Le nouveau cours du Centre Pecci à Prato. Le nouveau directeur présente les activités


Le nouveau directeur du Centro Pecci de Prato, Stefano Collicelli Cagol, a présenté hier le programme du musée. Voici ce que prévoit le nouveau parcours de l'important musée d'art contemporain toscan.

Le Centro Pecci di Prato présente son nouveau cap: le nouveau directeur, Stefano Collicelli Cagol (Padoue, 1978) a en effet présenté le programme qui caractérisera le Centro Pecci en 2022. Un programme caractérisé par la valorisation du patrimoine du musée, la promotion des relations avec le territoire, des projets de grands artistes internationaux, l’attention portée à la recherche et l’accessibilité à tous les publics. C’est à cette occasion qu’a été inaugurée l’exposition Le jardin de l’art. Œuvres, collections, la première exposition organisée par le nouveau directeur dans laquelle le Centre et le jardin sont compris non seulement comme des lieux de soins et de rafraîchissement mais aussi comme des espaces d’émerveillement où l’on peut s’immerger dans la beauté sous toutes ses formes. Pour le nouveau directeur, comparer le Centre à un jardin souligne le rôle de l’art en tant qu’élément essentiel d’une communauté et répond à la nécessité de confronter des formes et des images nées dans des moments historiques complexes comme celui que nous vivons actuellement. Le programme culturel du Centre Pecci pour 2022 ne se limite pas à présenter des expositions, mais entend s’intéresser à toutes les activités: le Cinéma-Auditorium, le Bistrot, le Restaurant, la Bibliothèque et les Archives, la Librairie, l’Espace Centre Urbain et les deux Laboratoires Didactiques constituent une institution complexe, ouverte à la ville et à la participation, qui permet à différents types de publics de profiter d’une offre muséale différenciée. Parallèlement, des travaux sont en cours pour exposer de manière permanente une sélection d’œuvres de la collection du Centre Pecci.

“Le Centre Pecci, explique Stefano Collicelli Cagol, est un centre et non un musée: sa perspective est tournée vers l’avenir et sa vocation interdisciplinaire. La mode, le cinéma, la musique, l’architecture, le design, la danse, le théâtre, la littérature et les arts trouveront leur place à l’intérieur du Centre, s’imbriquant dans ses activités - telles que le cinéma, l’arène extérieure, la bibliothèque, les archives, le bistrot, le restaurant, la librairie, le Centre urbain et les deux laboratoires d’enseignement - pour améliorer le bien-être de la communauté de Prato et du public national et international qui le visitera. Comme une caisse de résonance à partir de laquelle se propagent des ondes sonores qui attirent de nouvelles réalités à l’intérieur, le Centro Pecci veut être une plaque tournante pour la promotion et la circulation des langues contemporaines en Toscane, en tissant des relations importantes avec les principales institutions culturelles de la région avec lesquelles nous commençons déjà à avoir des conversations fructueuses. L’objectif principal reste de s’établir comme un centre de référence national et international pour la créativité contemporaine, mais aussi d’impliquer activement la communauté en faisant du musée un espace commun”.

La saison d’exposition

La saison d’exposition 2022 (printemps-été) du Centre d’art contemporain Luigi Pecci de Prato, qui s’articule autour des pierres angulaires que sont la valorisation du patrimoine du musée, les projets d’exposition avec de grands artistes internationaux, l’accent mis sur la recherche et le design, et l’accessibilité pour la communauté, s’ouvre avec Le jardin de l’art. Œuvres, collections, du 27 mars au 24 juillet 2022, la première exposition organisée par le nouveau directeur Stefano Collicelli Cagol. L’exposition se déroule dans un parcours à travers les dix salles de l’aile historique du musée, parmi des œuvres d’artistes italiens et internationaux de différentes générations. Le titre de l’exposition évoque l’image du musée et du jardin, compris non seulement comme des lieux dédiés au soin et au rafraîchissement, mais aussi comme des espaces d’émerveillement où l’on peut s’immerger dans la beauté sous toutes ses formes. Le jardin d’art est peuplé d’œuvres provenant de la collection du Centro Pecci et de collections privées - la collection est en soi un “acte de soin” pour les objets et les idées les plus divers - ainsi que d’œuvres d’un groupe d’artistes émergents. Des œuvres d’Alberto Savinio, Osvaldo Licini, Alighiero Boetti et Alberto Burri aux artistes contemporains tels que Nan Goldin, Monica Bonvicini, Roni Horn et Marisa Merz, Il giardino dell’arte. Œuvres, Collections présente et rend accessible au public, dans les espaces du Centre, des œuvres de grande qualité, ramenant l’attention de l’institution sur la collection, un thème qui sera encore accentué par le futur projet de réorganisation de la collection permanente.

Du 21 mai au 25 septembre 2022, c’est au tour du Gruppo 9999. Memories of Techno-Ecology, une exposition conçue par Stefano Pezzato, responsable des collections et des archives du Centre Pecci, réalisée par le Centre Pecci en étroite collaboration avec les Archives 9999 et les Fiumi Studios, conçue et développée par Elettra Fiumi, Margherita Marri et Luigi Savio, avec un design d’exposition réalisé par (ab)Normal et CAPTCHA, et des projections vidéo réalisées par les Fiumi Studios. L’exposition est consacrée à une sélection de projets du groupe radical florentin 9999. Dans le contexte historique de l’Europe de 68 et du mouvement de la contre-culture américaine, le travail du groupe 9999 déclenche des visions qui sont toujours d’actualité. Dans leurs collages imaginatifs, un mode de pensée écologique émerge parmi le feuillage d’une forêt cybernétique, capable de surmonter la dichotomie “nature-culture” grâce à l’utilisation de la technologie comme instrument de coexistence plutôt que d’extraction. Loin des positions restauratrices de “retour à la nature”, leurs projets s’inscrivent dans un futur-présent en remettant profondément en question les outils de l’architecture par rapport à la manière dont nous habitons la planète, suggérant, plutôt que des solutions, une série de visions vers un nouvel équilibre entre l’homme, la technologie et le monde biologique. L’exposition sera conçue comme une forêt dans laquelle se perdre, où trois clairières se rencontrent, révélant d’un point de vue différent les trajectoires fondamentales à travers lesquelles la pensée du groupe 9999 forme sa position sur le sujet. Sans ordre ni hiérarchie, nous rencontrerons la première section intitulée Nature as cultural artefact, avec une sélection de projets qui mettent en évidence l’approche non dichotomique entre technologie-homme-nature ; une deuxième section intitulée Landscape-Machine qui explore la pensée germinale du groupe pour comprendre l’architecture non pas comme un objet formel mais comme un réseau/système/paysage ; et une troisième section intitulée Architecture de la boîte noire, qui souligne comment, par une stratégie de déplacement, le groupe parvient à une pensée germinale sur l’anthropocentrisme et les problèmes ontologiques posés par la puissance de calcul des nouvelles technologies, en notant leur nature magique et obscure qui renvoie à un sens archaïque du sublime. Chacune de ces trajectoires sera enrichie d’une lecture contemporaine à travers une série de conversations ouvertes au public qui reprendront leur héritage en les ouvrant aux questions urgentes du présent. L’exposition comprendra la réimpression du livre d’artiste auto-édité à Florence en 1972 par le groupe 9999, Ricordi di architettura / Mémoires d’architecture, dernier acte d’une expérience séminale qui a culminé il y a précisément cinquante ans avec le prix remporté par le groupe au MoMa de New York à l’occasion de l’exposition historique Italy: The New Domestic Landscape.

Schema 50, une galerie parmi les néo-avant-gardes (1972-1994), une exposition conçue par Stefano Pezzato et réalisée par le Centro Pecci en étroite collaboration avec Raul Ernesto Dominguez, cofondateur de Schema et directeur de la Fondazione Alberto Moretti / Galleria Schema à Carmignano (Prato), avec des recherches d’archives menées par Desdemona Ventroni, sera également présentée du 21 mai au 25 septembre. Il s’agit d’une sélection d’œuvres originales et de documents d’archives pour commémorer le 50e anniversaire de la Galleria Schema (1972 - 1994), un espace de recherche original sur les mouvements néo-avant-gardistes nationaux et internationaux à Florence, à l’occasion du centenaire de la naissance de son fondateur, l’artiste Alberto Moretti (Carmignano, Prato, 1922 - 2012). Il s’agit de la première exposition muséale entièrement consacrée à l’activité expérimentale de la Galleria Schema et, en même temps, au travail conceptuel, anthropologique et politique développé par Alberto Moretti. Le projet d’exposition fait suite aux récentes expositions consacrées aux collections muséales d’architecture radicale, dont la Galleria Schema a été l’un des promoteurs en Italie ; il est également lié à la présence des archives de Mario Mariotti, un artiste qui a exposé plusieurs fois à la galerie, et à l’acquisition récente des archives de Lara Vinca Masini, une critique militante attentive aux expériences artistiques indépendantes telles que celles de Schema, ainsi qu’une amie et compagne d’Alberto Moretti pendant plus d’un demi-siècle. Parallèlement à l’exposition, une journée d’étude sur les activités de la Galleria Schema et la pratique artistique contemporaine d’Alberto Moretti sera organisée, avec des témoignages historiques et de nouvelles contributions critiques. La documentation de l’exposition et de la journée d’étude alimentera une publication monographique, la première enquête entièrement consacrée à l’expérience de Schema et à la recherche de son fondateur. Fondée par l’artiste Alberto Moretti avec Roberto Cesaroni Venanzi et Raul Ernesto Dominguez, la Galleria Schema a été inaugurée à Florence en février 1972 avec une exposition anthologique réalisée par le groupe d’architectes radicaux de Superstudio, qui a également conçu l’espace d’exposition situé Via della Vigna Nuova. Depuis son ouverture, Schema s’est distingué par ses propositions d’exposition audacieuses, contribuant, par sa production éditoriale, au renouvellement des instruments habituels de l’information et de la communication artistique. Espace de recherche fortement orienté vers la promotion des néo-avant-gardes nationales et internationales, attentif à l’expérimentation contemporaine dans les domaines théâtral, cinématographique et musical, la Galleria Schema a organisé, jusqu’à sa fermeture en 1994, des expositions et des événements axés principalement sur l’art conceptuel et post-conceptuel, l’architecture radicale, la performance et les happenings, ainsi que l’art anthropologique et politique, qu’elle accompagnait d’initiatives publiques également de nature théorique telles que des rencontres, des séminaires et des présentations de livres, organisés avec la participation active d’artistes (parmi lesquels Giuseppe Chiari, Jannis Kounellis, Gino De Dominicis, Vettor Pisani) et l’implication de critiques et d’universitaires (Eugenio Battisti, Achille Bonito Oliva, Lara-Vinca Masini, Filiberto Menna, Ermanno Migliorini, parmi d’autres).

Enfin, du 16 septembre 2022 au 8 janvier 2023, c’est au tour de Massimo Bartolini. Hagoromo, organisée par Luca Cerizza et Elena Magini, est une grande exposition consacrée à Massimo Bartolin. Réalisée en partenariat avec Intesa Sanpaolo, elle présente une nouvelle installation - la plus grande jamais créée par l’artiste - spécialement conçue pour les espaces du musée, une sorte de nouvelle colonne vertébrale qui guide le spectateur à la découverte d’œuvres appartenant à différents moments de sa carrière. Délaissant le caractère rétrospectif, l’organisation chronologique et thématique, l’exposition fonctionne comme un itinéraire de rencontres surprenantes et révélatrices. Hagoromo est le titre d’une célèbre pièce du théâtre nô japonais qui raconte l’histoire d’un pêcheur qui trouve un jour le hagoromo, le manteau de plumes de la tennin, un esprit céleste féminin d’une beauté surnaturelle qui fait partie de la mythologie japonaise. Lorsque l’esprit lui demande de récupérer le manteau sans lequel il ne pourrait pas retourner au ciel, le pêcheur répond qu’il ne le lui donnera qu’après l’avoir vue danser. Hagoromo (1989) est également le titre de ce que Bartolini considère comme sa première œuvre de maturité: à l’intérieur de son ancien studio, sur une scène illuminée, un musicien improvise une musique pour saxophone. Un danseur réagit à la musique, se déplaçant à l’intérieur d’un parallélépipède sur roues, qui a l’apparence d’une minuscule unité d’habitation. Cette performance anticipe déjà certains des thèmes et caractéristiques qui accompagnent encore aujourd’hui sa recherche: la dimension narrative, qui se développe à partir d’hommages, de références et d’échantillonnages d’autres histoires, œuvres et biographies ; la relation avec la dimension architecturale et spatiale ; la relation avec la dimension théâtrale et de performance, également à travers l’utilisation du son et de la musique ; la délimitation dans l’œuvre de relations entre des oppositions apparemment irréconciliables. L’exposition est accompagnée de Hagoromo: Massimo Bartolini 1989-2022, la publication la plus complète jamais consacrée à l’artiste toscan. Sous la direction de Luca Cerizza et Cristiana Perrella, et publié par NERO, le volume est un projet réalisé grâce au soutien du Conseil italien (10e édition 2021), le programme pour la promotion internationale de l’art italien de la Direction générale de la créativité contemporaine du ministère de la Culture.

Livres du Centre Pecci

Parmi les activités du musée en 2022, le Centro Pecci Books - Dialogues sur les écrits d’aujourd’hui poursuit, avec une nouvelle édition, la série d’événements que le Centre Pecci consacre à l’étude approfondie de la littérature et de la narration contemporaines à travers ses protagonistes. La forme fluide des rencontres, qui ont toujours lieu le jeudi à 18 heures, est remodelée en fonction des invités, devenant tour à tour une réunion, un exposé, une conférence, une lecture ou une interview, avec la nouveauté cette année d’être accueillies dans la Sala Cinema, à laquelle on accède par le nouveau Bistrot. Les rencontres avec les auteurs de la scène littéraire italienne s’accompagnent de la présentation de leurs nouvelles publications et représentent une occasion d’approfondir leurs thèmes et leur poétique, tout en maintenant l’accent sur l’art contemporain avec les critiques les plus prestigieux dans ce domaine. Le programme du Centro Pecci Books 2022 se caractérise par des rendez-vous consacrés aux femmes et à l’identité de genre, par la nouvelle entrée de la bande dessinée d’auteur, par des textes de cinéma (en tandem avec le Centro Pecci Cinema) et de théâtre, et par les premières initiatives en collaboration avec l’Urban Center qui vient d’être inauguré par la Comune di Prato et la Fondazione per le Arti Contemporanee in Toscana au rez-de-chaussée du Centro Pecci. L’édition 2022 jette également les bases d’importantes joint-ventures et collaborations - qui seront développées à l’automne et tout au long de 2023 - avec le Festival La Città dei Lettori, Lucca Comics&Games, MyMovies, Un Prato di Libri.

Le Centro Pecci Books 2022 a été inauguré le 24 février par Enrica Tesio en dialogue avec Gabriele Ametrano (directeur du Festival “La Città dei Lettori”), suivi le 10 mars par le premier rendez-vous avec la “bande dessinée d’auteur” - Zuzu en dialogue avec Giovanni Russo de Lucca Comics&Games - et le 17 mars par le premier rendez-vous avec la “bande dessinée d’auteur”, avec Giovanni Russo de Lucca Comics&Games. Games - et le 17 mars par l’événement Centro Pecci Books-Centro Pecci Cinema avec les frères D’Innocenzo, une journée entière consacrée à la rétrospective de leurs trois films et à la présentation de Trilogia en dialogue avec Gianluca Guzzo, directeur éditorial de MyMovies. Enfin, le 24 mars, un incroyable tour des dépôts des musées italiens avec Il Tesoro Invisibile - Viaggio nell’Arte custodita nei depositi dei musei italiani de Filippo Cosmelli et Daniela Bianco en dialogue avec Stefano Pezzato, responsable de la collection et des archives du Centro Pecci. Le Centro Pecci Books a débuté en février 2019 avec Alessandro Baricco et son livre The Game, alors fraîchement sorti de presse, et, dans ses éditions suivantes, il a impliqué d’importants invités de la scène littéraire et éditoriale tels que Francesco Piccolo, Michele Serra, Annalena Benini, Francesco Bonami, Gianrico Carofiglio, Sandro Veronesi, Viola Ardone, Francesco Guccini, Vincenzo Trione, Melania Mazzucco, Giorgio Fontana, Edoardo Nesi, Teresa Ciabatti, Nicoletta Verna, Marta Barone. La dernière édition (octobre-décembre 2021) a vu la participation de: Emanuele Coccia, Vera Gheno, Flavio Caroli, Salvatore Settis, Stefano Bartezzaghi et Pietro Castellitto.

Cinéma Pecci

Comme elle l’a fait depuis son ouverture, la salle de cinéma du Centre d’art contemporain Luigi Pecci continuera dans les prochains mois à prêter attention aux réalisateurs les plus intéressants de la scène internationale et surtout à ceux, jeunes et moins jeunes, qui essaient d’expérimenter et de faire des recherches, conscients que le cinéma est un grand art de la contemporanéité ; il accueillera des chefs-d’œuvre de la Cineteca, avec la programmation de films restaurés de la Cineteca di Bologna, et organisera des événements Focus au cours desquels nous rencontrerons des réalisateurs qui viendront présenter leurs œuvres ou des critiques qui nous aideront à mieux comprendre les films et les auteurs qui sont les protagonistes de notre programmation. Le public pourra également profiter du service de bar, qui sera toujours ouvert pendant les heures d’ouverture du cinéma.

Activités pédagogiques

Le Pecci se veut un musée de plus en plus accessible aux groupes, aux écoles, aux familles et aux publics particuliers. Dans le sillage de l’héritage de l’artiste et designer Bruno Munari - conseiller pédagogique du Centre Pecci depuis 1988 - la deuxième salle pédagogique du musée, dédiée aux adolescents et aux adultes, rouvre ses portes pour des activités dans le cadre de la réaffectation du rez-de-chaussée du bâtiment Gamberini pour les services au public: le Cinéma-Auditorium, le Bistrot, l’Espace Centre Urbain et les deux Laboratoires Didactiques créent un environnement agréable et relaxant qui permet aux différents groupes de public de profiter en toute sécurité de l’offre muséale différenciée. Le Centre Pecci devient de plus en plus accessible aux groupes, aux écoles, aux familles et aux publics spéciaux auxquels il propose une série d’activités. Centro Pecci in famiglia est un programme intégré de visites, d’ateliers éducatifs et de cinéma pour les familles avec des enfants de 0 à 11 ans et des adolescents. Le premier parcours expérimental du projet Primi mille giorni d’arte vient de s’achever avec succès. L’art pour les futures mères et les nouveaux parents, conçu pour contribuer au bien-être des femmes enceintes et des nouveaux parents avec leurs enfants jusqu’à 2 ans.

Le Centre Pecci est partenaire du projet " Collecting Experiences". Visites pour adultes et activités pour les familles du réseau Pratomusei: de mars à mai, 8 visites guidées pour adultes et 16 ateliers pour les familles avec des enfants de 3 à 11 ans sont organisés dans les musées du réseau. Le musée est impliqué dans l’éducation artistique dans les écoles de tous niveaux et dans la lutte contre l’abandon scolaire: il participe aux projets Ciel’inCittà, cofinancé par l’entreprise sociale Con i Bambini, et Nessuno Escluso d’OxfamItalia avec un atelier de l’artiste Sara Leghissa dédié à la formation des enseignants sur le leadership des jeunes et les projets de citoyenneté active. Le département Éducation réalise des parcours dédiés à l’accessibilité sensorielle et cognitive des collections. Le Centre Pecci est un point de référence pour les activités dédiées aux personnes fragiles: depuis 1993, l’atelier d’activités expressives est actif chaque semaine, en collaboration avec le service de santé mentale pour adultes de l’USL - Toscana Centro, même pendant les mois de fermeture. Le musée est partenaire du réseau régional Musei&Alzheimer’s et propose des cours pour les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et leurs aidants, dans les RSA et dans les familles.

Photo: une salle de l’exposition Le jardin des arts. Photo par Ela Bialkowska - OKNO Studio

Le nouveau cours du Centre Pecci à Prato. Le nouveau directeur présente les activités
Le nouveau cours du Centre Pecci à Prato. Le nouveau directeur présente les activités


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.