Les plus beaux palais et châteaux d'Autriche


L'Autriche est riche en palais et en châteaux. Nous découvrons quels sont les plus beaux dans les différentes régions du pays, en commençant par la capitale.

De Vienne, la capitale, à la Basse et à la Haute Autriche, de la Carinthie à la Styrie, de Salzbourg au Tyrol, l’Autriche est riche en palais et en châteaux liés à des familles et à des personnalités importantes. Des résidences qui ont été le théâtre des vicissitudes et des intrigues de puissantes dynasties et qui dégagent encore aujourd’hui leur charme, se détachant sur les pentes et les collines ou se dressant majestueusement dans leurs formes baroques, entourées de beaux parcs et jardins. Les châteaux font rêver: ils mènent à des mondes de contes de fées où se côtoient princesses et empereurs. Leurs histoires résonnent encore dans leurs pièces et les parcourir procure toujours un certain frisson... avec une touche de magie. Nombre d’entre elles abritent aujourd’hui des musées. Il ne vous reste plus qu’à partir à la découverte des plus beaux palais et châteaux d’Autriche.

Vienne

En commençant par la capitale, vous ne pourrez pas manquer laHofburg, le palais impérial de Vienne, le château de Schönbrunn et le palais du Belvédère, qui abrite aujourd’hui l’un des plus importants musées du monde. Pendant plus de six cents ans, la Hofburg a été la résidence des Habsbourg: ils y ont régné à partir du 13e siècle, d’abord comme souverains d’Autriche, puis comme empereurs du Saint Empire romain germanique et, à partir du 19e siècle, comme empereurs d’Autriche, jusqu’en 1918, date à laquelle la monarchie a pris fin. Le palais impérial peut être considéré comme une ville dans la ville, avec ses dix-huit ailes, ses dix-neuf cours et ses deux mille six cents pièces, d’une superficie totale de 240 000 mètres carrés. Tout le monde connaît Sissi: ici, les visiteurs ont l’occasion de découvrir les différents aspects publics et privés de la célèbre impératrice grâce aux nombreuses pièces exposées, y compris des objets personnels, dans le musée qui lui est consacré. On y trouve également les appartements impériaux avec les salles de réception de l’empereur François-Joseph et de son épouse Sissi, la collection impériale d’argenterie, la salle du Trésor impérial, qui abrite les joyaux de la couronne du Saint Empire romain germanique, la couronne de Rodolphe II et les joyaux des Habsbourg. Aujourd’hui, la Hofburg abrite également l’École espagnole d’équitation et la Bibliothèque nationale autrichienne. Le château de Schönbrunn, classé au patrimoine mondial de l’Unesco, était l’ancienne résidence d’été des Habsbourg. Sa forme baroque actuelle est due à Marie-Thérèse d’Autriche, qui l’a fait reconstruire et agrandir en 1743. Des personnalités célèbres comme Mozart et Napoléon y sont passées et il est également lié à des événements historiques comme le Congrès de Vienne de 1814-1815 et la fin de la monarchie signée par Charles Ier en 1918. Parmi les quarante-cinq salles que l’on peut visiter (mais il y en a 1441), il faut mentionner la Galerie des Glaces, la Grande Galerie, la Salle des Cérémonies, le Salon Bleu Chinois, la Salle du Vieux-Laque et la Chambre des Millions (parmi les plus belles salles rococo du monde). Outre le splendide parc qui l’entoure avec ses belles fontaines, l’Orangerie, le Musée impérial des carrosses et le Jardin zoologique (le plus ancien du monde) méritent également d’être vus. Enfin, le palais du Belvédère, également inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO et qui compte parmi les plus belles architectures baroques d’Europe, était autrefois la résidence d’été du prince Eugène de Savoie. Aujourd’hui, le Belvédère supérieur abrite la plus importante collection d’art autrichien, dont la plus grande collection au monde de peintures de Gustav Klimt; le Belvédère inférieur accueille des expositions temporaires, tandis que le Belvédère 21, construit en 1958, est consacré à des expositions d’art contemporain.

La Hofburg à Vienne. Crédit Vienna PASS. Photo par Bernhard Luck
La Hofburg à Vienne. Crédit Vienna PASS. Photo de Bernhard Luck
Château de Schönbrunn. Crédit SKB. Photo d'Alexander Eugen Koller
Le château de Schönbrunn. Crédit SKB.
Photo d’
Alexander Eugen Koller
Le palais du Belvédère. Crédit Vienna PASS. Photo par Bernhard Luck
Palais du Belvédère. Crédit Vienna PASS.
Photo de
Bernhard Luck

Le Burgenland

Dans le Schlossquartier d’Eisenstadt, à moins d’une heure de route de Vienne, se trouve le palais Esterházy, la résidence la plus importante de l’une des plus anciennes familles nobles de Hongrie. Il est aujourd’hui considéré comme l’un des plus beaux palais baroques d’Autriche pour ses somptueuses salles. Son aspect baroque actuel est dû à Paul Ier, fils du géniteur de la branche princière Fraknó de la dynastie, Nikolaus: C’est également à lui que l’on doit la construction de la Grande Salle, connue aujourd’hui sous le nom de Haydnsaal, en l’honneur du célèbre compositeur Joseph Haydn, qui fut au service des princes Esterházy pendant une quarantaine d’années, de 1761 à 1803, en tant que maître de chapelle, compositeur et chef d’orchestre, et qui est considérée comme l’une des plus belles salles de concert au monde. La Sala Terrena est également dédiée à Haydn et présente un aspect original: le sol est recouvert d’une moquette colorée de Roy Lichtenstein, les murs sont recouverts de papiers peints de Franz West, Verena Dengler et Margit Nobis et il y a également des installations sonores. Vous pouvez également visiter l’appartement de la princesse, les chambres des trois princesses consortes Esterházy. Aujourd’hui, le palais Esterházy abrite la collection privée exclusive de la maison et la cave abrite l’un des plus grands musées du vin d’Autriche.

Dans le Burgenland, sur les pentes du Rosaliengebirge, se dresse la forteresse de Forchtenstein, construite au début du XIVe siècle. Son aspect actuel est dû aux princes Esterházy, qui en sont devenus les propriétaires en 1622. Elle abrite l’une des plus belles collections d’armes d’Autriche. Paul Ier fit construire en 1692 une salle des trésors, la Schatzkammer: la seule salle des trésors baroque d’Europe encore conservée à son emplacement d’origine, avec de précieux automates et horloges d’Augsbourg, de nombreux objets en filigrane d’ivoire et d’os, ainsi qu’une collection de meubles en argent. Enfin, dans la galerie des ancêtres, on peut voir des portraits grandeur nature des membres de la famille Esterházy: parmi eux se trouverait Vlad Tepes III, dont Bram Stoker s’est inspiré pour son Dracula.

La façade du palais Esterházy à Eisenstadt. Photo de Roland Wimmer
La façade du palais Esterházy à Eisenstadt. Photo de Roland Wimmer
La forteresse de Forchtenstein. Crédit Office national autrichien du tourisme. Photo d'Andreas Tischler
La forteresse de Forchtenstein. Crédit Office national autrichien du tourisme. Photo d’Andreas Tischler

La Carinthie

En Carinthie, une région du sud de l’Autriche qui comprend la plus haute montagne d’Autriche, le Grossglockner, et qui se caractérise par ses montagnes et ses lacs, se trouvent le château de Hochosterwitz et les ruines du château de Landskron. Ces dernières dominent le paysage sur la colline près de Villach, et à l’intérieur se trouve l’arène des aigles (Adler Arena), grâce à l’idée de deux fauconniers qui l’ont fondée et qui est devenue aujourd’hui non seulement une attraction pour le public, mais aussi un centre d’entraînement pour les oiseaux de proie. Il est ainsi possible d’observer des oiseaux de proie s’élevant librement dans le ciel et qui, après des vols vertigineux, reviennent vers le fauconnier ; le comportement et le mode de vie de ces animaux, dont certains sont menacés d’extinction, sont également expliqués. L’Affenberg, la montagne des singes, où vivent plus de 170 macaques japonais à l’état sauvage, offre une expérience inoubliable en compagnie de biologistes et de gardes forestiers. Le château de Hochosterwitz, de style Renaissance, se dresse également sur un éperon rocheux. Pour y accéder, il faut soit emprunter une route sinueuse barrée de quatorze portes fortifiées, soit prendre un funiculaire. À l’intérieur, on trouve une salle d’armes, la salle d’armes et une collection de peintures de la Renaissance.

Château de Landskron. Crédit Région Villach Tourismus GmbH
Château de Landskron. Crédit Région Villach Tourismus GmbH
Château de Hochosterwitz. Crédit Office national autrichien du tourisme. Photo de Michael Stabentheiner
Château de Hochosterwitz. Crédit Office national autrichien du tourisme. Photo de Michael Stabentheiner

Basse-Autriche

En Basse-Autriche, on peut visiter le Schloss Hof, le château de Laxenburg et le château de Kreuzenstein. Grâce à un projet de restauration entamé en 2002, le Schloss Hof reste l’un des plus beaux édifices baroques d’Autriche, avec ses somptueuses salles, ses appartements nobles et royaux et son jardin baroque rempli de pavillons et de fontaines. Le complexe, situé dans la région du Marchfeld, la plaine entre le Danube et la Morava, a été construit à la fin de 1720 pour servir de résidence et de pavillon de chasse au prince Eugène de Savoie. Au milieu du XVIIIe siècle, il a été acheté par Marie-Thérèse de Habsbourg et a subi d’importants changements: il est devenu le lieu des célébrations luxueuses de la cour impériale de Vienne. À Laxenburg, à 15 kilomètres de Vienne, se trouve le château de Laxenburg, qui fut pendant des siècles la résidence d’été préférée de la famille impériale. Avec son grand parc, il est considéré comme l’un des monuments les plus importants de l’art des jardins historiques des XVIIIe et XIXe siècles, mais son histoire remonte au XIVe siècle. La partie la plus importante du complexe est le château de Franzensburg, inauguré en 1801 en tant que “maison de jardin en forme de mur de château gothique”: en fait, il a été construit sur une île artificielle dans le lac en imitant un bâtiment médiéval. Sissi y passa sa lune de miel, après son mariage fastueux avec l’empereur François-Joseph, et fit de longues promenades dans les bois du château. Au nord du village de Leobendorf, sur une colline surplombant la vallée du Danube, se trouve le château de Kreuzenstein. Mentionné pour la première fois en 1115, il a été construit sur les vestiges d’un château du haut Moyen Âge qui tomba en ruine et fut démoli pendant la guerre de Trente Ans. Il a été reconstruit au XIXe siècle et, grâce à des visites guidées, les visiteurs peuvent admirer l’armurerie, la salle des chevaliers, la chapelle avec ses verres précieux, ainsi que le mobilier original des pièces et des salles.

Schloss Hof. Crédit: Tourisme Basse-Autriche. Photo de Michael Liebert
Schloss Hof. Crédit Tourisme Basse-Autriche. Photo de Michael Liebert
Château de Laxenburg. Crédit: Tourisme Basse-Autriche. Photo de Michael Liebert
Château de Laxenburg. Crédit Tourisme Basse-Autriche.
Photo de
Michael Liebert
Château de Kreuzenstein. Crédit Burg Kreuzenstein
Château de Kreuzenstein. Crédit Burg Kreuzenstein

Haute-Autriche

La Kaiservilla de Bad Ischl est un bâtiment néoclassique qui fut le cadeau de mariage de l’archiduchesse Sophie à François-Joseph et à son épouse Sissi. Il devint la résidence d’été préférée du couple. On raconte que le docteur Wirer, médecin de la cour, suggéra à Sophie, après six ans de mariage sans enfant, de se baigner dans les eaux thermales saumâtres de Bad Ischl, et en effet quatre fils, dont François-Joseph, ne tardèrent pas à arriver. Les travaux d’agrandissement furent confiés à Antonio Legrenzi qui, entre 1855 et 1858, créa un bâtiment rénové avec deux nouvelles ailes latérales. La forme actuelle rappelle la lettre E, peut-être en l’honneur de l’impératrice Elisabeth, Sissi. François-Joseph passa 82 étés à Ischl et y fêta son 81e anniversaire.

Kaiservilla. Crédit Salzkammergut. Photo de Katrin Kerschbaumer
Kaiservilla. Crédit Salzkammergut. Photo de Katrin Kerschbaumer

Salzbourg

La forteresse de Hohensalzburg, la plus grande forteresse entièrement conservée d’Europe centrale, domine la vieille ville de Salzbourg. Considérée aujourd’hui comme l’un des symboles de la ville, elle a été construite en 1077 par l’archevêque Gebhard et transformée à la fin du XVe siècle en résidence noble. À l’intérieur, on trouve un musée exposant des armures, une cuisine de château complète et un système de chauffage. Et les chambres du prince avec une reproduction du ciel nocturne et la Stube dorée. Le château de Mirabell et ses jardins se trouvent également à Salzbourg. Le château fut le cadeau d’amour du prince-archevêque Wolf Dietrich von Raitenau à sa maîtresse Salome Alt et à leurs quinze enfants en 1606. Lukas von Hildebrandt l’a redessiné pour le prince-archevêque Franz Anton Fürst von Harrach, mais en 1918, il a subi un grave incendie et a donc été reconstruit dans le style néoclassique. Des éléments baroques sont visibles dans la façade, l’escalier des anges et la salle de marbre, l’ancienne salle de bal. En revanche, les jardins, caractérisés par leurs formes géométriques, sont dus au prince-archevêque Johann Ernst comte de Thoune, qui les a fait aménager vers 1690 sur des plans de Johann Bernhard Fischer von Erlach, puis modifier vers 1730 par Franz Anton Danreiter. Outre les groupes de sculptures et les fontaines, les jardins comprennent un théâtre de haies et un jardin de nains, une roseraie et une serre de palmiers. À Hellbrunn se trouve la villa des délices du prince-archevêque Markus Sittikus, qui a fait construire un palais avec un parc agrémenté de grottes et de jeux d’eau. Construite entre 1612 et 1615 par l’architecte Santino Solari, la villa est l’un des plus majestueux palais du baroque tardif au nord des Alpes. Enfin, la forteresse de Hohenwerfen domine la vallée de la Salzach depuis un éperon rocheux. Construite au XIe siècle, la forteresse présente des fresques gothiques dans la chapelle, les salles princières et les salles abritant le musée de la fauconnerie. Le bâtiment a également fait l’objet de films, tels que Where Eagles Dare et The Sound of Music.

Forteresse de Hohensalzburg. Crédit Tourismus Salzburg GmbH. Photo de Günter Breitegger
Forteresse de Hohensalzburg. Crédit Tourismus Salzburg GmbH. Photo de Günter Breitegger
Jardins de Mirabell. Crédit Tourismus Salzburg GmbH. Photo de Günter Breitegger
Jardins de Mirabell. Crédit: Tourismus Salzburg GmbH.
Photo de
Günter Breitegger
Villa des délices à Hellbrunn. Crédit Tourismus Salzburg GmbH. Photo de Roland Zauner
Villa des délices à Hellbrunn. Crédit: Tourismus Salzburg GmbH.
Photo de
Roland Zauner
Forteresse de Hohenwerfen. Crédit Office national autrichien du tourisme. Photo de Volker Preusser
Forteresse de Hohenwerfen. Crédit: Office national autrichien du tourisme.
Photo de
Volker Preusser

Styrie

À la périphérie de Graz, le château d’Eggenberg, entouré d’un grand parc, a été construit à la demande du prince Hans Ulrich von Eggenberg (1568 - 1634), conseiller personnel de l’archiduc Ferdinand II de Habsbourg. Ce dernier était l’un des hommes d’État les plus influents de l’histoire de la Styrie. Les Eggenberg étaient à l’origine des banquiers, puis des marchands provinciaux, des maîtres de la monnaie et des magistrats municipaux. C’est Hans Ulrich qui reçut les plus hautes distinctions du royaume et fit de sa dynastie la famille la plus riche et la plus illustre du pays. Quelques chiffres: le château compte 365 fenêtres, 31 pièces par étage, 24 Prunkräume (salles d’apparat), dont 12 de chaque côté du bâtiment, 52 portes, 60 fenêtres, 4 tours d’angle. Les chiffres désignent les saisons, les semaines, les jours, les heures et les minutes. On peut également voir la salle des planètes avec des peintures des étoiles et des douze signes du zodiaque. Autour, un parc de 90 000 mètres carrés datant de l’époque romantique, dans lequel se distinguent le jardin des planètes et la roseraie. Merveille du baroque, le château d’Eggenberg abrite une représentation de l’univers de l’architecte Pietro de Pomis, inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2010. Le château de Riegersburg, quant à lui, est perché sur une falaise de basalte dans les collines de l’est de la Styrie. D’apparence imposante, il possède des intérieurs de grande valeur et une vaste collection d’armes ; il abrite un musée consacré à la famille Leichtenstein, les actuels propriétaires, et le musée des sorcières, qui rappelle leur persécution dans l’histoire de l’Europe. Pour y accéder, les courageux peuvent entreprendre une montée raide, sinon un ascenseur moderne incliné conduit les visiteurs jusqu’au château.

Château d'Eggenberg. Crédit Graz Torism. Photo par Harry Schiffer
Château d’Eggenberg. Crédit Graz Torism. Photo de Harry Schiffer
Château de Riegersburg. Crédit Office national autrichien du tourisme. Photo de Ruedi Homberger
Château de Riegersburg. Crédit: Office national autrichien du tourisme.
Photo de
Ruedi Homberger

Le Tyrol

Dans le centre historique d’Innsbruck, vous pouvez visiter laHofburg, construite au milieu du XVe siècle comme résidence des princes du Tyrol. L’impératrice Marie-Thérèse l’a transformée en un château baroque à l’intérieur rococo. Parmi les pièces les plus impressionnantes, on trouve la salle des géants, avec des fresques et des portraits de Marie-Thérèse et de ses seize enfants ; les appartements et les salles de meubles sont également dignes d’intérêt. À la périphérie d’Innsbruck, sur un éperon rocheux surplombant la rivière Inn, se trouve le château d’Ambras, l’un des plus beaux palais Renaissance d’Autriche. Philippine Welser le reçut en cadeau en 1564 de la part de Ferdinand II d’Autriche: les deux s’étaient unis en 1557 par un mariage morganatique et, sept ans plus tard, le gouverneur du Tyrol décida de lui offrir une somptueuse résidence. Il s’agit de l’une des résidences les plus importantes des Habsbourg, qui constitue aujourd’hui le seul musée fédéral en dehors de Vienne. La Chambre des merveilles, dans laquelle l’archiduc a rassemblé des œuvres d’art, des objets et des curiosités de tout le monde connu à l’époque, est à voir absolument. La chambre des merveilles de Ferdinand II est l’une des plus grandes et des plus anciennes d’Europe. Elle comprend des cristaux, des pièces d’orfèvrerie, des sculptures en bronze et en bois, des verres précieux, des peintures uniques, des pièces de monnaie, des armes et des objets naturels. On y trouve également la galerie des portraits des Habsbourg, avec plus de 200 tableaux, et des collections gothiques, parmi lesquelles se distingue l’autel de Saint-Georges de l’empereur Maximilien Ier.

Château d'Ambras. Crédit Innsbruck Tourismus. Photo de Christof Lackner
Château d’Ambras. Crédit Innsbruck Tourismus. Photo de Christof Lackner
La Hofburg à Innsbruck. Crédit Innsbruck Tourismus. Photo de Christof Lackner
La Hofburg d’Innsbruck. Crédit Innsbruck Tourismus.
Photo de
Christof Lackner

Pour plus d’informations sur les palais et les châteaux d’Autriche, consultez le site austria.info.

Les plus beaux palais et châteaux d'Autriche
Les plus beaux palais et châteaux d'Autriche


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.