Val d'Ossola, que voir : 10 lieux à ne pas manquer


A voir dans la vallée d'Ossola : voici les 10 étapes à ne pas manquer lors de votre voyage.

La vallée d’Ossola est l’une des plus belles vallées du Piémont, correspondant au bassin versant de la rivière Toce, qui la traverse sur toute sa longueur. Située dans la province de Verbano-Cusio-Ossola, la vallée d’O ssola occupe la partie la plus septentrionale de la région et se développe autour de son chef-lieu, Domodossola, point de départ des excursions dans la vallée. C’est l’ancienne patrie des Leponzi, un peuple celte qui habitait ces montagnes et avait sa capitale à Oscela, l’Oscela Lepontorum des Romains, c’est-à-dire l’actuelle Domodossola. Entourée par les Alpes Pennines d’un côté et les Alpes Lepontines de l’autre, la vallée de l’Ossola commence au lac Majeur et atteint le massif du Mont Rose. Après avoir été romaine, elle fut lombarde, puis soumise à l’évêque de Novare, puis annexée au canton du Valais (et donc un temps suisse) pour relever ensuite du duché de Milan, auquel elle est toujours restée liée : il suffit de dire que c’est de ces régions, et en particulier des carrières de Candoglia, que provenait le marbre avec lequel a été construite la cathédrale de Milan. Devenue province du Royaume de Sardaigne en 1818, peu avant l’unification de l’Italie, la vallée d’Ossola a été rattachée à la province de Novare et l’est restée jusqu’en 1992, date de la création de l’actuelle province de Verbano-Cusio-Ossola. Destination touristique très prisée, facile d’accès et bien desservie, la vallée d’Ossola est un lieu idéal pour passer des vacances. Pour au moins dix bonnes raisons: voici les lieux à ne pas manquer.

1. Domodossola

La ville du “D”, “Domo” pour les habitants, est la capitale économique et culturelle de la vallée d’Ossola, ainsi que son centre le plus peuplé, car elle est située au centre exact de la vallée, le long des rives du Toce, au confluent de cinq des sept vallées latérales. Ville très ancienne, elle est l’Oscela des Leponti, population celte qui habitait la vallée de l’Ossola dans l’Antiquité, et son centre historique, qui se développe autour de la belle Piazza Mercato, avec ses bâtiments caractéristiques dotés de loggias au rez-de-chaussée, de balcons et de toits en saillie, a conservé son tracé médiéval. Parmi les principaux monuments, citons la collégiale des saints Gervasio et Protasio, le sanctuaire de la Madonna della Neve, le palais Silva de la Renaissance, le palais Mellerio de style néoclassique et l’élégant palais de la ville, qui abrite la salle historique de la Résistance. Le palais San Francesco abrite les musées civiques “Gian Giacomo Galletti”, héritiers du musée du palais San Francesco et ouverts en 2021: ils abritent un musée des sciences naturelles, une galerie d’images, une section archéologique, une collection d’art sacré et une collection graphique.

Domodossola, Piazza Mercato. Photo : Marco Benedetto Cerini / Visit Ossola
Domodossola, Piazza Mercato. Photo : Marco Benedetto Cerini / Visit Ossola

2. Le Sacro Monte de Domodossola

Le Sacro Monte (Sacro Monte Calvario) de Domodossola est l’une des nombreuses montagnes sacrées qui jalonnent l’arc alpin (depuis 2003, elles sont inscrites au patrimoine mondial de l’humanité, réunies dans le site “Sacri Monti of Piedmont and Lombardy”, dont fait partie celle de Domodossola) : ce sont des lieux de pèlerinage organisés en différentes chapelles qui rappellent la Passion du Christ. Celui de Domodossola fut fondé en 1656 par les capucins Gioacchino da Cassano et Andrea da Rho qui choisirent la colline de Mattarella pour leur projet, approuvé par le diocèse de Novara : la première pierre fut posée en 1657 et le complexe fut finalement consacré en 1690 par l’évêque de Novara, Giovanni Battista Visconti. Le Sacro Monte de Domodossola se compose du Sanctuaire du Saint Crucifix, à l’intérieur duquel se trouve le Crucifix de 1662 de Dionigi Bussola, et de douze chapelles, dont la plupart ont également été décorées par Bussola, un artiste baroque qui a transposé dans le Sacro Monte de la vallée d’Ossola ce qu’il avait appris à Rome en étudiant les œuvres du Bernin. Parmi les artistes qui ont participé à l’entreprise, citons les sculpteurs Giuseppe Rusnati, élève de Bussola, et Stefano Salterio, ainsi que les peintres Giovanni Sampietro, Lorenzo Peracino, Giovanni Antonio Torricelli et son frère Giuseppe Antonio Maria Torricelli.

Le mont sacré de Domodossola
Le Sacro Monte de Domodossola. Photo : Stefano Bistolfi

3. Le parc national de Val Grande

Accessible depuis la route d’Ossola (qui part de Gravellona Toce et va jusqu’au Simplon), le parc national du Val Grande, créé en 1993, s’étend entre le lac Majeur et la vallée Cannobina et protège l’une des zones les plus imperméables et les plus sauvages d’Europe. Une véritable oasis de “wilderness”, comme on l’appelle dans le jargon technique : ce terme désigne un vaste espace sauvage dépourvu de toute présence humaine. Le Val Grande a toujours été peu peuplé : les premiers à s’aventurer dans ses montagnes furent quelques bergers vers le Xe siècle, mais il a toujours été peu fréquenté. Il s’agit donc d’un parc isolé et sauvage, adapté à ceux qui veulent vraiment s’immerger dans la nature : il n’y a pas d’établissements permanents ou saisonniers dans ces régions (la seule exception est le village de Cicogna), ni de zones façonnées par l’homme, à l’exception des quelques bivouacs mis en place par la direction du parc. Le parc se distingue également par la richesse de sa végétation (les forêts de feuillus prédominent, à commencer par le hêtre et le châtaignier, tandis qu’en altitude, il est possible de marcher sur les pelouses alpines), et la variété de sa faune : des oiseaux comme l’aigle royal, le francolin, le faucon pèlerin, le pic noir, et puis des mammifères comme le chamois, le chevreuil, le renard, la martre, la belette, la fouine et le blaireau. Une expérience inoubliable pour les amoureux de la nature.

Le parc national de Val Grande. Photo District touristique des lacs, montagnes et vallées d'Ossola
Le parc national de Val Grande. Photo : Distretto Turistico dei Laghi, Monti e Valli d’Ossola

4. Vogogna

Vogogna est le village médiéval le mieux conservé de la vallée d’Ossola : son histoire ancienne le voit rivaliser avec Domodossola, la capitale de l’Ossola Superiore (Vogogna était plutôt le centre principal de l’Ossola Inferiore), puis devenir un village économiquement important sous la domination des Visconti. C’est un Visconti qui a fait construire le principal monument de la ville : c’est en 1348 que Giovanni Visconti, évêque de Novare, a ordonné la construction du château Visconti, qui domine la ville d’en haut et qui faisait autrefois partie de la ligne de fortifications qui devait protéger le duché de Milan de la Suisse. L’ancienne importance stratégique de Vogogna est également attestée par les ruines de la Rocca, une autre structure défensive qui se trouvait juste au-dessus du château et qui est encore plus ancienne que ce dernier (elle remonte aux IXe et Xe siècles). Dans le centre historique, on remarque le Palais Pretorio, construit lui aussi à partir de 1348 sur ordre de Giovanni Visconti, qui abrite le “masque celtique”, une énigmatique pierre à savon d’origine celtique représentant un visage humain, devenu une sorte de symbole de Vogogna. Mais on peut dire que le village tout entier est une découverte permanente.

Le Palazzo Pretorio à Vogogna. Photo : Alessandro Vecchi
Le palais Pretorio de Vogogna. Photo : Alessandro Vecchi

5. Le lac Mergozzo

Non loin du lac Majeur se trouve le lac Mergozzo, une splendide oasis naturelle au pied des Alpes Lepontines et l’un des lacs les plus propres d’Europe. Sur ses rives se trouve le pittoresque village de Mergozzo, caractérisé par ses maisons colorées et la place au bord du lac où les pêcheurs mettent leurs bateaux à sec. C’est un lieu de détente, de promenades dans la nature et de pêche, mais aussi d’art : l’un des principaux monuments romans du Piémont se trouve près du lac, l’église de San Giovanni Battista in Montorfano, mentionnée pour la première fois en 885, mais dont l’aspect actuel remonte au XIe siècle. Le lac Mergozzo peut également être choisi comme point de départ pour une excursion dans la Val Grande. Ceux qui aiment la tranquillité mais aussi le plein air n’ont qu’à essayer cet endroit.

Mergozzo et son lac. Photo par Alessandro Vecchi
Mergozzo et son lac. Photo : Alessandro Vecchi

6. L’église de San Bartolomeo à Villadossola

C’est l’un des meilleurs exemples d’architecture romane du Piémont, ainsi que le plus majestueux de la vallée d’Ossola. L’église de San Bartolomeo à Villadossola date probablement de la fin du Xe siècle, tandis que le haut clocher, beaucoup plus mince que l’église (il atteint une hauteur de 34 mètres), date du début du XIe siècle. Édifice de style roman lombard, vraisemblablement réalisé par des maîtres comacins, il est mentionné pour la première fois en 1289, en tant qu’église dédiée aux saints Fabius et Sébastien (ce n’est qu’au XIVe siècle que la dédicace change en faveur de saint Barthélemy). Initialement à nef unique et à abside circulaire, elle a été agrandie au XVIe siècle, avec l’ajout d’une voûte en berceau. La sévère façade à pignon, entièrement en pierre, présente au-dessus du portail une étrange lunette gravée d’une croix et de motifs bizarres qui ressemblent plus à l’œuvre d’un artiste de rue regardant Keith Haring qu’à celle d’un graveur médiéval. L’intérieur sobre abrite, entre autres, un retable en bois de 1596 d’Andrea Merzagora.

L'église de San Bartolomeo à Villadossola
L’église de San Bartolomeo à Villadossola. Photo : Marco Benedetto Cerini / Visit Ossola

7. Le sanctuaire de la Madonna del Boden à Ornavasso

Datant de 1530, le Sanctuaire de la Madone des Miracles d’Ornavasso, plus connu sous le nom de Sanctuaire de la Madone du Boden, a été fondé, selon la légende, après qu’une bergère locale nommée Maria, s’étant perdue la nuit dans les bois autour d’Ornavasso, ait invoqué la Vierge Marie pour qu’elle la ramène saine et sauve à la maison. La Vierge est intervenue et a investi la petite Maria d’une aura de lumière, qui a pu rentrer chez elle saine et sauve. Des femmes de la région l’auraient vue entourée de lumière, l’histoire du miracle s’est répandue et les habitants ont décidé d’ériger un sanctuaire à la Vierge à l’endroit où se trouvait auparavant une petite chapelle, la chapelle Boden. L’aspect actuel de l’édifice est le résultat de rénovations entreprises d’abord en 1763, lorsque l’église a été agrandie pour faire face à l’augmentation du nombre de pèlerins, puis en 1825, lorsqu’elle a été transformée en un bâtiment à trois nefs. La coupole date de 1952. C’est l’un des principaux lieux de dévotion populaire de la vallée d’Ossola.

Le sanctuaire de la Madonna del Boden à Ornavasso
Le sanctuaire de la Madonna del Boden à Ornavasso. Photo : Alessandro Vecchi

8. La piste cyclable de Toce

Ceux qui ne veulent pas renoncer à leur passion pour le vélo, même en vacances, pourront s’amuser dans la vallée d’Ossola : la piste cyclable Toce est un réseau de pistes cyclables qui longe toute la vallée d’Ossola. L’office du tourisme du Val d’Ossola propose quatre itinéraires : “le vélo entre les fleuves”, 18 km autour de Domodossola, un itinéraire balisé qui décrit une boucle autour de la ville, en passant par Crevoladossola, Pontetto di Montecrestese, Masera, Croppo di Trontano et Ponte della Mizzoccola. Entre les deux, des parcs, de la nature, des passages le long du fleuve par des pistes cyclables, des chemins de terre (l’itinéraire est donc réservé aux vélos qui peuvent rouler sur ce type de terrain) et quelques tronçons sur des routes ordinaires, en particulier à Crevoladossola et à Masera. Le second est “En vélo dans les villages”, un parcours de 25,8 km (dont 8,8 sur pistes cyclables et 6,9 sur chemins de terre) qui va de Domodossola à Vogogna, en passant par les villages de Villadossola, Pallanzeno, Piedimulera et Pieve Vergonte. “In bici tra i boschi” (à vélo dans les bois), d’une longueur de 19,2 km, part plutôt du centre de Vogogna et traverse des bois et des prairies, dont les deux tiers sur des chemins réservés aux bicyclettes. Enfin, “In bici tra i fiori” (à vélo à travers les fleurs), part d’Ornavasso et arrive à la Réserve naturelle spéciale de Fondotoce, en traversant les zones de production de fleurs du lac Majeur : avec ses 15 km et ses 20 mètres de dénivelé, c’est l’itinéraire le plus facile.

La piste cyclable de la Toce
La piste cyclable de Toce. Photo : Alessandro Pirocchi / Visit Ossola

9. La carrière de Candoglia

Le marbre avec lequel la cathédrale de Milan a été construite provient de la vallée d’Ossola : il s’agit du marbre rose de la carrière de Candoglia, un hameau de Mergozzo, à l’entrée de la vallée d’Ossola. Il s’agit d’un marbre spécial, aux tons rosés, délicat, rare et très prisé. Aujourd’hui encore, la carrière est active en fournissant à la Veneranda Fabbrica del Duomo di Milano le marbre utilisé pour la restauration du célèbre monument. La carrière de Candoglia est exploitée par le Duomo depuis 1387, lorsque Gian Galeazzo Visconti, duc de Milan, décida d’utiliser le marbre à la place des briques pour la construction. Le marbre était alors transporté jusqu’à Milan par des fleuves, des rivières et des canaux. Aujourd’hui, la carrière de Candoglia peut être visitée grâce aux visites et itinéraires organisés par l’Écomusée du granit de Montorfano, que vous pouvez contacter si vous êtes intéressé par la découverte de ce lieu fascinant.

La carrière de Candoglia
La carrière de Candoglia. Photo : Visit Ossola

10. Les sept vallées latérales

La vallée d’Ossola compte sept vallées latérales : la vallée Antrona, la vallée Anzasca, la vallée Bognanco, la vallée Divedro, la vallée Isorno, la vallée Vigezzo et la vallée Antigorio (dont fait également partie la vallée Formazza, qui en constitue le dernier tronçon). Chacune d’entre elles offre d’excellentes raisons de la visiter. Les parcs naturels et les atmosphères médiévales de Borgomezzavalle dans la vallée de l’Antrona (c’est ici que se trouve, entre autres, le village de Viganella, célèbre parce que chaque année, du 11 novembre au 2 février, il reste complètement dans l’obscurité à cause de la montagne qui le surplombe et que, pour recevoir de la lumière, il a fallu installer en 2006 un grand miroir qui réfléchit les rayons du soleil sur le village) ; la beauté de Macugnaga, l’histoire fascinante des mines d’or et les promenades en altitude dans la vallée d’Anzasca ; la détente dans les thermes de Bognanco et l’énergie du ski de randonnée dans la vallée de Bognanco ; le parc de l’Alpe Veglia et de l’Alpe Devero et les villages de pierre de la vallée Divedro ; les lacs et les sommets de la vallée Isorno ; l’épopée des ramoneurs et les merveilleux villages anciens de la vallée Vigezzo ; la nature intacte et la culture Walser de la vallée Formazza. Tout cela est accessible en peu de temps depuis Domodossola.

Le village de Malesco dans la vallée du Vigezzo. Photo : Alessandro Vecchi
Le village de Malesco dans le Val Vigezzo. Photo : Alessandro Vecchi

Val d'Ossola, que voir : 10 lieux à ne pas manquer
Val d'Ossola, que voir : 10 lieux à ne pas manquer


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.