Venise, la ville où la culture est clouée au poteau


La situation de Venise après la pandémie oblige la ville à repenser son modèle de développement. Ce n'est pas facile et tout le monde n'a pas encore saisi l'opportunité (bien au contraire). Mais commencer à travailler dans une nouvelle direction est une nécessité.

Le 25 mars, la ville de Venise a fêté ses 1 600 ans, selon la tradition qui veut qu’elle ait été fondée en 421 après Jésus-Christ. Un anniversaire pas comme les autres, après la crise profonde qui a frappé en 2020 la ville, dont l’économie et la vie urbaine reposent désormais sur les flux touristiques. Une crise économique, une crise sociale, mais une crise qui a aussi conduit de nombreux habitants à découvrir leur ville, libérée des masses de touristes, et qui a apporté un rééquilibrage environnemental et quelques dauphins nageant dans le Grand Canal. Cette 1600e année pourrait bien être celle d’une renaissance. Après tout, le gouvernement n’a pas oublié Venise et sa spécificité, garantissant 3,8 milliards d’ euros du plan de relance précisément à la ville lagunaire. Et quel meilleur moment pour laisser derrière soi trois décennies de monoculture touristique croissante et de dépeuplement qu’un effondrement mondial du tourisme, dans une ville où, en 2019, seul un touriste sur dix était italien et est resté moins de trois nuits en moyenne ?

Malheureusement, tout le monde ne semble pas le penser. À commencer par l’administrateur de la ville, le maire Luigi Brugnaro, qui a des projets bien différents pour dépenser les fonds du plan de relance. Des projets peu connus, puisqu’ils n’ont toujours pas été dévoilés en détail, malgré l’insistance de l’opposition. Pourtant, les articles de presse commencent à être éloquents: un nouveau port pour les croisières, une gare à Mestre, une salle de sport de 15 000 places à Tessera (où jouerait l’équipe de basket-ball appartenant au maire). Cela semble incroyable, mais pour la relance d’une ville délicate qui a unattrait culturel avec peu d’égaux dans le monde, où le secteur du tourisme emploie une prépondérance nettement significative de travailleurs sur le total, où le cinéma se bouscule pour tourner un film de plus, il semble que l’objectif ne soit pas des réformes ou des investissements culturels pour la relance, en évitant la laideur du passé récent, mais d’importantes nouvelles infrastructures touristiques.

D’autre part, la position de l’administration (qui, rappelons-le, a gagné les élections en recueillant des voix en dehors de la lagune) est claire depuis des mois: attendre que le tourisme revienne, attendre que tout redevienne comme avant, plus qu’avant. Le maire a utilisé des mots et des tons de mépris à l’égard de différentes hypothèses (“où sont ceux qui ne voulaient pas de touristes? Où sont-ils ?”, a-t-il déclaré le 30 décembre 2020), et a activement agi pour étouffer dans l’œuf toute activité qui permettrait de construire une alternative. D’abord en fermant les Musées civiques, et avec eux toute possibilité d’implication des habitants. L’histoire est désormais bien connue: en décembre, la fondation municipale qui les gère a annoncé qu’elle fermerait tous ses locaux jusqu’en avril, mettant tous ses employés au chômage, avec pour conséquence la suspension de toutes les activités, même celles qui ne s’adressent pas au public. La raison de cette décision? Economiser 620 000 euros en utilisant le fonds de licenciement payé avec des fonds publics, malgré un budget positif grâce à l’aide de 8 millions d’euros reçue du MiBACT. Mais les protestations de la ville ont forcé la Fondazione Musei Civici à rouvrir les musées pour quelques jours en février, trouvant une très longue file d’attente de Vénitiens et de Vénitiennes aux portes pour réfuter l’idée que la culture n’intéressait que les touristes. Mais ils ont fermé à nouveau, et deux cents personnes ont manifesté le 27 février contre cette gestion culturelle et le verrouillage des musées. Début mars, les musées ont rouvert pour deux jours à la suite d’une question au conseil municipal qui avait mis la Fondation dans l’embarras.

Venise, Palais des Doges, l'un des sites des Musées Civiques
Venise, Palais des Doges, l’un des lieux d’accueil des musées civiques


File d'attente pour entrer dans le Palais des Doges les jours de réouverture
Files d’attente pour entrer au Palais des Doges les jours de réouverture


L'événement pour la réouverture des musées de la ville de Venise
La manifestation pour la réouverture des musées civiques de Venise

Deuxièmement, la volonté de ne pas inverser les tendances a été confirmée par la décision administrative de ne pas faire obstacle à la vente de la Casa dei Tre Oci, chef-d’œuvre de la Venise du XXe siècle situé sur la Giudecca, et lieu d’expositions photographiques ces dernières années. Propriété d’une fondation bancaire, la Fondazione di Venezia, elle sera cédée à l’Institut américain Berggruen, qui en fera son premier siège européen. Il s’agit d’une vente importante non seulement pour la valeur du lieu et pour la énième garnison culturelle que la ville risque de perdre (beaucoup dans la ville se souviennent de la facilité de changement d’usage qui pourrait résulter de la naissance d’un énième hôtel), mais aussi pour le contexte dans lequel elle s’inscrit. La Fondation de Venise l’a en effet vendu pour compenser les pertes liées à une autre opération de"spéculation culturelle" ratée, celle du quartier M9 à Mestre.

M9 est un musée sans collection ouvert en 2018 et voulu par la Fondation de Venise comme la pièce maîtresse d’un nouvel espace multifonctionnel au centre de Mestre. Une zone qui était en grande partie propriété publique et que la Fondation a acquise à partir de 2007 pour créer un quartier qui se présente comme un “pôle culturel”, mais dans lequel, en réalité, environ 70% des espaces ont une finalité commerciale. Bref, le musée démarre mal, avec moins de la moitié du nombre de visiteurs attendus en 2019, année où le tourisme a été plus prospère que jamais, et 2020 met fin aux rêves d’un musée à l’équilibre, grâce à l’absence de collection, à des expositions et des œuvres bon marché, et à des billets à prix substantiel. En mai 2020, la dette de la Fondation avoisine les 7 millions d’euros, en grande partie à cause de la mauvaise gestion du M9, et la vente du plus grand joyau: la Casa dei Tre Oci est en route. Aux premières indiscrétions médiatiques, le maire et la Fondation s’insurgent. Emanuela Bassetti, membre du conseil général de la Fondazione di Venezia, a déclaré le 12 mai qu’elle pouvait “exclure avec une détermination absolue toute hypothèse de vente des Tre Oci par la Fondazione. Tout raisonnement à ce sujet est donc sans fondement”. En décembre, la vente est devenue officielle et en février 2020, la vente était conclue. Et il faut espérer que cela suffira, car le musée ne fait pas allusion à une réouverture et tout le quartier M9, dans sa partie culturelle, semble destiné à voir un changement de gestion, peut-être comme des salles de classe: une ruse pour aider les budgets de la Fondation.

La maison des trois Oci
La maison des trois Oci


L'occupation du Ponte della Libertà par les travailleurs du spectacle
L’occupation du Ponte della Libertà par les travailleurs du spectacle vivant

Ce sont les symptômes d’un système culturel, ou plutôt d’un secteur culturel urbain, en plein effondrement, où, après des décennies de spéculation sur le coût du travail et le tourisme de masse, c’est la débandade générale. Chaque fondation tente de s’emparer des fonds publics pour se protéger, se refermant sur elle-même, laissant la ville aux portes, comme un château. Et les fonds arrivent, il suffit de penser aux 20 millions d’euros fournis par l’ex-MiBACT pour agrandir les espaces de la Biennale: comme toujours, des fonds qui ne sont pas liés à de bons emplois et à des projets inclusifs pour les citoyens. Un secteur, une pléthore de réalités différentes, qui n’est jamais devenu un système, comprenant des universités, des fondations, des théâtres permanents, des musées civiques, des musées d’État, et des dizaines et des centaines d’entreprises qui travaillent avec et pour le tourisme avant pour la ville. Mais comme l’ont montré les manifestations et les files d’attente aux portes des musées en février, il y a de l’agitation dans la lagune: peu de gens veulent retourner dans le monde du passé. Et des propositions qui, dans d’autres régions d’Italie, ne sont même pas à l’ordre du jour, planent: le retour des musées civiques à la gestion publique. La zone rouge a donné un peu d’air aux fondations et à l’administration, qui a toutefois été obligée de se retrancher derrière les oppositions qui demandaient de partager le plan de relance. Mais les mobilisations ne s’arrêtent pas. Il y a quelques jours, la conseillère Monica Sambo, l’une des plus actives sur le sujet, est revenue demander pourquoi les bibliothèques gérées par la Fondazione Musei Civici n ’offrent pas de services à distance comme les autres bibliothèques de la ville. Ensuite, le 27 mars, 300 travailleurs du spectacle ont symboliquement bloqué le pont de la Liberté, pour une relance du secteur dans la ville, qui est morcelé et géré en économisant sur le travail malgré son énorme potentiel: ils ont demandé l’activation d’un revenu de continuité et la création d’une table interministérielle (non seulement la culture, mais aussi le travail et le développement économique) pour pouvoir planifier un redémarrage du secteur, en dépassant le régime des subventions occasionnelles.

Jusqu’à présent, aucune réponse n’a été apportée. Les animations sont à l’arrêt, les musées civiques sont à l’arrêt. Au contraire, ils rouvrent en tant que centres de vaccination: ou plutôt, les moins rentables sont utilisés comme centres de vaccination, comme le musée du verre de Murano, qui, en outre, obligerait ceux qui doivent être vaccinés à prendre un vaporetto. Et Venise, au milieu des poussées réformatrices et des encastrements, voit dans ces 3,8 milliards son propre avenir: social, culturel, économique, urbanistique.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.