Brescia, à voir : 10 lieux artistiques


Que voir à Brescia : 10 lieux dans un itinéraire pour les amateurs d'art, d'histoire et d'archéologie.

Si vous ne connaissez pas Brescia, vous serez étonné : ce n’est pas seulement des usines et de l’artisanat au cœur de la Lombardie, la locomotive économique de l’Europe. C’est aussi beaucoup à découvrir en termes d’histoire, d’art, d’architecture. Brescia a été choisie avec Bergame comme capitale italienne de la culture en 2023 : c’est une ville qui offre tant de choses à voir, nous sommes ici en dehors du flux touristique habituel, mais à Brescia tout est prêt à vous accueillir. L’importante école bresciane de la Renaissance, les vestiges archéologiques les plus importants du nord de l’Italie, un château, des sites classés à l’Unesco, des événements historiques, quelque chose d’aussi unique qu’une... une double cathédrale (toutes deux splendides pour leur époque), des musées et des galeries d’art. Voilà quelques idées de visite pour ceux qui décident de partir à la découverte de la ville de Millemiglia , de ses monuments et de son histoire. Nous avons sélectionné dix lieux à ne pas manquer pour les amateurs d’art et d’histoire.

1. Le Capitole

Brixia (ancien nom de Brescia) était une importante garnison romaine située entre le lac d’Iseo et le lac de Garde, sur la Via Gallica, et les urbanisations de l’époque font de Brescia le site archéologique le plus important du nord de l’Italie. À l’intérieur du Parc archéologique de la Brescia romaine, sur la Piazza del Foro, se trouve le Capitole qui, avec l’ensemble monastique de San Salvatore - Santa Giulia, fait partie du site de l’Unesco depuis 2011. La particularité de ce site réside tout d’abord dans le fait que les vestiges archéologiques se trouvent au cœur de la ville moderne, puis dans l’importance accordée à la quantité et à la qualité des vestiges, ainsi qu’à leur degré de conservation. Le temple du Capitole, construit sur ordre de Vespasien en 73 après J.-C., abrite un symbole de Brescia, la “Victoire ailée”, une statue en bronze de 194 cm de haut, aux détails bien définis et d’une grande qualité dans l’effet plastique qu’elle produit, comme si elle s’envolait. Elle a été trouvée dans une cavité, probablement dans l’intention de la cacher avec d’autres sculptures et bijoux. Aujourd’hui, elle se trouve dans la cellule orientale du Capitole, avec une installation de l’architecte espagnol Juan Navarro Baldeweg.

Le Capitole. Photo : Xiquinho Silva
Le Capitole. Photo : Xiquinho Silva

2. Le musée de Santa Giulia

Le musée de Santa Giulia est “le” musée de Brescia et se trouve dans un complexe monastique datant de l’époque lombarde. Le monastère millénaire, érigé par le roi Desiderius, qui comprend la basilique et la crypte médiévale de San Salvatore, l’oratoire roman de Santa Maria in Solario, le chœur, les cloîtres et l’église du XVIe siècle de Santa Giulia, s’étend ainsi sur 14 000 mètres carrés avec une muséographie qui raconte l’histoire de Brescia de la préhistoire au XIXe siècle grâce à ses 12 000 pièces de différentes natures : des objets des Gaulois cénomanes aux statues romaines en marbre et en bronze, des mosaïques aux fresques, des sépultures romaines et lombardes aux bijoux et aux objets quotidiens et sacrés. Les pièces de valeur sont nombreuses, comme la très précieuse Croix du Roi Desiderius, une croix en bois recouverte de métal et ornée de 212 pierres, camées et verres colorés, d’un auteur inconnu : c’est le plus grand objet d’orfèvrerie lombarde existant. On y trouve également la célèbre Lipsanoteca, le rare coffret en ivoire (22 x 32 x 25 centimètres) datant de la fin du IVe siècle et destiné à la conservation des reliques. Outre le cadre monumental prestigieux et les œuvres exposées en permanence, des expositions temporaires viennent enrichir l’expérience des visiteurs au fil du temps.

Le musée de Santa Giulia
Le musée Santa Giulia

3. La pinacothèque Tosio Martinengo

La Pinacothèque Tosio Martinengo, installée dans le Palazzo Martinengo da Barco du XIXe siècle, après sa réouverture au public en 2018, a profondément évolué dans la disposition et l’organisation de sa précieuse collection, qui s’étend du Yrecento au XIXe siècle et qui est le fruit de legs de nobles brescians et enrichie au fil du temps par des dons ou même des transferts de bâtiments publics et d’églises, avec l’intention d’en faire une pinacothèque “ civique ” pour ses concitoyens. Aujourd’hui, nous pouvons admirer une collection de premier ordre, axée sur la peinture de la Renaissance, avec des œuvres de Raphaël (l’Ange et la Bénédiction du Christ Rédempteur), Moretto (à qui une statue de la place est dédiée), Moretto (à qui la statue de la place est dédiée), Moretto (à qui la statue de la place est dédiée), Moretto (à qui la statue de la place est dédiée). une statue lui est dédiée sur la place), Romanino et Savoldo, ainsi que Vincenzo Foppa, Lorenzo Lotto et d’autres grands artistes du passé, et en consacrant 7 des 21 salles au XVIIIe siècle avec le protagoniste de la peinture lombarde Giacomo Ceruti dit il Pitocchetto, Pietro Bellotti, Faustino Bocchi, il Todeschini, ainsi que des œuvres des grands Antonio Canova et Francesco Hayez, mais aussi des artistes comme Andrea Appiani, Berthel Thorvaldsen, Pelagio Palagi et Luigi Basiletti, protagonistes du néoclassicisme, des peintures de l’école flamande et de la peinture hollandaise des XVIe et XVIIe siècles, ou encore la riche série de peintures japonaises et chinoises sur papier et sur soie de Fè d’Ostiani.... le tout dans un cadre prestigieux tel que le Palais, qui a été entièrement adapté et réaménagé, les travaux s’étant achevés en 2018 après 9 ans de fermeture. La richesse de son patrimoine en fait l’un des principaux centres d’intérêt de la ville.

La galerie d'art Tosio Martinengo
La galerie d’art Tosio Martinengo. Photo : Brescia Musei

4. Le Duomo Vecchio et le Duomo Nuovo

La place qui porte le nom du pape brescian Paul abrite deux des particularités de la ville : deux cathédrales, l’une romane (XIe siècle) et l’autre baroque. Cette dernière possède la troisième coupole la plus haute d’Italie, avec plus de 80 mètres, après celle de Saint-Pierre à Rome et celle de Brunelleschi à Florence. Il s’agit du Duomo Vecchio (Rotonda pour les habitants de Brescia), la co-cathédrale d’hiver de Santa Maria Assunta (XIe siècle), et du Duomo Nuovo, la cathédrale d’été de Santa Maria Assunta, construite entre 1604 et 1825 pour s’adapter à l’époque de la Contre-Réforme (et aux conditions précaires de l’ancienne). Elles sont adjacentes l’une à l’autre et sont toutes deux de splendides exemples du style architectural de leur époque et des trésors avec de nombreuses œuvres d’art à l’intérieur. La Rotonde est le plus grand et le mieux conservé des édifices circulaires en pierre (ce qui ne peut manquer de rappeler la référence au Saint-Sépulcre) de style roman existants. Elle se compose de deux corps cylindriques superposés, dont le premier est le déambulatoire ponctué d’une séquence de fenêtres jumelées au-dessus desquelles vient se greffer le tambour supérieur. À l’origine, il y avait également un clocher qui s’est effondré au XVIIIe siècle. L’édifice est riche en œuvres d’art de grande valeur, comme le sépulcre de Bonino da Campione, le sarcophage en marbre de Berardo Maggi, un cycle de toiles de Moretto et Romanino et, dans la chapelle des Saintes-Croix, le “Trésor” composé de précieuses reliques et d’objets sacrés en or. Le Duomo Nuovo, de plan en croix grecque, a été conçu par l’architecte Giovanbattista Lantana et la façade est un splendide baroque en marbre de Botticino. Comme la place est longue et étroite et que la cathédrale se trouve sur le long côté, l’édifice s’impose majestueusement au regard. La coupole, achevée par l’architecte Rodolfo Vantini, est soutenue par de grandes colonnes et des piliers.

Le Duomo Nuovo et le Duomo Vecchio. Photo : Brescia Tourism
Le Duomo Nuovo et le Duomo Vecchio. Photo : Brescia Tourism

5. L’église des saints Nazaro et Celso

L’église Santi Nazaro e Cel so abrite un chef-d’œuvre du Titien, le Polyptyque commandé par Altobello Averoldi, que Finestre sull’Arte a décrit en détail, et est l’une des principales églises de la ville et un exemple d’architecture néoclassique. Commencée au XIVe siècle et reconstruite au XIVe siècle sur un projet de l’architecte Antonio Marchetti, elle s’est embellie au fil du temps avec les stucs de la façade et les sept statues de saints qui surplombent le tympan triangulaire soutenu par huit colonnes corinthiennes.

L'église des saints Nazaro et Celso
L’église des saints Nazaro et Celso. Photo : Brescia Tourism

6. L’église des saints Faustino et Giovita

L’église des saints Faustino et Giovita, datant du XVIIe siècle, est l’église des saints patrons de la ville. Le clocher, qui date du XIIe siècle, est ce qui reste de l’ancien édifice sur lequel repose l’église actuelle. L’imposante façade en marbre est l’œuvre de Bernardo Fedreghini (considérée comme son chef-d’œuvre), qui a choisi de la diviser en deux ordres architecturaux : ionique dans la partie supérieure, avec une partie centrale en bois et une partie inférieure en bois : Ionique dans la partie supérieure avec un fronton incurvé au symbolisme chrétien typique (comme des statues d’anges, des palmes, des couronnes de martyrs) et Dorique dans la partie inférieure, décorée d’une série de pilastres en ordre toscan reposant sur un piédestal unifié et soutenant un entablement, le tout se terminant par un fronton triangulaire. L’intérieur, attribué à Giulio Todeschini, comporte trois nefs, dont la centrale est voûtée en berceau avec des têtes de pavillon, bordée de quatorze colonnes monolithiques d’ordre toscan, dont huit sont accouplées, tandis que les nefs latérales sont voûtées sur croisée d’ogives. Le presbytère, dont la voûte est surmontée d’une coupole abaissée, est décoré de fresques de Giandomenico Tiepolo datant de 1754. À noter également l’urne en marbre noir et blanc d’Antonio Carra contenant les corps des saints patrons. Les œuvres et le mobilier sont nombreux et importants.

L'église des saints Faustino et Giovita
L’église des saints Faustino et Giovita. Photo : Parrocchia Santi Faustino e Giovita

7. Le château

Brescia possède un château, le Falcone d’Italia, sur la colline qui domine la ville, le Cidneo, avec ses tours, ses douves et son pont-levis : c’est l’un des plus grands ensembles fortifiés d’Europe. La structure architecturale est visuellement influencée par les époques historiques qu’elle a traversées : par exemple, le donjon central, les imposants murs crénelés et le donjon rappellent les années de Brescia sous la domination milanaise de la famille Visconti, tandis que les puissants bastions et l’entrée monumentale avec pont-levis rappellent celle de la domination vénitienne. Aujourd’hui, il abrite deux musées : le musée du Risorgimento “Lionne d’Italie”, récemment rénové, et le musée des armes “Luigi Marzoli” (dans le donjon Visconti du XIVe siècle). Le château abrite également le premier observatoire astronomique public d’Italie.

Le château de Brescia
Le château de Brescia. Photo : Brescia Musei

8. Le musée diocésain

Le musée diocésain de Brescia, fondé en 1978, est situé dans le complexe du monastère San Giuseppe et abrite une quantité considérable d’œuvres sacrées (icônes russes, manuscrits enluminés remontant au XIIe siècle, mobilier, bijoux, peintures, objets de messe en or, sculptures), dont l’une des plus importantes collections de vêtements liturgiques d’Italie. Il y a de nombreuses peintures de grande valeur, notamment des œuvres de Tintoret, Tiepolo, Moretto, Antonio Vivarini, Pietro Avogadro, Antonio Gandino, Francesco Savanni et Giuseppe Tortelli. La collection permanente est complétée par des expositions temporaires, ce qui en fait l’un des plus importants musées diocésains du nord de l’Italie. Enfin, il convient de mentionner le livre de la Règle de la Confraternité des saints Faustino et Giovita, conservé comme relique.

Le musée diocésain
Le musée diocésain. Photo : Brescia Tourism

9. Le Palais de la Loggia

Au centre de la ville, le Palais de la Loggia, siège actuel du Conseil municipal de Brescia, se distingue par sa coupole de style vénitien, dont le projet original est d’attribution douteuse, mais que l’on attribue à Tommaso Formenton. Bien qu’il y ait des bureaux municipaux, le palais peut être visité selon les heures d’ouverture disponibles sur le site web. Bien qu’il ait été conçu pour être le siège du pouvoir temporel de la ville, la balustrade de la façade est surmontée de quatre statues, dont deux représentent les saints Faustino et Giovita, la Foi et la Justice. Sur l’élégante place rectangulaire, un côté entier est occupé par la loggia, avec sa façade en marbre blanc de Botticelli et les arcs caractéristiques de la loggia carrée qui donnent à l’édifice sa forme et sa personnalité. La loggia est quelque chose d’extraordinaire car c’est comme si elle soutenait le palais dans le vide, au-dessus de ce qui était autrefois un fleuve qui coulait en dessous. Il s’agit donc d’une œuvre architecturale d’une grande maîtrise. Ce qui est frappant avec la loggia, c’est le toit en plomb en forme de coque de bateau, œuvre d’Antonio Tagliaferri (auteur de l’escalier monumental). Au premier étage se trouve la grande salle du XVIIIe siècle, œuvre de Vanvitelli, qui l’a conçue en forme octogonale avec des colonnes caractéristiques dans les coins. De nombreuses mains prestigieuses ont travaillé sur l’édifice et son ornementation : de Titien (dont les peintures ont été détruites dans un incendie) à Vincenzo Foppa, Andrea Palladio et Galeazzo Alessi, entre autres.

Le Palazzo della Loggia. Photo : Wolfgang Moroder
Le Palazzo della Loggia. Photo : Wolfgang Moroder

10. Piazza Vittoria

LaPiazza della Vittoria est l’œuvre de l’architecte urbaniste Marcello Piacentini, qui a redessiné le centre de Brescia en démolissant un quartier d’origine médiévale pour l’inaugurer en 1932, représentant pleinement le style architectural de l’époque fasciste. Style classique, carré, essentiel, propre, formes nettes, riche en marbre. Avec un sens de la monumentalité dans les lignes nettes et essentielles des grands bâtiments et des colonnades carrées, nous voyons le Torrione (où se trouvaient les bureaux de l’Ina, Istituto Nazionale Assicurazioni), le premier gratte-ciel d’Italie, en béton armé, de 60 mètres de haut (13 étages, dont le dernier avec un restaurant, également à l’intérieur du bâtiment).dernier avec un restaurant, également une idée futuriste), équipé du premier ascenseur de notre pays, le Palazzo delle Poste au nord de la place, somptueux dans sa simplicité, symbole de la communication de l’État moderne avec les loggias et les vitraux typiques développés en hauteur aimés par le fascisme. Il faut souligner l’Arengario, utilisé par Mussolini le jour de l’inauguration, en pierre rouge de Tolmezzo, sur les côtés duquel est sculptée l’histoire de Brescia, représentée par des bas-reliefs d’Antonio Maraini.

Place de la Victoire. Photo : Wolfgang Moroder
Piazza Vittoria. Photo : Wolfgang Moroder

Brescia, à voir : 10 lieux artistiques
Brescia, à voir : 10 lieux artistiques


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.