Renato Mambor, l'artiste de l'objectivité. Vie, oeuvres, style


Renato Mambor était l'un des principaux artistes italiens d'avant-garde des années 1960. Vie, œuvre, style.

Renato Mambor (Rome, 1936 - 2014) était un peintre, sculpteur, photographe, acteur et metteur en scène de théâtre, l’un des plus grands noms de l’avant-garde et de l’art expérimental en Italie depuis la fin des années 1950 et en particulier dans les années 1960 et 1970. Né et élevé à Rome, il a eu la chance de vivre une période culturelle très animée dans la ville: il a fait partie de la " Scuola di Piazza del Popolo".

Les recherches de Mambor se sont concentrées sur l’annulation de l’individualisme, trouvant dans la figure humaine stylisée l’élément principal sur lequel construire à la fois son art et un langage universel et conventionnel, accessible à tous sans donner lieu à des interprétations particulières.

Il a été l’un des premiers artistes italiens de l’époque à ne pas se limiter à la peinture, mais à s’essayer à d’autres langages expressifs, qu’ils soient visuels, comme le cinéma et la photographie, ou conceptuels, comme le théâtre, la sculpture et la performance.

Renato Mambor
Renato Mambor

La vie de Renato Mambor

Renato Mambor, né à Rome le 4 décembre 1936, est le fils d’un pompiste du quartier de Tuscolano, une expérience qui lui a probablement inspiré ses premières œuvres d’art sur le thème de la signalisation routière. Dès son plus jeune âge, Mambor se fait des amis dans le domaine artistique et culturel, notamment Mario Schifano, Tano Festa, Jannis Kounellis, avec lesquels il forme un collectif connu sous le nom de Scuola di Piazza del Popolo, du nom de la place où ils avaient l’habitude de se rencontrer. Mambor a d’abord commencé par la peinture, avant de devenir l’un des premiers artistes d’avant-garde à passer à d’autres arts, tels que la photographie, la sculpture, le cinéma, la performance, les installations et le théâtre.

Il expose ses œuvres picturales pour la première fois en 1958, à l’occasion d’une remise de prix, et reçoit des réactions mitigées pour certains éléments qu’il juge trop avant-gardistes, y compris de la part de ses propres amis. Il organise sa première exposition publique en 1959, à la galerie L’Appia Antica, puis expose fréquemment ses œuvres à la célèbre galerie La Tartaruga au cours des années 1960. Toujours dans les années 1960, il commence à expérimenter la photographie, puis le cinéma. Il joue un petit rôle dans le film La dolce vita de Federico Fellini et, au cours de sa carrière d’acteur, il travaille avec Ugo Tognazzi, Walter Chiari, Totò, Chet Baker et Damiano Damiani. Toujours dans l’industrie cinématographique, il rencontre l’actrice Paola Pitagora, avec laquelle il entretient une longue liaison amoureuse.

En 1966, il s’installe, avec Mario Ceroli, aux États-Unis, où il reste quelque temps pour étudier et voir de près le Pop Art d’Andy Warhol. Ce courant lui déplaît cependant par le ton “criard” et coloré de ses images.

Dans les années 1970, il s’installe à Milan et travaille beaucoup dans le domaine du théâtre, créant et dirigeant une compagnie théâtrale appelée “Trousse”. Le titre coïncide avec celui d’une de ses œuvres en métal, mais lorsqu’il est utilisé au théâtre, il illustre son intention de fournir une “boîte à outils”, appelée conventionnellement “trousse”, pour étudier les aspects cognitifs, émotionnels et nerveux les plus profonds de l’homme, placés dans un contexte de groupe. Il se consacre au théâtre jusqu’en 1987, et pendant ces années, il rencontre une jeune fille qui devient d’abord sa collaboratrice, puis sa femme, Patrizia Speciale.

Au bout d’une dizaine d’années, il revient à la peinture, devenant lui aussi un pionnier dans ce domaine par rapport à ses collègues. Cette nécessité est probablement due à des problèmes cardiaques qui l’ont amené à envisager de se concentrer sur ce qu’il considérait comme vraiment important.

Dès qu’il se remet à peindre, il continue à travailler et à exposer ses toiles jusqu’à ses derniers jours. Il est décédé à son domicile de Rome le 6 décembre 2014.

Renato Mambor, Hommes statistiques (1962 ; acrylique et spray sur toile, 50 x 100 cm ; collection privée)
Renato Mambor, Hommes statistiques (1962 ; acrylique et spray sur toile, 50 x 100 cm ; Collection privée)
Renato Mambor, Stamped Men (1963 ; technique mixte sur toile, 70 x 50 cm ; collection privée)
Renato Mambor
, Uomini
stamp (1963 ; techniques mixtes sur toile, 70 x 50 cm ; Collection privée)
.
Renato Mambor, Jumping Rope, de la série Photographed Actions (1969 ; photographie ; Rome, Archivio Mambor)
Renato Mambor, Jumping Rope, de la série Photographed Actions (1969 ; photographie ; Rome, Archivio Mambor)
Renato Mambor, Cubes démontables (1966 ; acrylique sur carton, dimensions variables ; Collection privée)
Renato Mambor, Cubes démontables (1966 ; acrylique sur carton, dimensions variables ; Collection privée)

Le style et l’œuvre de Renato Mambor

L’art de Mambor présente comme point central de sa réflexion le fait d’enlever aux personnages et aux objets quotidiens toutes les caractéristiques qui les rendent personnels et individuels, à la recherche de leur objectivité intrinsèque. Dans les années 1960, Mambor parcourait la ville de Rome par divers moyens (motos, tramways ou auto-stop), essayant de capturer toute situation ou épisode que pouvait lui offrir une ville aussi culturellement vivante à l’époque, puis transposant ces sentiments dans son art. Il adhère ainsi aux préceptes des situationnistes.

Ses premières œuvres, datées de 1961, sont basées sur l’observation des panneaux de signalisation, un thème qui découle de son expérience en tant qu’aide dans la station-service de son père. Il utilise des surfaces planes pour élaborer des signes abstraits objectifs, généralement géométriques et plats, qui, de par leur nature même, peuvent être déchiffrés universellement et devenir des supports d’information. Mambor lui-même déclarait que “les premières études sont nées de l’observation des bandes obliques placées derrière les camions”.

Parmi les panneaux routiers qui l’ont le plus impressionné, Mambor se souvient des petits bonshommes stylisés du signal de passage pour piétons. Mambor utilise ce signe conventionnel pour créer la série des Hommes statistiques (1962), trouvant ainsi une première manière de réfléchir à laremise en cause de l’individualité de l’homme et à l’élimination de ses caractéristiques personnelles, en l’objectivant.

L’opération de Mambor a en outre permis de saisir les changements sociaux en cours à l’époque, dus à l’importance croissante de la communication dans la vie professionnelle et quotidienne des gens. Il a cherché à rendre la communication universelle, en créant un métalangage composé d’“images déjà reproduites” (selon l’une de ses définitions), comme les panneaux routiers, qui étaient résolument inclusifs dans leur manière d’être irréfutables et de ne donner lieu à aucun doute ou interprétation. Plus tard, en 1998, il les décrivait ainsi: “Lorsque j’ai inventé l’homme statistique, plat et bidimensionnel en 1962 et que j’ai transposé la silhouette blanche en tant que figure d’homme sur la toile, j’étais à la recherche d’un fondement anémotif, inexpressif, qui se débarrasserait de l’encombrement de la conformité extérieure qui s’accumule sur l’individu”. Il est curieux de constater que ce halo d’anexpressivité que je donne à mes tableaux crée une fascination chez le public, comme si plus on enlevait au tableau, plus on faisait payer le spectateur".

Il reprend le thème du petit homme stylisé en 1963 avec la série des Stamps, reproduisant à l’infini l’image à l’aide d’un tampon en caoutchouc. L’intention de cette série était de certifier que l’œuvre était faite à la main, de manière artisanale. Le tampon rappelle également les œuvres de Piero Manzoni, qui a réalisé une performance dans laquelle il a imprimé sa propre empreinte digitale sur des œufs mangés par le public présent, mais aussi Yves Klein, qui a “imprimé” le corps des mannequins avec son bleu caractéristique.

Ses interprétations de l’objectif anticipent également les concepts qui seront adoptés par le groupe Arte Povera, sous la bannière du minimalisme et de la récupération de matériaux de rebut, et ce n’est pas un hasard si Mambor a participé à certaines de leurs expositions.

En 1964, Mambor décide de prendre des images très reconnaissables dans divers magazines et revues qui circulaient largement à l’époque, et de les utiliser comme œuvres d’art. Il est ainsi très proche des tendances du Pop Art, mouvement qui vient d’être consacré en Italie, notamment à la Biennale de Venise de la même année. Il choisit principalement des images d’objets et d’aliments courants que l’on trouve quotidiennement sur les tables italiennes, ainsi que les célèbres rébus de “La Settimana Enigmistica”.

Dans le domaine de la photographie, il réalise en 1969 des clichés intitulés Photographed Actions, dans lesquels son corps est bloqué par certains obstacles. Il réalise ensuite la série Toys for Collectors, dans laquelle il inclut de grands jouets dans des photographies dites “dérangeantes” pour l’Atlas of Forensic Medicine.

À la fin des années 1960, des œuvres telles que Filtro (1967), Cubi mobili, Diario degli amici et Itinerari sont conçues de manière à déplacer la valeur de l’art vers celle de la perception, ou sont des œuvres ouvertes dans lesquelles d’autres artistes ou le public peuvent intervenir directement.

Dans les années 1970, Mambor a conçu The Highlighter, un objet qui n’avait de raison d’être que par sa fonction, et non par les intentions de son créateur. Il s’agit d’un artefact conçu et réalisé avec l’aide de son ami, l’architecte Paolo Scabello, et d’un dispositif capable de mettre en évidence des choses particulières présentes dans la vie quotidienne et qui méritent d’être déplacées dans la “catégorie art”. Il construit également un parallélépipède en métal auquel il donne le titre de Trousse. Plus tard, la Trousse atteindra deux mètres de haut et abritera un homme à l’intérieur, prenant ainsi la fonction d’un théâtre, déplaçant à nouveau le centre d’intérêt de la recherche de l’objet vers l’individu.

Dans les années 1980, Mambor revient à la peinture et s’intéresse cette fois au processus qui conduit à la création d’une forme spécifique d’un objet, abandonnant ainsi l’analyse de la relation entre la forme externe qui coïncide avec le nom des choses. En ce qui concerne son retour à la peinture, Mambor a déclaré: “Je veux tout faire, danser, chanter, écrire, jouer, faire du cinéma, du théâtre, de la poésie, je veux m’exprimer par tous les moyens, mais je veux le faire en tant que peintre parce que la peinture n’est pas une façon de faire mais une façon d’être”. Il inclut dans les œuvres de cette période un dessin de son profil, découpé et placé sur une fenêtre, avec vue sur des plantes. Cette inclusion de sa figure dans l’œuvre symbolise une prise de responsabilité vis-à-vis de l’expérience et peut changer le point de vue. D’autre part, L’osservatore (L’observateur), qui montre l’artiste de dos alors qu’il observe diverses “cultures de techniques de peinture”, est née de son expérience au théâtre, en raisonnant sur la séparation entre l’observateur et l’objet de son observation.

Les installations à grande échelle se poursuivent dans les années 1990 et, en 1996, Mambor a l’intuition d’exposer six véritables autobus comme s’il s’agissait de sculptures et en même temps de jouets qui, à l’intérieur, se vident et abritent d’autres artistes ; tandis qu’en 1999, il monte l’exposition Doppia Coppia, dans laquelle il construit des motomandalas avec de vraies motos d’époque.

L’art de Mambor des années 2000 est très prolifique et comprend des œuvres telles que Immutable Works, Wires, Connections, Sprints, The Protectors, Mandalas et Gargoyles , et constitue un répertoire de figures qui renvoient à un univers conceptuel dans lequel la diversité n’est pas comprise comme une opposition ou une subordination, et comme dans le titre d’une autre œuvre de la même période, ils sont tous sur le même plan.

Il a également réalisé de grandes installations et sculptures, qui dépassent souvent les limites de la bidimensionnalité. Il s’agit notamment de Separé (2007), une installation dans laquelle des silhouettes humaines apparaissent dans différentes positions et attitudes sur des panneaux sur lesquels sont appliqués différents matériaux, créant ainsi une “paire” qui laisse ouvertes d’infinies possibilités d’interaction, puisqu’elles n’en mettent aucune en œuvre. Le spectateur est chargé de “compléter” l’œuvre en interprétant l’interaction avec l’or. Parmi ses déclarations les plus célèbres, on peut citer: “Mon travail commence avec moi et se termine dans l’œil du spectateur”. Le même désir d’amener le spectateur à compléter l’œuvre en ajoutant de nouveaux éléments à l’artiste est à nouveau présent dans Karma Immutable et Ombra immutabile, où des silhouettes d’hommes-ombres en noir et blanc, positives et négatives, sont juxtaposées pour donner au spectateur l’occasion de les ramener à l’origine, à la matrice, seul moyen pour qu’il y ait un changement.

Renato Mambor, Trousse (1975)
Renato Mambor, Trousse (1975)
Renato Mambor, L'observateur et les couleurs (1980 ; huile sur toile, 100 x 120 cm ; collection privée) Renato
Mambor, L’observateur et les couleurs (1980 ; huile sur toile, 100 x 120 cm ; collection privée)
Renato Mambor, Project for Separé (2007 ; technique mixte sur panneau, 100 x 140 cm ; collection privée)
Renato Mambor, Project for Separé (2007 ; techniques mixtes sur panneau, 100 x 140 cm ; collection privée)

Où voir les œuvres de Renato Mambor

L’Archivio Mambor (Archives Mambor), actif dans la ville de Rome, collecte activement les œuvres de l’artiste, qui se trouvent souvent dans diverses galeries privées et maisons de vente aux enchères. Il est souvent possible de voir des annonces d’œuvres de Mambor mises en vente.

De nombreuses expositions ont été consacrées aux œuvres de Mambor, tant de son vivant qu’à titre posthume. Parmi ces expositions, les suivantes ont eu lieu dans différents musées et espaces d’exposition de Rome: En 1993, Renato Mambor. L’osservatore e le Coltivazioni, au Palazzo delle Esposizioni à Rome, et Renato Mambor. The Reflector, à la galerie Sprovieri. En 1995, Fermata d’Autobus, au Spazio Flaminio/Atac à Rome, et en 1998, Mambor. Œuvre de signes. Dal ’60 ad oggi, à l’Institut national du graphisme et en 2007 Separè, à la Galerie nationale d’art moderne et contemporain de Rome. Enfin, en 2009, Mai note burrose, à l’Auditorium Arte de Rome.

D’autres expositions importantes ont eu lieu en Italie: Mambor: works from 1960 to 2000, en 2000 à la Granelli Gallery de Livourne, en 2007 Connessioni, sous la direction d’Achille Bonito Oliva, à la Fondazione Mudima de Milan, et enfin, en 2019, la grande rétrospective Mambor, à la Galleria Tornabuoni Arte de Florence. Plusieurs expositions consacrées à Mambor ont également été organisées à l’étranger, à Paris, Berlin, Prague, Londres et aux États-Unis.

Renato Mambor, l'artiste de l'objectivité. Vie, oeuvres, style
Renato Mambor, l'artiste de l'objectivité. Vie, oeuvres, style


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.