Arte Fiera 2024, le point de vue des galeristes sur l'édition du 50e anniversaire


Comment s'est déroulée l'édition du 50e anniversaire d'Arte Fiera à Bologne ? Plusieurs galeristes, des plus expérimentés aux nouveaux venus à la foire, nous ont fait part de leurs opinions, de leurs idées, du déroulement des ventes et des prix auxquels les œuvres ont été vendues.

Plus de 50 000 visiteurs, une satisfaction partagée, de bons chiffres de vente: l’édition du 50e anniversaire d’Arte Fiera à Bologne s’est avérée être l’une des meilleures de ces dernières années. Confirmée, après le retour de l’année dernière, dans l’emplacement traditionnel des pavillons 25 et 26 de Bologna Fiere, la kermesse émilienne, qui ouvre traditionnellement l’année de l’art contemporain en Italie, a profité de l’arrivée de la directrice des opérations Enea Righi qui, après une première année consacrée à la mise en place d’un système de gestion de l’exposition, a décidé de mettre en place un système de gestion de l’exposition. Enea Righi qui, après une première année de rodage, a su, aux côtés du directeur artistique Simone Menegoi , donner à la manifestation de Bologne un nouveau visage, très orienté vers le but ultime d’une foire d’art (la vente), suscitant l’approbation générale des galeristes présents.

Du 2 au 4 février 2024, l’édition du 50e anniversaire de la plus ancienne foire d’art contemporain d’Italie, qui existe depuis 1974, a vu d’importants retours de galeristes de premier plan (par exemple Lia Rumma, Lorenzelli Arte, Franco Noero, Sprovieri, Apalazzo) et un bon nombre de nouveaux participants, avec un total de 171 exposants qui, dans l’ensemble, se sont distingués par un niveau de proposition soutenu. Les collectionneurs d’art contemporain n’ont pas manqué, tout comme les ventes dès les premières heures de l’avant-première destinée aux journalistes et aux grands collectionneurs qui s’est tenue le jeudi. Telles sont quelques-unes des sensations qui nous ont été communiquées par les galeristes avec lesquels nous avons eu l’occasion d’échanger quelques opinions.

Foire d'art 2024 Arte Fiera
2024
Foire d'art 2024 Arte Fiera
2024
Foire d'art 2024 Foire d’art
2024
Foire d'art 2024 Arte Fiera
2024

Parmi les galeries les plus satisfaites figure la milanaise Federico Rui Art contemporain, présente à Arte Fiera avec une seule exposition de l’un des plus grands peintres italiens contemporains, Daniele Galliano, intitulée It’s all over now, Baby Blue, comme la chanson de Bob Dylan : l’un des meilleurs stands de la foire (nous l’avons inclus dans notre top 10), qui a reçu beaucoup d’éloges pour la qualité de la proposition. “La foire en général s’est bien déroulée. Le public a été très nombreux et très intéressé pendant les quatre jours de l’événement”, confirme Federico Rui. “Nous avons présenté une exposition personnelle de Daniele Galliano, à qui nous devons un retour précoce à la peinture au début des années 1990. Il est l’un des rares ”peintres“ à avoir fait plusieurs expositions personnelles à New York, notamment chez Annina Nosei en 1996 et 1997, et à la Esso Gallery en 2006”. Une foire satisfaisante pour Federico Rui également d’un point de vue commercial: la clientèle hétérogène de la galerie, allant de jeunes collectionneurs à des personnes plus expérimentées telles que des indépendants et des entrepreneurs, a apprécié la proposition en achetant Un uomo nuovo (une huile sur toile de 50 x 40 centimètres, également présentée récemment à l’exposition La pittura italiana di ritratto nel XX secolo à la Villa del Balbianello de Bellano, pour un montant de 4.500 euros, un panneau de 40 cm sur 30 cm intitulé Come eravamo, 3 500 euros, et le plus trande Constellation, 8 500 euros). En revanche, les négociations sont ouvertes pour deux grands formats : Grigliata, 150 x 200 centimètres, à 17 500 euros, et Andrà tutto bene, même format, même prix. “Les halls 25 et 26, explique Federico Rui à propos de la foire en général, sont le choix idéal parce qu’ils sont faciles à parcourir et entourés de lumière naturelle garantie par les splendides baies vitrées, ce qui augmente la convivialité du parcours. Cela augmente l’agrément du parcours, qui a été marqué par une excellente qualité d’exposants et de choix d’œuvres. Je ne vois pas d’aspects particuliers à améliorer, au contraire... si Arte Fiera se définit comme une foire commerciale ou une foire populaire nationale, elle ne doit pas se dénaturer vers le conceptualisme et la recherche. De tels événements sont nécessaires pour accueillir un public de plus en plus large et pas seulement élitiste. Il en va de même pour notre extranéité : la participation de galeries étrangères est la bienvenue, mais elle ne doit pas être l’objectif principal”.

De Milan à Turin, la galerie Mazzoleni, qui participe depuis longtemps aux principales foires italiennes et à Arte Fiera, est également très satisfaite. Une réponse très positive pour cette édition qui marque le 50e anniversaire de la foire“, nous informe la galerie, ”tant pour le moderne, notamment avec Agostino Bonalumi (deux œuvres présentées ont été vendues), que pour le contemporain avec Marinella Senatore (sculptures lumineuses, collage), Andrea Francolino, Rebecca Moccia, Melissa McGill et David Reimondo, à qui nous consacrerons une exposition personnelle le 21 mars".

Federico Rui Art contemporain
Federico Rui Art contemporain
Mazzoleni
Mazzoleni

Appréciation avec réserve de la part de la galerie Frediano Farsetti de Milan : “La foire s’est bien déroulée dans l’ensemble”, nous a-t-il fait savoir, même si “nous avons constaté un manque de clients étrangers par rapport aux autres éditions”. En revanche, Francesca Antonini Arte de Rome s’est montrée très satisfaite de la participation de deux stands, l’un consacré aux œuvres du peintre bolonais Rudy Cremonini, né en 1981 mais devenu l’un des grands noms de la peinture italienne (il a été l’un des protagonistes de la Pittura a été l’un des protagonistes de la section Pittura XXI, très jeune, puisqu’elle n’existe que depuis cinq éditions, mais très populaire auprès des collectionneurs, des galeristes et du public), et une dans la section principale où étaient présentées les œuvres d’une autre peintre, Alice Faloretti, une jeune femme de 32 ans originaire de Brescia. “La foire s’est très bien déroulée”, nous a confié Francesca Antonini. “Elle a été très animée, avec un public intéressé et attentif. Nous avons beaucoup vendu, avec des chiffres compris entre 2 000 et 12 000 euros. Nous avons redécouvert des collections que nous connaissions déjà, mais nous en avons aussi acquis de nouvelles à l’étranger (Paris, Londres et Stockholm). Dans l’ensemble, nous sommes donc extrêmement satisfaits”.

La galerie Vigato, qui était présente parmi les stands consacrés à la proposition moderne, exprime également son appréciation. Nous pouvons dire avec plaisir que la foire a été très bien visitée et que de nombreux contacts intéressants ont été établis. Ce fut une merveilleuse 50e édition. Nous saluons l’excellente communication réalisée par Arte Fiera".

Frediano Farsetti
Frediano Farsetti
Francesca Antonini
Francesca Antonini
Galerie Vigato
Galerie Vigato

Parmi les galeries débutantes, on trouve la napolitaine Acappella, également l’une des protagonistes de la section Pittura XXI avec un stand entièrement consacré au jeune napolitain Claudio Coltorti, très apprécié par la critique (le stand d’Acappella figure également dans le top 10 de Finestre sull’Arte), au point d’avoir remporté une place au prix Osvaldo Licini, dédié à la peinture italienne (en effet, par tradition, l’un des cinq finalistes du prix est choisi à Arte Fiera). Nous participons pour la première fois à Arte Fiera, nous n’y sommes jamais allés, même en tant que visiteurs“, explique la galerie, qui cite parmi les aspects positifs ”un jeudi d’avant-première très prometteur, avec une excellente participation, un lieu adapté et une foire formidable, notamment grâce à la belle lumière qui filtre à travers le plafond et qui rend agréable le séjour dans les pavillons“. Cependant, il y a encore des choses à revoir, par exemple ”les panneaux des stands étaient souvent fissurés (pas pour une grande foire)“, tandis qu’un autre aspect négatif a été identifié dans la disposition, ”tant la disposition générale, qui était un peu dispersive, que celle de notre stand, qui était trop éloigné des zones chaudes, ce qui s’est avéré favoriser de véritables ’carrés/galeries’“. Mais la satisfaction est au rendez-vous : ”Notre meilleur résultat a été d’être finaliste du Prix Licini avec l’artiste Claudio Coltorti (seul artiste présenté) qui, avec une belle motivation, a été jugé digne de concourir aux sélections finales qui se tiendront ultérieurement“. Pas mal de ventes non plus : ”Nous avons vendu quelques œuvres, mais seulement quelques petites, entre 800 et 2.500 euros".

Enfin, un avis positif a également été émis par l’une des galeries les plus expérimentées, la Vénitienne Michela Rizzo, qui fête cette année son vingtième anniversaire et qui a déjà à son actif d’autres éditions de la foire de Bologne. “La foire s’est relativement bien déroulée”, nous dit la propriétaire. “Nous avons commencé brillamment le premier jour, puis nous avons moins bien fini. Je dois dire que nous avons fait l’impasse sur la dernière édition et que, par rapport à 2022, la situation ne s’est pas seulement améliorée, elle a même été catastrophique. Les organisateurs et le conservateur ont bien fait de sortir de l’abîme. La foire était bien aménagée, les stands de qualité et les collectionneurs heureux de l’accueil qui leur a été réservé. Des aspects à améliorer ? Pas vraiment, mais à la rigueur ”je dirais que l’équipe, dit Michela Rizzo, doit continuer dans cette voie en impliquant des galeries plus importantes“. Quant aux affaires, ”nous avons vendu dans une fourchette de prix allant de 3 000 à 12 000 euros par heure“, conclut Michela Rizzo, ”alors peut-être que quelque chose va se passer dans les prochains jours : nous avons touché de nouveaux collectionneurs avec lesquels nous espérons faire plus ample connaissance. Tous italiens en tout cas".

Acappella
Acappella
Michela Rizzo
Michela Rizzo

Bien sûr, les commentaires moins enthousiastes n’ont pas manqué : pour certains exposants, la foire ne s’est pas déroulée comme ils l’auraient souhaité, mais il est vrai qu’aucune foire ne peut satisfaire tout le monde de la même manière. Cette année, cependant, les commentaires ont été majoritairement positifs. En fin de compte, ce que les galeristes attendent d’une foire, c’est surtout une chose : un environnement propice à la vente. Selon Enea Righi, directeur des opérations, le succès réside aussi dans la promotion d’un “climat empathique” : Arte Fiera reste une foire très orientée vers le public et les collectionneurs italiens, et l’on y respire un climat différent de celui d’Artissima ou de Miart, par exemple.

Une sorte de point de référence pour tout le mouvement italien, pourrait-on dire, et il est donc bon que les récents choix de gouvernance aient contribué à faire revivre une foire qui se perdait un peu. Maintenant, donc, ceux qui achètent de l’art (mais aussi ceux qui sont simplement intéressés par les nouveautés) savent que Bologne aussi, avec son identité, si elle ne court pas après d’autres foires qui offrent une proposition différente, est, et peut certainement rester, un rendez-vous qu’il est difficile d’ignorer.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.



Finestre sull'Arte