Turin, la visite archéologique sans précédent de la basilique paléochrétienne del Salvatore s'ouvre au public


Les Musées royaux de Turin ouvrent pour la première fois au public la visite archéologique inédite de la Basilique paléochrétienne du Sauveur, à l'occasion du 300e anniversaire du Musée des Antiquités.

À l’occasion du tricentenaire du Musée des Antiquités (1724-2024), les Musées royaux de Turin ouvriront pour la première fois au public, à partir du 23 avril 2024, l’itinéraire archéologique inédit de la basilique paléochrétienne del Salvatore, qui fut pendant mille ans le centre chrétien de la ville avec les églises voisines de San Giovanni Battista et de Santa Maria.

À la fin du XVe siècle, lorsque Turin fut élevée au rang de siège archiépiscopal, l’édifice fut démoli pour faire place à la nouvelle cathédrale de la Renaissance, conçue par Amedeo di Francesco da Settignano, connu sous le nom de Meo del Caprino (né à Settignano, Florence, en 1430 et mort en 1501). En 1909, dix ans après la découverte du théâtre romain, les fouilles ont mis au jour des structures architecturales, des restes de tombes, des inscriptions et la mosaïque du XIIIe siècle dédiée à la Fortune qui régit le destin de l’humanité, qui a été immédiatement transférée au musée civique de Palazzo Madama. Dans les années 1990, la Surintendance a pu compléter les fouilles sur une plus grande surface, mettant à jour le pavement de la place San Giovanni. Grâce au soutien initial de la Fondation Compagnia di San Paolo et au financement ultérieur du ministère de la Culture, l’ensemble de la zone archéologique a été confié aux Musées royaux de Turin en 2021. Aujourd’hui, une exposition muséale à fort impact, enrichie par des reconstructions tridimensionnelles du théâtre romain et du complexe épiscopal, fruit d’une collaboration entre la Surintendance, le Secrétariat régional et les Musées royaux, coordonnée par Filippo Masino et Stefania Ratto, redonne accessibilité et intelligibilité à ce patrimoine de l’archéologie urbaine. Afin de se plonger dans l’exploration de l’histoire de la ville à travers les siècles, la visite des zones archéologiques est enrichie d’un parcours qui s’étend de la Basilique del Salvatore au decumanus romain, en passant par le Théâtre et en rejoignant la section du Musée des Antiquités consacrée à l’Archéologie à Turin. Cet itinéraire est enrichi par une nouvelle exposition multimédia qui comprend une galerie de personnalités illustres.

Le programme des célébrations du troisième centenaire s’ouvre avec l’exposition archéologique La Scandalosa e la Magnifica : 300 ans de recherche sur l’industrie et le culte d’Isis dans le Piémont, accueillie dans le Spazio Scoperte au deuxième étage de la Galleria Sabauda et ouverte au public du 23 avril au 10 novembre 2024, sous la direction de l’archéologue Elisa Panero des Musei Reali, en collaboration avec l’Université de Turin. L’exposition propose un voyage à travers la ville romaine d’ Industria-Bodincomagus. Ce centre “alpin” aux fortes influences cosmopolites était un carrefour crucial reliant les cultes locaux et orientaux, les relations économiques et culturelles avec l’est de la mer Égée. Les vicissitudes archéologiques du site sont liées à l’histoire du musée de Turin et de la famille de Savoie, car il représente l’un des plus anciens témoignages en Italie du culte d’Isis, définie comme “la Scandaleuse et la Magnifique” dans l’hymne du IIIe au IVe siècle après J.-C. trouvé à Nag Hammadi en Égypte et dédié à la déesse orientale, dont s’inspire le titre de l’exposition. L’exposition présente 75 objets, dont des statues, des statuettes et des épigraphes, en bronze et en marbre, avec des œuvres particulières et évocatrices comme le Chronokrator d’Osiris - Seigneur du temps - enroulé dans les spires du serpent Aion, daté de la première moitié du IIe siècle après J.-C. - IIIe siècle après J.-C., qui est entré dans les collections dynastiques en 1612. L’exposition présente également des objets en bronze provenant du site archéologique d’Industria, qui appartient aujourd’hui à la Direction régionale des musées du Piémont, près de l’actuel Monteu da Po (Turin), ville mentionnée par Pline l’Ancien dans la Naturalis Historia, comme la danseuse en bronze, datée du 1er-2e siècle après J.-C., J.-C., redécouverte au début du XIXe siècle par le comte Bernardino Morra di Lauriano, et le célèbre trépied en bronze, œuvre datée de la moitié du IIe siècle après J.-C., richement décorée de Silènes sur des pattes de lion, de sphinx accroupis au-dessus d’un motif de grappes végétales, de supports supérieurs ornés de trois théories figuratives représentant Dionysos et de trois victoires ailées sur le globe terrestre. Les sculptures particulières dédiées à diverses divinités - Isis également représentée sous les traits de Fortune, Harpocrate, Apollon, Mithra, Héraclès, Jupiter Ammon - les inscriptions et les objets en bronze, tels que le sistre et la statuette d’une prêtresse, offrent la possibilité de pénétrer dans les traditions, les mythes et les traditions. de plonger dans les traditions, les mythes et les différentes religions qui se réfèrent aux cultes orientaux, conformément à la vocation cosmopolite que la ville d’Industria devait déjà avoir dans sa phase préromaine en tant que marché sur le Pô. Il y a aussi des céramiques provenant de toute la Méditerranée, certaines exposées pour la première fois, et des épigraphes attestant d’anciennes familles d’origine italique centrale, comme les Avilii, les Lolli, les Sertori et les Coccei, qui témoignent de la vivacité du centre situé sur l’axe du Pô, au cœur du trafic économique, social et politique le plus important de l’époque.

Trois siècles d’histoires, de fouilles et de découvertes archéologiques liées au Musée des Antiquités tracent ainsi la physionomie d’une ville “sacrée pour les dieux”, mais très aimée des hommes dédiés au commerce et à la politique de l’Empire, sur laquelle il reste encore beaucoup à découvrir : la dernière section est en effet l’occasion de faire le point sur l’urbanisme d’Industria, l’interprétation de ses monuments et les perspectives de recherche.

L’exposition fait partie du projet Marmi romani e biografie torinesi : idee e materiali per la valorizzazione delle collezioni epigrafiche del Museo di Antichità di Torino, soutenu par la Fondazione CRT. L’exposition est accompagnée du petit guide La Scandalosa e la Magnifica. 300 ans de recherche sur Industria e sul culto di Iside in Piemonte, publié dans la série I Cataloghi, dédiée par Musei Reali au Museo di Antichità.

Horaires : du mardi au dimanche, de 9 h à 19 h. Entrée incluse dans le billet des Musées royaux.

Image : Détail d’Osiris Chronokrator enroulé dans les spires du serpent Aion (tête du Ier siècle après J.-C. ; marbre ; entré dans les collections savoyardes en 1612, provenant de la collection d’Alessandro Monaldi).

Turin, la visite archéologique sans précédent de la basilique paléochrétienne del Salvatore s'ouvre au public
Turin, la visite archéologique sans précédent de la basilique paléochrétienne del Salvatore s'ouvre au public


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.