l’indépendance de la République Sérénissime de Saint-Marin, et elles sont aujourd’hui l’une des curiosités les plus appréciées des visiteurs. La Torre, ou plutôt la Rocca Guaita, a une base pentagonale et date du Xe siècle, mais a été renforcée à plusieurs reprises depuis. Les habitants s’y réfugiaient pendant les sièges, et un blason de la République en pierre du XVIIe siècle est visible sur la porte d’entrée. Le mur intérieur est limité par le clocher et la tour de la Penna, construite plusieurs siècles plus tard. La porte supérieure, à laquelle on accède par un escalier, est défendue par une bertesca datant de 1481. Sur le deuxième sommet du mont Titano, le plus élevé avec ses 756 mètres, se dresse le château de Cesta. Construit à la fin du XIe siècle, il s’agit également d’une tour pentagonale qui était le siège du corps de garde. Il abrite aujourd’hui le musée des armes anciennes. Enfin, la tour Montale, datant de la fin du XIIIe siècle, est la plus petite, mais elle a joué un rôle stratégique pendant des siècles, puisqu’elle servait de poste de guet.

La Guaita
La Guaita

3. La basilique de Saint-Marin

La basilique del Santo est un édifice du XIXe siècle conçu par l’architecte bolonais Antonio Serra sur le site de l’ancienne église paroissiale du XVIe siècle. La basilique abrite les reliques de Saint Marin, fondateur de la communauté de Saint-Marin, ce qui en fait le lieu de plus grande valeur spirituelle pour toute la population. La basilique, consacrée en 1855, est de style néoclassique avec un pronaos de colonnes corinthiennes. À l’intérieur, la structure comporte trois nefs, dont la centrale est la plus majestueuse, avec sept autels. On y trouve également la loge du trône réservée aux capitaines-régents, les plus hautes fonctions représentant l’État de Saint-Marin, datant du XVIIe siècle. Le clocher massif était de style roman, mais il a été reconstruit au XVIIe siècle. L’intérieur comporte trois nefs avec sept autels. À droite de la basilique se trouve l’église Saint-Pierre, datant du XVIe siècle. Outre sa valeur artistique, la basilique de Saint-Marin a une valeur sacrée et religieuse considérable et c’est pourquoi elle a toujours été très chère à tous les citoyens de Saint-Marin.

La basilique del Santo. Photo Saint-Marin Tourisme
La basilique del Santo. Photo San Marino Tourism

4. L’église et le musée de San Francesco

Le couvent des Frères Mineurs Conventuels, fondé en 1361, est le plus ancien sanctuaire de Saint-Marin. Au cours des siècles, il a été restauré à plusieurs reprises et aujourd’hui, seuls la façade et le portique ont été récemment restaurés dans leurs lignes d’origine. Le couvent, qui était le siège du Studio de Saint-Marin, se trouvait à l’origine à Murata: c’est le pape Clément VII qui a permis qu’il soit déplacé dans un lieu plus sûr en raison des incursions continuelles des Malatesta. Il faut tout d’abord admirer le crucifix en bois du maître-autel, qui date du XIVe siècle et qui proviendrait de l’ancienne église de Murata. Les deux loggias du cloître abritent le musée et la galerie d’art de Saint-Marin, qui renferme plusieurs trésors, dont une représentation de Saint-François par Guercino et des œuvres d’autres auteurs des XVe et XVIe siècles. Parmi ces œuvres figurent des noms importants de l’art de ces terres, tels que Gerolamo Marchesi da Cotignola et Nicolò Liberatore.

Saint François. Photo par Oliver Schöpgens
San Francesco. Photo d’Oliver Schöpgens

5. Le musée d’État de Saint-Marin

Depuis plus d’un siècle, le musée d’État de Saint-Marin conserve les traces du riche passé de ces terres. Aujourd’hui, près de 5 000 pièces sont exposées dans ses salles, parmi lesquelles des œuvres d’art, des artefacts, des peintures et des objets, dont beaucoup sont originaires de Saint-Marin et liés à son histoire. Le musée conserve des pièces archéologiques datant du néolithique au début du Moyen Âge, des peintures et des sculptures de Guercino, des peintures du XVIIe siècle et d’anciennes pièces de monnaie saint-marinaises, ainsi que des objets égyptiens, étrusques et romains. Une collection riche et variée, tant en termes de périodes historiques que de types d’objets, obtenue principalement grâce à des dons provenant du monde entier. En outre, à l’intérieur du musée d’État, installé dans le Palazzo Pergami Belluzzi, vous trouverez également des peintures et des objets provenant du couvent des Clarisses du XVIIe siècle, des objets d’art et des peintures de différentes provenances et de différentes époques, avec des œuvres de Michele Giambono, Baccio Bandinelli, Tiburzio Passerotti, Bernardo Strozzi et même Pompeo Batoni, Elisabetta Sirani et Stefano Galletti.

Musée d'Etat de Saint-Marin. Photos San Marino Tourism
Musée d’État de Saint-Marin. Photo San Marino Tourism

6. Galerie d’art moderne et contemporain de Saint-Marin

La galerie d’art moderne et contemporain de Saint-Marin compte 750 œuvres datant des premières décennies du XXe siècle jusqu’à aujourd’hui. Il s’agit de peintures, de dessins, d’aquarelles, de sculptures, de photographies, d’installations, de livres d’artistes, d’interventions artistiques spécifiques et d’œuvres d’art public sur le territoire, acquises par donation ou grâce à la formule de la prime d’achat, achetées ou commandées directement aux artistes. Des noms célèbres comme Renato Guttuso, Corrado Cagli, Emilio Vedova, Achille Perilli, Enzo Mari, Enzo Cucchi, Sandro Chia, Gian Marco Montesano et Luigi Ontani se distinguent, mais il y a aussi de nombreuses créations de jeunes artistes et d’artistes émergents. Tout a commencé en 1956, lorsque la saison des biennales s’est ouverte à Saint-Marin et que l’histoire de la Galleria d’Arte Moderna e Contemporanea a commencé. La première exposition, à laquelle ont participé plus de 500 artistes, a également vu la participation de Renato Guttuso en tant que membre du jury.

Galerie d'art moderne et contemporain de Saint-Marin. Photos Saint-Marin Tourisme
Galerie d’art moderne et contemporain de Saint-Marin. Photo San Marino Tourism

7. Le musée des armes anciennes et le musée des armes modernes

Le Palazzo Manzoni Borghesi abrite le Musée des armes modernes où sont rassemblées environ deux mille armes à feu de la Première à la Seconde Guerre mondiale, italiennes, européennes et certaines non européennes. Toutes ces armes sont disposées dans cinq salles en une succession d’objets, tous plus spéciaux les uns que les autres. Le musée des armes anciennes, qui abrite des armes, des uniformes, des armures, des armes expérimentales et des prototypes, est également très intéressant. La première partie du musée est consacrée à l’évolution des armes aux enchères: des puissantes haches de guerre du XVe siècle aux fines et élégantes hallebardes de parade du XVIIe siècle. Parmi ces armes, les haches de guerre, équipées de lames très lourdes, et quelques exemples des premières hallebardes à la forme trapue et rugueuse sont particulièrement intéressants. La seconde est consacrée aux armures, dont le musée abrite des pièces de provenance italienne, anglaise et allemande datant de 1490 à 1630. Parmi les armures, une pièce très rare est un plastron d’enfant en acier gravé et doré, fabriqué en Angleterre vers 1540 dans la manufacture royale d’armes de Greenwich.

Musée des armes modernes. Photos Saint-Marin Tourisme
Musée des armes modernes. Photo San Marino Tourism

8. L’église de San Pietro

On accède à l’église Saint-Pierre, datant du XVIe siècle, par la sacristie de la basilique. De là, on descend un escalier creusé dans le grand clocher. La tradition attribue la fondation de cette petite église directement à saint Marin. Dans l’abside, dans une atmosphère évocatrice, on peut voir deux lits taillés dans la pierre, l’endroit où, selon la tradition, Saint Marin et Saint Leo se sont reposés. On attribue également à ces lits des propriétés thaumaturgiques. Dans la crypte, l’image de Saint Marino avec l’ours, un relief en pierre de Romeo Balsimelli, est remarquable, mais la belle statue en bois du XVIIe siècle représentant Saint Stone mérite également l’attention. L’intérieur de la petite église est également visible de l’extérieur par la porte ouverte pendant les mois d’été. Il est possible de visiter l’intérieur sur demande auprès du gardien de la basilique. L’abside est très impressionnante, car elle est entièrement formée de roche vivante. Sous l’église, une crypte en pierre a été construite en 1914 où se trouve l’urne dans laquelle les ossements du saint ont reposé pendant de nombreux siècles.

L'église Saint-Pierre. Photo Saint-Marin Tourisme
L’église Saint-Pierre. Photo San Marino Tourism

9. Le monastère des Clarisses

Inauguré en 1609, le monastère cloîtré de Sainte-Claire abrite aujourd’hui les locaux de l’université de Saint-Marin et le musée de l’émigrant. C’est là que, jusqu’aux années 1960, les Clarisses ont cohabité pendant plus de trois siècles avec les éducandes, c’est-à-dire les jeunes filles et les jeunes femmes à qui l’on apprenait les travaux ménagers, mais aussi à lire, à écrire et à se préparer à la vie sociale. La structure a été créée grâce à l’intervention directe de l’évêque Costantino Bonelli, mais les travaux ont commencé et ont été financés par la volonté des institutions et des habitants de Saint-Marin. L’État a acheté le monastère il y a un peu moins de 60 ans et s’est occupé de sa rénovation complète. Aujourd’hui, il est possible de visiter le jardin qui accueillait les sœurs Clarisses dans leurs moments de rafraîchissement, et qui a été restauré pour redevenir un ancien potager tel qu’il était à l’époque. Le potager du monastère de Sainte-Claire faisait partie des 58 potagers recensés dans l’enceinte de Saint-Marin, également appelés potagers en raison de la caractéristique de l’époque qui alliait la beauté de la fleur à l’utilité du potager.

Le monastère des Clarisses
Le monastère des Clarisses. Photo Wikimedia/MX Granger

10. Borgo Maggiore

L’un des lieux les plus fascinants de Saint-Marin est certainement Borgo Maggiore. Deuxième château le plus important en termes de population, il s’étend de la vallée du Rio Cà Chiavello aux sources de l’Ausa, en passant par les pentes du mont Titano, et constitue à bien des égards le cœur battant de la sérénissime république. Le centre de Borgo Maggiore, aujourd’hui classé au patrimoine mondial de l’Unesco, a toujours été le lieu où se tenaient les marchés et les foires, jouant ainsi un rôle central dans l’économie de ces terres. Le château de Borgo Maggiore et son centre n’ont pas de village fortifié, mais dans l’Antiquité, ils étaient protégés par des gardes auxquels se joignaient des arbalétriers lors des deux foires les plus importantes, le 24 août et le 8 septembre. Borgo Maggiore abrite le Centre de la nature où est conservée une copie du fossile de Titanocetus sammarinensis, un cétacé disparu qui vivait au Miocène moyen.

Borgo Maggiore, Piazza Mercatale
Borgo Maggiore, Piazza Mercatale. Photo de László Szeder

Saint-Marin, que voir: 10 lieux à ne pas manquer dans la République de Titano
Saint-Marin, que voir: 10 lieux à ne pas manquer dans la République de Titano


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.