Forêts du Casentino, à voir: 10 lieux à ne pas manquer


Que voir dans les forêts du Casentino: 10 lieux à ne pas manquer lors d'un voyage dans le Casentino et la Valtiberina entre art et nature.

Les forêts du Casentino sont un lieu unique à cheval sur la Toscane et la Romagne, où une nature incomparable encadre des villages médiévaux, d’anciens châteaux, des églises paroissiales et des sanctuaires au charme antique. Terre de passage pour les pèlerins et les marchands depuis des temps immémoriaux, les forêts du Casentino ont été un lieu crucial et très important pour ceux qui dominaient ces terres. Depuis l’époque étrusque, les forêts du Casentino ont accueilli d’importantes colonies et le bois de leurs arbres a été une ressource très importante siècle après siècle. En traversant les forêts du Casentino, on ressent immédiatement la force perturbatrice de la nature, avec un contraste continu entre le vert des bois et des prairies, qui prend ici toutes les nuances possibles, de l’émeraude au turquoise, contrastant avec l’azur et le bleu du ciel toujours limpide. Mais tout le Casentino est aussi une terre qui conserve et valorise un grand trésor de traditions, de coutumes et de traditions liées aux rythmes de la civilisation agricole et sylvo-pastorale, mais aussi à une histoire qui ici a toujours été avec un grand “S”. Pays frontalier, le Casentino et ses forêts ont longtemps été les témoins immuables d’affrontements et de batailles pour la domination non seulement de leurs grandes ressources naturelles, mais aussi de passages stratégiques. Les châteaux, les forteresses et les tours au charme unique en témoignent encore, mais ce qui fait la renommée de ces lieux, ce sont avant tout les sanctuaires. De l’ermitage de Camaldoli à Chiusi della Verna où, au milieu des hêtres et des sapins, Saint François reçut, selon la tradition, les stigmates. Voici dix étapes à ne pas manquer dans votre voyage à la découverte des forêts du Casentino et de ses environs immédiats dans la Valtiberina.

1. Le parc national des forêts du Casentino

Destination incontournable pour tous les amoureux de la randonnée et du plein air, le parc national des forêts du Casentino est situé à cheval sur les Apennins, entre la Toscane et la Romagne, et ses sommets les plus importants sont le mont Falco (1 658 mètres) et le mont Falterona (1 654 mètres), où l’Arno prend sa source. L’ensemble du vaste territoire du parc peut être visité en suivant de charmants sentiers à pied, en VTT, à cheval et, en hiver, à ski ou en raquettes. Au total, les sentiers s’étendent sur environ 600 kilomètres et offrent des paysages uniques qui peuvent être appréciés par ceux qui recherchent des itinéraires plus exigeants, ainsi que par ceux qui veulent simplement se détendre, en marchant dans la nature et en respirant le bon air. Outre les différents itinéraires de trekking, le parc compte 9 sentiers naturels, des itinéraires courts situés dans des zones faciles d’accès. À ne pas manquer également, le jardin botanique de Valbonella dans la commune de Santa Sofia, l’arboretum et le musée forestier “Siemoni” à Badia Pratagli et le musée forestier “Campadelli” à Campigna.

Parc national de la forêt du Casentino
Parc national des forêts du Casentino. Photo Visit Tuscany/Mattia Marasco

2. Chiusi della Verna

Chiusi della Verna dispute à la commune voisine de Caprese Michelangelo le titre de ville natale du grand artiste, puisque le père du génie de la Renaissance y fut podestat en 1475. Celui qui suit les traces du grand artiste n’est cependant qu’un des nombreux itinéraires que l’on peut emprunter pour découvrir Chiusi et le Casentino et son village encore intact. Le cœur d’une visite dans ces régions est en tout cas nécessairement La Verna, la montagne sacrée donnée à saint François en 1213 et qui abrite toujours l’un des plus importants sanctuaires franciscains. Un lieu doté d’un mysticisme unique, où, selon la tradition, le saint reçut les stigmates et passa de longues périodes pendant l’année. La construction du lieu de culte, immergé dans le vert intense des forêts du Casentino, remonte à 1216, lorsque fut posée la première pierre de la chapelle de Santa Maria degli Angeli, également connue sous le nom de “la Chiesina”. La construction de la basilique principale ne commença qu’au siècle suivant. L’intérieur, en forme de croix latine, est constitué d’une seule nef et certaines des terres cuites de la famille Della Robbia y sont conservées. Le cœur du sanctuaire est la chapelle des Stigmates dont le mur central est entièrement recouvert par la Crucifixion d’Andrea della Robbia.

Sanctuaire de Chiusi della Verna. Photos Commune de Chiusi della Verna
Sanctuaire de Chiusi della Verna. Photo Commune de Chiusi della Vern
a

3. Anghiari

Village médiéval parfaitement préservé, Anghiari offre aux visiteurs la possibilité d’approcher la vie quotidienne d’autrefois. Entourée de remparts du XIIIe siècle, la ville d’Anghiari, dans la province d’Arezzo, est une succession ininterrompue de ruelles et de rues étroites surplombées par les maisons du bourg médiéval et les anciens palazzi. Ce qui rend Anghiari célèbre, c’est avant tout la grande bataille qui eut lieu en 1440 entre les Florentins et les Milanais et qui fut immortalisée dans une œuvre, aujourd’hui perdue, de Léonard de Vinci dans le Salone dei Cinquecento du Palazzo Vecchio de Florence. Aujourd’hui, Anghiari est certainement l’une des étapes à ne pas manquer lors de vos vacances à la découverte de la beauté des forêts du Casentino, grâce à une succession continue de points de vue suggestifs qui ne demandent qu’à être immortalisés. Comme nous l’avons dit, le patrimoine architectural et artistique d’Anghiari est également très riche, à commencer par l’église Santa Maria delle Grazie du XVIIIe siècle, puis le Palazzo Taglieschi et son musée d’État qui abrite diverses œuvres du XVIe siècle florentin et, enfin, le Palazzo della Battaglia qui abrite le musée du même nom.

Vue d'Anghiari
Vue d’Anghiari

4. Monterchi

Situé au milieu des collines qui descendent doucement vers la vallée du Tibre, Monterchi est un village très suggestif et caractéristique où l’on peut respirer l’atmosphère de cette terre magique. Ce qui rend Monterchi célèbre, c’est avant tout la présence d’un des chefs-d’œuvre de Piero della Francesca: la Madonna del Parto. Il s’agit d’une grande fresque datant d’environ 1460, peinte à l’origine dans la petite chapelle de Santa Maria Momentana à Monterchi. Aujourd’hui, ce chef-d’œuvre est conservé dans un musée spécialement conçu à cet effet et accueille chaque année de nombreux visiteurs. Cependant, Monterchi n’est pas seulement la maison de la Madonna del Parto, c’est un village à l’identité forte où les traces du passé sont encore clairement visibles. Le centre historique est entouré de beaux murs médiévaux et offre des aperçus suggestifs à chaque coin de rue. L’église dédiée au saint patron du village, San Simeone, est très intéressante et abrite des œuvres d’art intéressantes.

La Madone de Parto de Piero della Francesca
La Madone de Parto de Piero della Francesca

5. Poppi

Poppi est le Casentino: cœur et symbole de ce territoire, Poppi avec son magnifique château, parfaitement conservé, témoigne de siècles de traditions et d’histoire de ces vallées. Le château de Poppi est certainement l’un des coins les plus immortalisés de tout le Casentino et, avec son profil inimitable, il figure à juste titre parmi les édifices les plus célèbres de toute la Toscane. La construction du château des Conti Guidi remonte à la fin du XIIe siècle, à une époque où Poppi était la capitale politique de tout le Casentino, rôle qu’elle conservera à partir de 1440, lorsqu’elle passera sous la domination de la République florentine. Le château est caractérisé par une façade à meneaux, au centre de laquelle se dresse une haute tour, et entouré de murs avec des créneaux guelfes et un grand fossé. Restauré à plusieurs reprises et parfaitement conservé, le château abrite un musée et l’ancienne bibliothèque connue sous le nom de Rilliana, du nom de son fondateur, le comte Rilli-Orsini, et contenant 25 000 volumes anciens. La chapelle Conti Guidi, qui abrite un cycle de fresques du XIVe siècle attribuées à Taddeo Gaddi, élève de Giotto, est également d’une valeur absolue.

Le château de Poppi. Photo par Michele Zaimbri
Le château de Poppi. Photo de Michele Zaimbri

6. Castagno d’Andrea

Ce petit village, situé du côté florentin du parc national, doit son nom au peintre Andrea del Castagno, grand artiste de la Renaissance florentine, auquel une exposition permanente est consacrée à l’intérieur du centre d’accueil du parc, retraçant sa vie et son œuvre. Castagno d’Andrea est cependant le lieu idéal pour partir à la découverte des monts Falterona, Falco et Acuto. De là, un réseau dense de sentiers serpente à travers les bois et monte vers les sommets, en suivant des itinéraires adaptés à tous, qu’ils soient experts ou novices. Comme l’indique le nom de la commune, ce qui domine le paysage de ces terres, c’est avant tout la nature avec ses milliers de couleurs et, en particulier, les grands “marronete” évocateurs, des châtaigneraies séculaires cultivées selon une tradition transmise de génération en génération pour la production de châtaignes qui sont à la base de nombreux plats et produits typiques de tout le Casentino.

Castagno d'Andrea. Foto Parc national de la forêt du Casentino
Châtaignier. Photo Parc national de la forêt du Casentino

7. San Benedetto in Alpe

Ce petit bijou entouré de toutes parts par la beauté écrasante des forêts du Casentino est le point de départ idéal pour une excursion à la découverte des cascades d’Acquacheta et de leur charme unique. De San Benedetto in Alpe, on peut suivre un sentier facile qui remonte le cours d’eau jusqu’au sommet de la cascade, d’où l’on peut admirer un panorama incomparable qui a impressionné même Dante Alighieri qui, dans sa Divine Comédie, a comparé la “chute” d’Acquacheta à la cascade du fleuve infernal Flegetonte qui sépare le septième et le huitième cercle de l’enfer. Mais ce ne sont pas seulement les merveilles du paysage qui font de San Benedetto in Alpe une étape incontournable de votre voyage dans les forêts du Casentino, c’est le village lui-même qui recèle de petits et de grands trésors qui ne demandent qu’à être dévoilés. Parmi ceux-ci, le joyau le plus resplendissant est certainement la grande abbaye bénédictine qui, avec son profil austère, a été le centre de la vie du village, spirituelle et autre, pendant des siècles. D’origine médiévale, l’abbaye a connu au cours de sa longue vie plusieurs agrandissements et restaurations et conserve encore de nombreuses œuvres d’art à l’intérieur.

Abbazia di San Benedetto in Alpe. Foto Parc national de la forêt du Casentino
Abbaye de San Benedetto in Alpe. Photo Parc national de la forêt du Casentino

8. Caprese Michelangelo

L’art et la spiritualité se rencontrent à Caprese Michelangelo. C’est ici, à l’intérieur de l’ancien château médiéval, que Michelangelo Buonarroti serait né en 1475, et Caprese, comme la commune voisine de Chiusi della Verna, a créé de nombreux itinéraires sur la figure du génie de la Renaissance. Caprese abrite notamment le musée de la maison natale de Michelangelo, qui permet de remonter le temps jusqu’aux origines du grand artiste. Ces terres qui séparent deux grands fleuves, le Tibre et l’Arno, sont habitées depuis l’Antiquité, les Étrusques et les Romains appréciant déjà les richesses de la nature. L’histoire de Caprese Michelangelo, ainsi que celle des villages environnants, est donc très longue et a vu passer non seulement de grands artistes, mais aussi des rois et des condottieri. Saint François lui-même y a laissé de nombreux témoignages lors de ses longues marches vers la montagne sacrée de La Verna.

Maison natale de Michel-Ange
La maison natale de Michel-Ange

9. Le sanctuaire de Camaldoli

Camaldoli est une communauté de moines bénédictins fondée il y a plus de mille ans par saint Romuald. Ses deux maisons, l’Ermitage sacré et le Monastère, sont entièrement entourées de forêts et transmettent immédiatement à ceux qui arrivent deux des principes fondamentaux de l’expérience monastique: la solitude et la communion. Les origines de l’ermitage de Camaldoli remontent à l’année 1025, lorsque Romualdo en commença la construction, en s’inspirant de la spiritualité des pères du désert: des moines qui, au cours des premiers siècles du christianisme, se retirèrent dans les déserts de Syrie, de Palestine et d’Égypte pour y mener une vie quotidienne entrecoupée de prières, de silence, de solitude et de travail. L’ermitage de Camaldoli est donc une agglomération de cellules d’ermites avec une église pour la prière commune. Au début, il y avait cinq cellules, aujourd’hui il y en a vingt et elles sont réparties sur cinq rangées qui serpentent au-delà de la porte d’enceinte. La cellule la plus récente date de 1743. Outre les cellules, le complexe se compose de bâtiments communs abritant la bibliothèque, le réfectoire, une petite hôtellerie et des espaces pour les groupes, les réunions et la prière personnelle. Le monastère a toujours été un lieu ouvert à l’accueil des hôtes et des pèlerins et, depuis le siècle dernier, l’hôtellerie a été rénovée et des programmes de formation culturelle et spirituelle ont été mis en place, ce qui constitue l’un des principaux engagements des moines de la communauté vivant au monastère.

Le monastère. Photo Sanctuaire de Camaldoli
Le monastère. Photo Sanctuaire de Camaldoli

10. Bibbiena

Bibbiena est la plus grande commune du Casentino et est considérée comme sa capitale. La ville s’élève à environ 425 mètres au-dessus du niveau de la mer et offre une vue enviable non seulement sur la vallée environnante, mais aussi sur l’ensemble du massif du Pratomagno. Les origines de Bibbiena remontent à l’an mille, lorsque les évêques d’Arezzo firent construire un château qui devait être l’avant-poste du territoire d’Arezzo sur celui du haut Casentino dominé par les Guidi. Le 11 juin 1289, jour de la bataille de Campaldino entre les Guelfes et les Gibelins à laquelle participa également Dante Alighieri, les troupes florentines assiégèrent le château, le conquirent et commencèrent à le mettre à sac et à le détruire. Des événements tragiques qui se sont répétés à plusieurs reprises au cours des siècles suivants, à tel point qu’il ne reste aujourd’hui que peu de traces architecturales de la période fortifiée de Bibbiena. Cela ne signifie pas pour autant que les raisons de consacrer une visite à ce beau village ne manquent pas. La grande renaissance de Bibbiena a commencé au XVIe siècle dans un style purement Renaissance, comme en témoignent les nombreux bâtiments élégants tels que le Palazzo Dovizi. En face, l’église de San Lorenzo abrite deux grandes terres cuites attribuées à Luca della Robbia il Giovane. L’église la plus importante de Bibbiena est cependant l’église de la Propositura, qui abrite de nombreuses œuvres de grande valeur artistique, de différents types et couvrant une période allant du XIIIe au XVIIe siècle. Le Museo Archeologico del Casentino (Musée archéologique du Casentino ), situé au Palazzo Nicolini, mérite également une visite.

Veduta di Bibbiena. Foto Parc national de la forêt du Casentino
Vue de Bibbiena. Photo Parc national des forêts du Casentino

Forêts du Casentino, à voir: 10 lieux à ne pas manquer
Forêts du Casentino, à voir: 10 lieux à ne pas manquer


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.