Que voir à Sansepolcro : un itinéraire historico-artistique dans les rues du centre


Que visiter à Sansepolcro : la ville de la Valtiberina possède un patrimoine artistique stratifié de grande valeur, et nous vous proposons quelques lieux à visiter pour en découvrir la beauté.

Écrivant sur cette splendide bande de terre entre les rives du Tibre supérieur, connue sous le nom de Valtiberina, Antonio Paolucci a déclaré : “Dans cette partie de l’Italie, la Beauté est omniprésente et envahissante. Omniprésente parce qu’on la rencontre partout, envahissante parce qu’elle entre partout : dans les musées civiques gardiens de chefs-d’œuvre célèbres, dans les villages historiques et les bourgs ruraux où les pierres et les briques ont la couleur du soleil et du pain [...]”. Il ne fait aucun doute que si Sansepolcro n’a plus l’échelle d’un village (c’est en effet aujourd’hui une petite ville d’un peu plus de 15 000 âmes), cette définition le décrit parfaitement. Située dans la province d’Arezzo, Sansepolcro est connue pour être la ville natale de Piero della Francesca, dont elle conserve d’importants témoignages, mais son charmant centre historique recèle de nombreux autres chefs-d’œuvre, qu’il s’agisse de peinture, de sculpture ou d’architecture.

Il n’y a pas d’itinéraire artistique ou de courte visite à Sansepolcro qui ne commence par le Museo Civico, non seulement parce qu’il abrite certains des chefs-d’œuvre les plus importants du “monarque de la peinture”, titre par lequel le mathématicien et intellectuel Luca Pacioli appelait Piero della Francesca, mais aussi parce qu’il renferme de nombreux autres trésors. Cet important musée est installé dans l’ancien palais des conservateurs du peuple, au centre de la ville. C’est là que Piero della Francesca a peint la peinture murale de la Résurrection, qui est pour certains, dont Paolucci, “la plus belle résurrection de l’histoire de l’art”. On y trouve également le polyptyque de la Vierge de la Miséricorde, sur lequel l’artiste de Biturgia a travaillé à plusieurs reprises entre 1445 et 1462. Le polyptyque grandiose, bien que privé de sa menuiserie d’origine, est une œuvre d’une rare beauté, dominée par le panneau central où la Vierge ouvre son manteau pour accueillir les fidèles, prenant les traits d’une “niche de Bramante”, comme l’a écrit Roberto Longhi. Le noyau des œuvres de Piero est complété par les deux fragments de fresques de San Ludovico et San Giuliano qui, bien que dans un état précaire, présentent encore le rendu volumétrique et la clarté typiques de Piero.

Outre une sélection de fresques et de sinopies provenant des églises de la ville, le musée expose des œuvres importantes comme le panneau de San Quintino, peint par Pontormo vers 1517. Le tableau est également décrit par Vasari, qui rappelle qu’il a d’abord été commandé à Gianmaria Pichi, élève du peintre originaire d’Empoli, mais qu’il a finalement été réalisé par le maître, désireux d’aider son disciple. Le saint martyr rappelle, par sa pose en légère torsion, les sculptures classiques de Praxitèle, étudiées par Pontormo, tandis que le paysage naturel derrière lui montre des suggestions situées entre la leçon de Fra Bartolomeo et celle de Piero di Cosimo. Le dossal en céramique émaillée complexe représentant la Nativité d’Andrea della Robbia est également d’une grande qualité. Il s’agit de l’un des meilleurs exemples des œuvres de Della Robbia, très répandues sur ces terres. D’autres œuvres d’artistes originaires de Sansepolcro, comme Santi di Tito, Raffaellino del Colle, Matteo di Giovanni et Angelo Tricca, ne sont pas moins intéressantes.

Entrée au musée civique de Sansepolcro
Entrée du musée civique de Sansepolcro
Piero della Francesca, Résurrection (vers 1458-1474 ; peinture mixte, fresque et tempera, 225 × 200 cm ; Sansepolcro, Museo Civico)
Piero della Francesca, Résurrection (vers 1458-1474 ; peinture mixte, fresque et tempera, 225 × 200 cm ; Sansepolcro, Museo Civico)
Piero della Francesca, Polyptyque de la Miséricorde (1445-1462 ; huile et tempera sur panneau, 273 x 330 cm ; Sansepolcro, Museo Civico
Piero della Francesca, Polyptyque de la Miséricorde (1445-1462 ; huile et tempera sur panneau, 273 × 330 cm ; Sansepolcro, Museo Civico
)
Pontormo, San Quintino (1517 ; huile sur toile, 163 x 103 cm ; Sansepolcro, Museo Civico)
Pontormo, Saint Quentin (1517 ; huile sur toile, 163 x 103 cm ; Sansepolcro, Museo Civico)
La salle du musée à l'étage supérieur avec des fresques et des sinopites La
salle du musée à l’étage supérieur avec des fresques et des sinopites

La co-cathédrale Saint-Jean l’Évangéliste

Un autre trésor artistique est la cathédrale de Sansepolcro, avec ses caractéristiques romano-gothiques auxquelles elle a été ramenée par une restauration arbitraire perpétuée dans la première moitié du XXe siècle en effaçant ses éléments baroques.

L’édifice est à l’origine une abbaye dans le complexe d’un établissement bénédictin construit au Xe siècle, peut-être pour abriter les reliques du Saint-Sépulcre qui, selon une tradition ancienne, auraient été apportées par deux pèlerins de Terre sainte. Le temple a été agrandi lorsqu’il a été intégré à la congrégation des Camaldules, puis au XIVe siècle, avant d’être élevé au rang d’évêché au XVIe siècle.

Bien qu’au fil du temps il se soit appauvri de certaines œuvres, dont la plus célèbre est le Baptême du Christ de Piero della Francesca, qui a malheureusement été vendu et qui, après quelques changements de propriétaire, s’est retrouvé à la National Gallery de Londres, des chefs-d’œuvre très importants de l’histoire de l’art y sont encore conservés. Le plus ancien est le Volto Santo (Sainte Face) : une statue en bois polychrome du Christ crucifié, qui présente des affinités remarquables avec le Volto Santo de Lucques. L’œuvre, dont la datation est incertaine - certains la situent entre le VIIIe et le IXe siècle, d’autres penchent pour le XIe siècle -, présente une coloration exceptionnelle (probablement appliquée au XIIe siècle), tant dans la chair du Christ que dans la robe sacerdotale céleste. Comme son homologue conservée à Lucques, elle serait une icône achéropite, c’est-à-dire non réalisée par la main de l’homme, mais par l’intervention divine.

Sur le maître-autel, en revanche, se trouve le somptueux polyptyque du Siennois Niccolò di Segna, dont le panneau central représente le Christ ressuscité et qui a probablement servi de modèle à Piero della Francesca. En revanche, c’est peut-être l’artiste de Biturgia qui a suggéré le motif du rideau ouvert par les anges, utilisé dans sa Madonna del Parto (comme le rapporte un article qui lui est consacré dans ce journal par Giannini et Baratta), à Andrea della Robbia, qui l’a réutilisé dans le délicat tabernacle conservé ici. Les deux sculptures en céramique des saints Benoît et Romualdo, sur la contre-façade, sont également de l’école della Robbia.

Raphaël del Colle ne pouvait certainement pas ignorer la comparaison avec Piero lorsqu’il peignit sa Résurrection pour la cathédrale, l’une des premières œuvres connues du peintre qui fut l’élève de Raphaël, mais qui se distingue par une composition beaucoup plus animée.

Les autres œuvres importantes des nefs latérales de la cathédrale sont l’Ascension du Christ du Pérugin, qui reprend un modèle qu’il avait déjà réalisé pour l’église de l’abbaye Saint-Pierre de Pérouse ; la fresque avec le Crucifix, qui a été réalisée par le peintre de l’église de l’église de l’abbaye de Pérouse.la fresque de la Crucifixion de Bartolomeo della Gatta, redécouverte lors du réaménagement de l’église au XXe siècle, l’Incrédulité de saint Thomas peinte par Santi di Tito et l’Assomption de la Vierge de Jacopo Palma il Giovane.

Une porte latérale mène au cloître, avec des fresques du XVIe siècle, et à la chapelle du monastère, où Piero della Francesca aurait été enterré.

La maison de Piero della Francesca

Si vous souhaitez en savoir plus sur l’histoire du peintre le plus illustre de Sansepolcro, vous pouvez également visiter sa maison, qui se trouve devant le jardin qui lui est dédié et où domine la statue d’Arnaldo Zocchi. L’édifice, à l’architecture sobre mais fascinante, qui appartenait déjà à la famille Franceschi avant la naissance de Piero, a peut-être été réorganisé par l’artiste lui-même, comme en témoignent les similitudes avec un panneau architectural de son traité De prospectiva pingendi. Dans la maison, qui abrite aujourd’hui le centre d’études sur la figure de l’artiste et de l’intellectuel, un parcours muséographique permet de découvrir la vie et l’œuvre de l’artiste.

Cathédrale de Sansepolcro, façade
Cathédrale de Sansepolcro, façade
L'intérieur de la cathédrale de Sansepolcro. L’
intérieur de la cathédrale de Sansepolcro
Pietro Perugino, Ascension du Christ (vers 1510 ; huile sur panneau, 332 x 266 cm ; Sansepolcro, cathédrale) Pietro
Perugino, Ascension du Christ (vers 1510 ; huile sur panneau, 332 x 266 cm ; Sansepolcro, cathédrale)
Auteur inconnu, Sainte Face (7e-11e siècle, polychromie du début du 12e siècle ; bois, 280 cm ; Sansepolcro, Cathédrale)
Auteur inconnu, Sainte Face (VIIe-XIe siècle, début XIIe siècle polychrome ; bois, 280 cm ; Sansepolcro, cathédrale)

Églises et oratoires

Les nombreux lieux sacrés disséminés dans le centre historique de Sansepolcro recèlent bien d’autres trésors de qualité : des églises et des oratoires d’une grande beauté, non seulement pour les œuvres qu’ils conservent, mais aussi pour leur architecture.

L’église de San Lorenzo abrite l’un des chefs-d’œuvre les plus importants du maniérisme. La façade du temple est ponctuée d’un portique voûté, tout comme le corps gonflé du Christ dans le dossal de Rosso Fiorentino est marqué par les côtes prononcées de la cage thoracique. L’œuvre, connue sous le nom de Déposition, doit peut-être plutôt être considérée comme une Lamentation sur le Christ mort, puisque le corps meurtri de Jésus a déjà été déposé sur la croix. En effet, contrairement à l’autre œuvre célèbre de Rosso à Volterra, la croix défile à l’arrière-plan, laissant les spectateurs se rassembler autour du corps du Messie. Le drame lugubre que le peintre florentin insuffle à la scène est le résultat de ses expériences tragiques du sac de Rome et d’une orientation vers les sermons de Savonarole. Vasari rappelle que l’œuvre avait été initialement commandée à Raffaellino del Colle, qui avait plutôt peint la lunette supérieure avec la bénédiction de Dieu le Père, mais que ce dernier décida de sacrifier ses intérêts pour que Sansepolcro s’enrichisse d’un tableau du peintre florentin. Le panneau se trouve actuellement à Florence où il a été restauré par l’Opificio delle Pietre Dure, et retournera bientôt à son emplacement d’origine.

Dans la belle église de San Francesco, à l’extérieur gothique du XIVe siècle et à l’intérieur rénové au XVIIIe siècle, on trouve une intéressante peinture du saint titulaire recevant les stigmates dans un décor d’une grande vivacité naturaliste et une œuvre de Passignano représentant la Dispute de Jésus entre les docteurs. L’église et le couvent attenant ont également été fréquentés par l’humaniste Luca Pacioli.

La sobre église de Santa Maria delle Grazie, caractérisée par un prestigieux plafond en bois, abrite dans un somptueux tabernacle sur le maître-autel la Madone delle Grazie de Raffaellino del Colle peinte pour la confrérie à laquelle appartenait le peintre. L’oratoire est décoré d’un cycle de fresques peintes autour de la seconde moitié du XVIe siècle avec des récits de la vie de la Vierge.

À quelques pas de la maison de Piero della Francesca se trouve l’église de San Rocco, dont le grand autel est une œuvre majestueuse des frères Binoni, datant de la première moitié du XVIIe siècle, et qui abrite la statue en bois d’un Christ déchu du XIIIe siècle, faisant probablement partie à l’origine d’un groupe sculptural dispersé. En face de l’église se trouve l’oratoire de la Compagnia del Crocifisso, orné de fresques représentant des scènes de la Passion du Christ, peintes par Alessandro, Cherubino et Giovanni Alberti, membres d’une prolifique dynastie d’artistes et d’intellectuels. Dans une chapelle, on peut également voir la maquette en grès du Saint-Sépulcre, reprise du projet de Leon Battista Alberti pour le tombeau de Giovanni Rucellai à San Pancrazio, à Florence.

L’ancienne église de Sant’Antonio Abate, dont la façade est ornée d’une lunette avec un bas-relief du XIVe siècle représentant le Christ bénissant entre les saints Antoine et Eligius, conserve le Stendardo della Crocifissione (bannière de la crucifixion ) de Luca Signorelli. Peinte sur les deux faces, elle est une œuvre tardive de l’artiste, originaire de Cortone : au recto , elle représente la Crucifixion , tandis qu’au verso figurent saint Eligius et saint Antoine avec les frères agenouillés. La première représentation se caractérise par des couleurs vives et une composition dense mais harmonieuse, et bien que la figure du Christ présente quelques faiblesses de proportion, la scène est compensée par le cadre naturaliste vivant qui caractérise l’arrière-plan de l’événement sacré. L’autre face montre au contraire les deux saints monumentaux, caractérisés par leurs attributs et leurs corps plastiques, tandis que, toujours dans une conception archaïque, les patrons génuflexés des petits personnages sont disposés en perspective hiérarchique.

Le visiteur encore insatisfait peut se rendre à l’église San Giovanni Battista, l’une des plus anciennes du centre historique, où se trouvait le Baptême du Christ de Piero, qui abrite aujourd’hui le musée du vitrail “Bernardini - Fatti”. Il expose 23 vitraux de différentes tailles, réalisés par des artistes actifs entre le XIXe et le XXe siècle et caractérisés par les goûts les plus divers : de la sobre néo-Renaissance aux accents chromatiques et aux formes plus libres, en passant par les lignes électriques et bizarres de l’Art nouveau.

L’église de Santa Maria dei Servi est également une halte intéressante pour l’amateur d’art, grâce à ses peintures de grande valeur : on y trouve en effet une œuvre maniériste de Cristoforo Roncalli dit il Pomarancio et de Giovanni Ventura Borghesi, qui fut formé par Pietro da Cortona, maître du baroque. Vous pourrez également admirer les éléments conservés d’un retable représentant l’Assomption de la Vierge et quatre saints de Matteo di Giovanni, peint à la fin du XVe siècle. En particulier, le panneau central, bien qu’endommagé par une forte chute de couleur, présente un rythme discret entre les groupes opposés qui occupent les différents registres de l’œuvre.

Un peu plus loin du centre se trouve l’église Saint-Michel-Archange, construite au XVIIe siècle avec le monastère des Capucins. Elle abrite une œuvre d’art inattendue, le dossal du Paradis peint par le peintre maniériste, le frère capucin Paolo Piazza, caractérisé par une palette brillante et une composition débordante de personnages. Notez la vue urbaine très moderne, comprimée à l’extrémité inférieure de la toile.

Bien sûr, il existe encore de nombreux lieux sacrés que le voyageur entreprenant peut découvrir dans la ville, ainsi que dans les environs, comme l’ermitagede Montecasale, et non moins intéressants sont les bâtiments séculiers, y compris les tours et les palais nobles. Cet article n’a pas la prétention d’épuiser le sujet, qui reste étonnamment vaste et qui témoigne du fait que Sansepolcro peut s’enorgueillir d’un patrimoine culturel de premier ordre.

Rosso Fiorentino, Lamentation sur le Christ mort (1528 ; huile sur panneau, 270 x 201 cm ; Sansepolcro, église de San Lorenzo)
Rosso Fiorentino, Lamentation sur le Christ mort (1528 ; huile sur panneau, 270 x 201 cm ; Sansepolcro, église de San Lorenzo)
Luca Signorelli, Stendardo della Crocifissione, recto (vers 1502-1505 ; tempera sur toile, 212 x 157 cm ; Sansepolcro, église de Sant'Antonio Abate)
Luca Signorelli
, Stendardo
della Crocifissione, recto (vers 1502-1505 ; tempera sur toile, 212 x 157 cm ; Sansepolcro, église Sant’Antonio Abate)
Luca Signorelli, Stendardo della Crocifissione, verso (vers 1502-1505 ; tempera sur toile, 212 x 157 cm ; Sansepolcro, église de Sant'Antonio Abate)
Luca Signorelli, Étendard de
la
crucifixion, verso (v. 1502-1505 ; tempera sur toile, 212 x 157 cm ; Sansepolcro, église de Sant’Antonio Abate)
La bannière de la Crucifixion de Luca Signorelli dans l'église de Sant'Antonio Abate à Sansepolcro
L’Étendard de la Crucifixion de Luca Signorelli dans l’église Sant’Antonio Abate à Sansepolcro
Raffaellino dal Colle, Madonna delle Grazie (1555 ; Sansepolcro, église de Santa Maria delle Grazie)
Raffaellino dal Colle, Madonna delle Grazie (1555 ; Sansepolcro, église Santa Maria delle Grazie)

Que voir à Sansepolcro : un itinéraire historico-artistique dans les rues du centre
Que voir à Sansepolcro : un itinéraire historico-artistique dans les rues du centre


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.