Avions, sièges en baisse et prix en hausse : l'ère du low cost est-elle révolue ?


La diminution du nombre de sièges disponibles et la tendance générale à la hausse des prix poussent le secteur du transport aérien vers des politiques de plus en plus éloignées du low-cost des années passées : l'ère du low-cost touche-t-elle enfin à sa fin ?

“Oui, voyage, voyage doucement”, chantait Lucio Battisti dans sa célèbre chanson, et en 2023, en Italie, beaucoup l’ont pris au mot : en effet, près de 200 millions de passagers ont transité par les aéroports italiens l’année dernière, pour le tourisme ou les affaires, marquant un nouveau record, archivant définitivement les années Covid. En tête du classement des compagnies aériennes par nombre de passagers embarqués se confirme Ryanair qui, ces derniers jours, lors d’une conférence de presse aux médias internationaux à Dublin, a souligné que son principal marché est l’Italie et a annoncé que pour la prochaine saison d’été, elle augmentera encore ses tarifs dans toute l’Europe (depuis deux ans déjà).

Pour 2024, en effet, on s’attend à une diminution de 7% du nombre de sièges disponibles sur ses avions et à l’augmentation des coûts qui en découle. La baisse du nombre de sièges disponibles par rapport à la demande a été causée par des événements contingents liés à la non-livraison de nouveaux avions (“ d’ici juin Boeing devait livrer 57 Boeing 737 8-200 mais ils vont probablement se limiter à 45-50 ” auquel s’ajoute le “ [...]l’immobilisation d’au moins 10% de la flotte d’Airbus A320 pour des travaux sur les moteurs”), mais malgré cette coïncidence, l’ère du low-cost semble définitivement révolue, comme l’avait annoncé il y a un peu plus d’un an le PDG de la compagnie irlandaise Michael O’Leary(ici l’article du Finestre sull’Arte de novembre 2022). Le PDG de Ryanair a également expliqué que “nos tarifs seront plus élevés cet été, mais avec une augmentation inférieure aux 10-15% de 2023, j’espère que nous pourrons contenir les hausses de prix entre 5 et 10%. Cependant, nous avons déjà lancé les premières campagnes promotionnelles”, en Europe “il y a un problème de capacité” par rapport à la demande toujours croissante et “Eurocontrol estime que nous sommes encore à 93% de capacité par rapport à 2019 pré-covid, ce qui devrait maintenir le coût des billets élevé”.

L’augmentation des prix est affectée, comme indiqué, par les retards dans la livraison des avions commandés, qui, au cours des cinq dernières années, ont été inférieurs de 3 000 à ce qui était prévu. En outre, l’immobilisation des Airbus pour cause de maintenance extraordinaire sur un type particulier de moteur a littéralement privé de nombreux transporteurs de leurs avions pendant de nombreux mois, avec peu d’avions à louer pour le remplacement, qu’ils paient très cher, et des pièces de rechange introuvables qui sont devenues très onéreuses. À cela s’ajoutent les augmentations des taxes d’embarquement rendues possibles par ladernière loi de finances. Elle est aujourd’hui de 6,5 euros par passager dans de nombreux aéroports italiens, de 7,5 euros à Rome Fiumicino et Ciampino et de 9 euros à Venise. Si les municipalités décident d’augmenter la taxe de trois euros, c’est-à-dire jusqu’au maximum autorisé, les voyageurs en provenance d’Italie paieront de 9,5 euros à 12 euros de surtaxe municipale.

L’image du transport aérien nous est donnée par le Corriere della Sera avec la publication des données de la base Cirium traitée par Leonardo Berberi, dont l’analyse permet de classer les transporteurs les plus choisis pour leurs voyages parmi les Ryanair, tant au niveau national qu’européen, mais aussi mondial en ce qui concerne les transporteurs à bas prix. La compagnie détient donc une suprématie qui en fait un acteur décisif dans la promotion et le développement du tourisme pour toute localité ou pays, ayant été la première à se concentrer sur les aéroports mineurs, revitalisant ainsi des territoires jusqu’alors dépourvus de liaisons aériennes stables. Ce n’est pas un hasard si O’Leary a tenu à souligner que “tous les pays sont en concurrence pour accueillir les vols de Ryanair”, conscient de l’impact économique que la présence de sa compagnie dans un aéroport a sur la région environnante. Tourisme in primis.

De nombreux aéroports, rappelons-le, utilisent des incitations économiques pour attirer Ryanair sur leurs pistes. Dans une interview au Corriere della Sera, le président d’Assaeroporti (l’association qui regroupe toutes les sociétés aéroportuaires italiennes) Carlo Borgomeo a chiffré les incitations accordées par les gestionnaires d’aéroports aux compagnies à 334 millions en 2022, auxquels il faut ajouter 170 millions provenant de différentes sources, définissant le système d’incitation de manière positive : "Les incitations sont accordées à ceux qui respectent les conditions établies par les aéroports. Si une compagnie low cost propose une route qui n’existe pas, pourquoi un aéroport ne faciliterait-il pas la connexion ? Quant à l’augmentation du nombre de voyageurs, Borgomeo explique que les avions sont “plus spacieux et plus remplis. Et chaque passager a moins pollué. Grâce aussi à la politique d’incitation des transporteurs”, car “de plus en plus, dans les négociations entre les gestionnaires d’aéroports et les compagnies, les éléments d’incitation sont le taux de remplissage et la taille de l’avion”.

Sur les presque 200 millions de passagers qui ont volé en Italie, Ryanair en a transporté plus de 60 millions et les aéroports les plus importants pour les passagers embarqués sur les vols de Ryanair, qui exploite 17 aéroports ici, sont Bergame Orio al Serio (qui vient de terminer son année en tant que capitale de la culture italienne avec Brescia : voici les 10 lieux à ne pas manquer lors d’une visite à Bergame), Bologne, Rome et Pise. La ville de la Tour penchée a été l’une des premières choisies en Italie par le géant irlandais, si bien qu’en 2023, il fêtera les 25 ans d’activité de cet aéroport avec plus de 50 millions de passagers transportés. En ce qui concerne notre pays, deux autres pourraient s’ajouter aux 17 actuels, et O’Leary a parlé de l’Italie comme de “notre principal marché, où nous continuons à croître : nous prévoyons une augmentation de la part de Ryanair sur un marché qui s’est rapidement rétabli, remontant à 110% des niveaux d’avant la civilisation, également grâce à nous”. Pour l’été, elle a annoncé 48 nouvelles routes en Europe, dont 7 concernent l’Italie (sur Rome-Fiumicino, Bari, Pise et Brindisi), où elle a remodelé l’offre des routes existantes en en supprimant certaines (sur la Sardaigne, la Sicile, Bergame, Trévise et Turin).

Dans le classement national des compagnies aériennes avec le plus grand nombre de passagers, on constate que derrière Ryanair se trouve Ita Airways, qui prévoit d’augmenter de 9% le nombre de sièges disponibles en 2024 ; en troisième position se trouve EasyJet (avec une prévision de -9% en termes de sièges offerts en 2024), puis Aeroitalia(voici l’interview du PDG Gaetano Intrieri dans Finestre sull’Arte) qui, avec ses +93%, est la surprise émergente du moment, compte tenu également du fait qu’il s’agit d’une compagnie aérienne entièrement italienne. La cinquième place est occupée par Volotea (-1,6 %) et Wizz Air, qui réduit le nombre de sièges de 45 %, soit environ 840 000 sièges. Selon le Corriere della Sera, en 2024, Wizzair, EasyJet et Vueling réduiront de 2 millions le nombre de sièges sur les vols intérieurs, pénalisant en particulier les routes des régions méridionales. Au total, les compagnies aériennes pour les vols intérieurs en Italie ont prévu de mettre en vente un total de 32 millions de sièges, soit 0,6 % de moins que l’année dernière.

En attendant de voir les effets des prix augmentés avec les horaires de la saison estivale, Furio Truzzi, également président d’Assoutenti et du “Centre de formation et de recherche sur la consommation”, a analysé les données sur le coût des billets d’avion des différentes compagnies à l’approche de Noël et à la mi-janvier , soul ignant les grandes différences de prix: les billets achetés en décembre ont subi une augmentation de 1.260 % par rapport aux prix de novembre pour les mêmes itinéraires, et dès la fin des festivités en janvier, l’effondrement a atteint 91 %.

Une enquête menée sur le site de comparaison Skyscanner le 18.12.2023 et le 15.1.2024 a permis de vérifier qu’un vol de Bologne à Palerme le 23 décembre, par exemple, coûtait 353 euros contre 31 euros pour le même trajet au départ du 10 février. Les 358 euros de Bologne à Cagliari la veille de Noël deviennent 62. Autre exemple, le vol Venise-Cagliari, qui coûtait 379 euros en décembre, coûte aujourd’hui 62 % de moins, ou le vol Venise-Palerme, qui a baissé de 79 %. Les hausses des tarifs aériens provoquées par les algorithmes et les systèmes de tarification dynamique ont dopé le secteur, avec des conséquences directes sur le porte-monnaie des consommateurs“, affirme M. Truzzi. Nous attendons avec confiance les résultats de l’enquête ouverte par l’Autorité antitrust (après celle clôturée par une nullité sur la hausse des prix des vols de Noël 2022) sur les algorithmes utilisés par les compagnies aériennes, pour comprendre si ces outils sont légitimes ou si, au contraire, ils représentent une pratique déloyale au détriment des consommateurs”. En 2023, expose Truzzi, les billets d’avion pour les vols intérieurs ont subi une augmentation annuelle moyenne de 37,8 %, une augmentation qui s’ajoute aux 20 % enregistrés en 2022, “aggravant les dépenses des Italiens en matière de voyages”.

Avions, sièges en baisse et prix en hausse : l'ère du low cost est-elle révolue ?
Avions, sièges en baisse et prix en hausse : l'ère du low cost est-elle révolue ?


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.