Bologne, au MAMbo, la première italienne de MIKE, la performance de Dana Michael sur le thème du travail.


Les 1er et 2 juin, le MAMbo accueillera la première italienne de MIKE, une performance de l'artiste et chorégraphe canadienne Dana Michael, consacrée au thème du travail et conçue d'après la longue expérience de l'artiste dans et avec le travail de bureau.

Pour la première fois en Italie, le MAMbo de Bologne présente, le samedi 1er juin (de 19 à 22 heures) et le dimanche 2 juin (de 17 à 20 heures), en collaboration avec Xing, la performance de longue durée intitulée MIKE, de l’artiste canadienne Dana Michael.

MIKE est une performance qui, à travers deux sessions de trois heures chacune, explore le concept de “travail”, offrant une expérience qui se veut une rébellion silencieuse mais patiente. Avec cette œuvre, Dana Michel veut ouvrir une brèche dans les conventions sociales, non pas tant pour provoquer que pour enquêter avec curiosité. Doucement, elle met au centre du débat de prétendues “figures marginales”. La performeuse crée ainsi une série de situations qui se développent selon une logique interne, évoluant dans un monde d’objets auxquels elle attribue de nouvelles significations et fonctions, s’éloignant de la pensée binaire et linéaire. Entre les lignes, elle réfléchit à son expérience en entreprise et au travail de bureau qu’elle a effectué pendant des années, tout en évoquant un avenir professionnel révolutionnaire et inclusif. Avec humour et sensibilité, il interroge nos modes d’existence. MIKE présente ainsi une écologie du temps liée au concept de ralentissement, émergeant d’un paysage d’objets et de procédures dépouillés de toute valeur fonctionnelle. L’approche des matériaux et de l’espace temporel est caractérisée par une horizontalité qui suggère une pensée non hiérarchique.

Pour Dana Michel, "la création et la production de MIKE sont aussi un engagement envers l’idée que sans confiance en nous-mêmes et dans les autres, il est impossible de vivre une vie publique qui reflète notre vie intérieure. Nous restons dans un état de demi-vie et de disharmonie... piégés dans le trafic sans fin de ne pas savoir comment se respecter ou même se reconnaître vraiment. Nous devons croire en l’autre".

“Ce que je partage avec le public, explique l’artiste, est un amalgame, un système de pensées, de sons, de silence et de dissonances qui a atteint, au fil du temps, une densité que je peux explorer en public. De minuscules détails émergent dans ma vision cinétique, rendant manifestes de petits mouvements, des résonances, des couleurs, des textures. J’entre dans une grande intimité avec tout cela et je le partage. Je veux rendre visible le processus de pensée. J’utilise la difficulté comme une méthodologie pour naviguer, pour pousser mes performances dans des endroits de vulnérabilité et de découverte. C’est à partir de là que je peux écouter de plus près et partager avec d’autres. Le fait de considérer les êtres comme des portails mathématiques, composés de milliards de possibilités, approfondit cette écoute. Ce que j’offre dans la performance est un dépôt de signes qui reste ouvert à l’interprétation, un vaste espace de rencontre et d’expansion de la logique de la vision et de l’expérience. Avec MIKE, je souhaite explorer la manière dont mon implication et celle du public changent. Le fait d’entrer dans un bâtiment qui n’est pas un espace théâtral provoque déjà des changements subtils. Je sais que le concept de confiance est là, qu’il circule et qu’il conduit aux choix que je fais. Je ressens vraiment le besoin d’explorer ce sujet et je ne pense pas être la seule. J’espère donc qu’il trouvera un écho auprès de ceux qui sont là. Comme pour tout mon travail, je n’essaie pas d’illustrer un sujet particulier. Ce qui m’intéresse avant tout, c’est de créer plus d’espace pour une diversité de perspectives et de façons d’être et de vivre. Il semble évident que nos sociétés se sont construites sur la base de modèles d’efficacité personnelle. Mon travail vise à relâcher les rênes de notre comportement social et à créer plus d’espace dans le processus. Il me semble que c’est la seule façon d’évoluer ensemble : en créant plus d’espace pour chacun. C’est peut-être une proposition idéaliste et en même temps pas du tout”.

Trois points clarifient les noyaux autour desquels Dana Michael a imaginé sa performance : le premier est la certitude que nous ne pouvons pas continuer à travailler de manière saine et cohérente avec des modes et des environnements qui n’ont pas été conçus pour permettre à une diversité d’esprits et d’espoirs de s’épanouir ou même de survivre. La seconde est la certitude que les “arts” sont l’endroit où un grand pourcentage d’êtres humains aux esprits très différents viennent respirer, à la recherche d’un épanouissement. Les artistes, le public et les travailleurs culturels cherchent un endroit où construire d’autres possibilités d’existence dans le monde, et nous pourrions tous, selon l’artiste, bénéficier grandement de l’adoption d’un mode qui reflète une plus grande reconnaissance de cette diversité d’esprits dans nos pratiques de travail quotidiennes. Enfin, la troisième consiste à faire confiance et à croire en ses propres expériences intérieures afin de les défendre et de construire des avenirs durables et éventuellement utiles pour les autres.

Dana Michel est une artiste, chorégraphe et interprète basée à Montréal, au Canada. Avant de poursuivre des études en danse contemporaine à l’Université Concordia, elle a vécu des expériences hétérogènes, notamment en tant que cadre en marketing, coureuse de compétition et joueuse de football. Michel explore l’identité comme une multiplicité désordonnée, adoptant une pratique “ élargie ” qui se nourrit de chorégraphie, d’improvisation, de gestes intuitifs, d’arts de la scène, de cinéma, de hip-hop, de techno, de poésie, de psychologie, de dub et de réflexion sociale.

Sur scène, il s’approprie des objets et retravaille son histoire personnelle, ses désirs futurs et ses préoccupations actuelles, à partir des concepts d’alchimie performative et de bricolage post-culturel. Ce processus crée une centrifugeuse empathique entre elle et son public. Depuis 2012, elle a réalisé des performances en solo, notamment “Yellow Towel”, “Palna Easy Francis”, “Mercurial George”, “Cutlass Spring” et “MIKE”.

En 2014, elle a reçu le prix Impulstanz à Vienne et a été reconnue comme l’une des chorégraphes les plus influentes de l’année par le New York Times. En 2017, elle a reçu le Lion d’argent de l’innovation à la Biennale de danse de Venise. En 2018, elle a été la première artiste de danse en résidence au Centre national des arts d’Ottawa, au Canada. En 2019, elle a reçu le prix du festival international ANTI pour l’art vivant à Kuopio, en Finlande.

Xing est une organisation culturelle basée à Bologne, en Italie, engagée dans la conception, la curation et l’organisation d’événements, de productions et de publications qui se distinguent par un regard interdisciplinaire sur les questions culturelles contemporaines. Son travail se caractérise par une attention particulière aux tendances générationnelles et aux nouveaux langages artistiques.

Dans l’image, un moment de MIKE.

Bologne, au MAMbo, la première italienne de MIKE, la performance de Dana Michael sur le thème du travail.
Bologne, au MAMbo, la première italienne de MIKE, la performance de Dana Michael sur le thème du travail.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.