A propos du terme "momie" dans les musées britanniques


Peut-on encore dire "momie" dans les musées britanniques ? Voici comment le débat est abordé.

ATTENTION - 02/02/2023 20:14 p.m. En raison d’un problème de vérification, les premiers éditeurs de cette nouvelle ont transmis un contenu erroné et décontextualisé. Nous nous excusons auprès de tous nos lecteurs: Finestre Sull’Arte accorde la priorité à l’exactitude des informations. Vous trouverez ci-dessous la nouvelle corrigée et, en bas, le titre de la première version dans une capture d’écran, afin d’éviter que le contenu ne se retrouve indexé et n’embrouille davantage le lecteur.

En Angleterre, il y a un débat sur le terme"momie", considéré par certains comme déshumanisant pour des personnes mortes depuis trois mille ans. Il serait alors préférable d’utiliser l’expression "personne momifiée" ou"restes momifiés“, notamment parce qu’avec le mot ”momie", on reviendrait, selon ces musées, au passé colonial de la Grande-Bretagne. Les déclarations des représentants des musées ont été relayées par le Daily Mail, puis reprises par la revue spécialisée Artnews.

Le British Museum dit utiliser cette dernière expression, “restes momifiés”, pour souligner au public qu’il s’agit de personnes qui ont été vivantes. Un porte-parole du siège du musée londonien a déclaré que le musée n’avait pas interdit l’utilisation du terme “momie” et qu’il était toujours utilisé dans ses salles, mais que dans ses dernières expositions, il avait utilisé l’expression “restes momifiés de”, en incluant le nom (s’il est connu) de la personne qui a été momifiée, soulignant ainsi que les restes momifiés sont ceux de personnes qui ont été vivantes. "Les recherches entreprises par le musée au cours des dix dernières années se sont concentrées sur les individus, en examinant la manière dont ils vivaient et se préparaient à la vie après la mort. Cette approche vise à rapprocher le visiteur des peuples qui vivaient le long de la vallée du Nil", a-t-il ajouté.

Le Great North Museum de Newcastle: M. Hancock explique que le musée a adopté les nouveaux termes pour désigner sa femme momifiée Irtyru, datant d’environ 600 ans avant J.-C., afin de reconnaître l’histoire de l’exploitation coloniale et de lui accorder le respect qu’elle mérite. Le mot “momie”, explique Jo Anderson du Great North Museum, est utilisé en anglais depuis au moins 1615, mais certains affirment qu’il a un passé colonial puisqu’il dérive du mot arabe “mummiya”, qui signifie “bitume” et qui était utilisé comme substance d’embaumement. De nombreuses momies sont arrivées en Grande-Bretagne à l’époque impériale, notamment à l’ère victorienne, où l’on avait tendance à s’en débarrasser".

Quant au National Museum of Scotland, "lorsque nous connaissons le nom d’un individu, nous l’utilisons, sinon nous utilisons ’homme, femme, garçon, fille ou personne momifié(e)’ car nous nous référons à des personnes, pas à des objets“, a déclaré une porte-parole du musée écossais. Le mot ”momie“ n’est pas incorrect, mais il est déshumanisant, alors que l’utilisation du terme ”personne momifiée" encourage nos visiteurs à penser à un individu.

Le titre erroné
Le titre erroné

A propos du terme
A propos du terme "momie" dans les musées britanniques


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.