Lecco, les expositions du XXe siècle se poursuivent : voici le chapitre sur le retour à l'ordre


Le cycle d'expositions sur le Novecento au Palazzo delle Paure de Lecco se poursuit. Après la récente exposition sur le futurisme, c'est au tour du retour à l'ordre avec l'exposition "Novecento. Il ritorno alla figurazione da Sironi a Guttuso", programmée du 22 juillet au 26 novembre 2023.

Le Palazzo delle Paure de Lecco accueille une nouvelle étape du cycle d’expositions Percorsi nel Novecento (Chemins du XXe siècle), un programme conçu par la Direction du Système Muséal Urbain de Lecco et dont la conception et la réalisation ont été confiées à ViDi Cultural. Cette série d’expositions qui, jusqu’en novembre 2024, analysera la scène culturelle italienne du XXe siècle, donne vie à un nouveau chapitre : après la revue qui a exploré l’univers futuriste, l’exposition Novecento est programmée au Palazzo delle Paure, du 22 juillet au 26 novembre 2023. Le retour à la figuration de Sironi à Guttuso. L’exposition, organisée par Simona Bartolena (ancienne commissaire de l’exposition Futurisme), produite et réalisée par ViDi cultural, en collaboration avec la municipalité de Lecco et le Sistema Museale Urbano Lecchese, partenaire de voyage Trenord, présente plus de 60 œuvres d’artistes tels que Mario Sironi, Carlo Carrà, Giorgio Morandi, Giorgio Guttuso, Gianfranco et Gianfranco. Giorgio Morandi, Felice Casorati, Arturo Martini, Giacomo Manzù, Mario Mafai, Renato Guttuso, Ubaldo Oppi, Carlo Sbisà et bien d’autres qui, dans l’entre-deux-guerres, ont soutenu le retour à l’ordre, c’est-à-dire l’appel à la figuration sans renier l’esprit des mouvements d’avant-garde du début du siècle dont ils avaient été les promoteurs.

Ubaldo Oppi, Couple d'amoureux - Fiançailles (L'adieu) (1914 ; huile sur carton ; Collection privée)
Ubaldo Oppi, Couple d’amoureux - Fiançailles ( L’Adieu) (1914 ; huile sur carton ; Collection privée)

Le retour à l’ordre représentait un désir commun à une grande partie du milieu culturel du début de l’après-guerre, qui criait la nécessité de revenir aux canons consacrés par la tradition, sans perdre de vue l’esprit d’avant-garde et le renouveau culturel promus par les générations précédentes.

En Italie, ce défi est relevé par Margherita Sarfatti, qui fonde le mouvement Novecento Italiano, dont font partie Anselmo Bucci, Leonardo Dudreville, Achille Funi, Gian Emilio Malerba, Piero Marussig, Ubaldo Oppi et Mario Sironi, unis par le désir de représenter une époque avec leur peinture et de retrouver le style des grands maîtres du passé. Autour du groupe Novecento gravitent d’autres auteurs comme Felice Casorati, Massimo Campigli, Filippo de Pisis et Giorgio Morandi qui, bien que partageant les mêmes idéaux, n’y ont jamais adhéré pleinement. Dans l’exposition, le public trouvera également une salle consacrée à Mario Sironi avec des œuvres qui représentent bien le style de l’artiste dans la période étudiée. Mais il y a aussi des œuvres importantes comme un rare paysage de Giorgio Morandi ou le tout aussi extraordinaire Rovine peint par Afro dans les années 1930. Un rôle particulier est joué par ce que l’on appelle le réalisme magique, qui a une portée plus européenne et qui, à partir de la récupération de traits stylistiques expressifs classiques, devient néanmoins l’expression d’une tension émotionnelle très éloignée de la monumentalité et de la solennité exhibées de tant de peintures du XXe siècle.

À côté des œuvres relevant du réalisme magique, l’exposition explore également diverses déclinaisons oniriques et visionnaires possibles de la peinture de la réalité, depuis les épisodes surréalistes jusqu’aux héritages métaphysiques encore visibles dans certaines œuvres. L’exposition se termine idéalement par une reconnaissance des auteurs qui se sont placés en opposition, y compris politique, à l’art officiel, du groupe Corrente à Milan à la Scuola di via Cavour romaine. À côté des grands noms de l’époque, l’exposition présente aussi, comme à l’accoutumée, des peintures et des sculptures d’artistes moins connus, qui ne manqueront pas de surprendre le visiteur.

Composée presque exclusivement d’œuvres provenant de collections privées (à l’exception de prêts importants du Museo della Permanente de Milan et de la collection BPM), l’exposition offre l’occasion d’admirer des œuvres rarement exposées, dont certaines sont proposées au public pour la première fois.

Le parcours est ponctué par la découverte d’autres expressions de la création contemporaine, du design à l’architecture, avec l’essor de l’Art déco et du rationalisme, du théâtre à la littérature. Comme les autres expositions du projet Palazzo delle Paure, l’exposition sera accompagnée d’un important dispositif didactique et narratif, avec des notes historiques, des informations et des explications à caractère populaire.

“Une grande exposition est de retour au Palazzo delle Paure, proposée par ViDi”, déclare Simona Piazza, conseillère municipale de Lecco pour la culture, “avec laquelle nous avons le plaisir de promouvoir depuis plusieurs années de grandes expositions dans le centre d’exposition d’excellence de notre ville. Cette nouvelle exposition consacrée au XXe siècle fait suite à celle des Futuristes, qui vient de s’achever avec un grand succès public, et, bien qu’elle s’inscrive dans une temporalité similaire, elle propose un parcours artistique plus figuratif et classique. L’objectif est de proposer un excursus à travers les 19e et 20e siècles qui peut également s’articuler avec les thèmes et les œuvres de notre galerie d’art moderne, pour un voyage artistique de découverte et de connaissance qui remonte jusqu’à la première moitié du siècle dernier”.

"Après l’exposition Futuristes, explique Simona Bartolena, qui a étudié l’évolution du mouvement d’avant-garde fondé par Marinetti, en accordant une attention particulière à la deuxième période du mouvement, nous inaugurons Novecento, qui en poursuit idéalement l’histoire. Les années sont les mêmes - du début de l’après-guerre aux années 1940 -, mais cette fois l’accent est mis sur les artistes qui ont opté pour un retour à la figuration classique. Une tendance qui présente un éventail de possibilités expressives et de multiples nuances possibles. La complexité de la période étudiée se reflète dans l’expérience artistique des protagonistes de la scène culturelle de l’époque, entre contrastes, contradictions et interprétations possibles de l’idée de récupération de la tradition figurative. Les couleurs vives, le dynamisme, l’imagination et l’attitude provocatrice qui caractérisaient les œuvres de l’exposition précédente font place à des compositions basées sur la plasticité, la synthèse et la solidité des formes et sur des palettes qui privilégient les couleurs terreuses".

“Comme d’habitude, poursuit Simona Bartolena, la mise en page et le parcours sont conçus selon une idée narrative précise qui, œuvre après œuvre, développe le thème en racontant ses différents aspects et expressions. Pour rendre la lecture plus agréable, nous avons imaginé, en plus des sections plus classiques qui donnent un aperçu général des différents langages, des sections consacrées à des genres iconographiques spécifiques, permettant des comparaisons entre les différentes personnalités et les différents styles”.

Un catalogue réalisé par Ponte43 pour les éditions culturelles ViDi accompagne l’exposition. Horaires : mardi 10h-14h ; mercredi à dimanche 10h-18h. Fermé le lundi. La billetterie ferme une heure avant. Renseignements : Tél. 0341 286729 | palazzopaure@comune.lecco.it | www.museilecco.org

Lecco, les expositions du XXe siècle se poursuivent : voici le chapitre sur le retour à l'ordre
Lecco, les expositions du XXe siècle se poursuivent : voici le chapitre sur le retour à l'ordre


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.