Venise, 10 lieux insolites hors des sentiers battus du tourisme de masse


Quels sont les endroits insolites et tranquilles à voir à Venise, hors des sentiers battus du tourisme de masse ? Voici 10 endroits à ne pas manquer !

Que l’on soit envoûté comme Woody Allen ou que l’on n’y soit jamais allé, Venise représente pour tous l’une des merveilles du monde à connaître et à découvrir encore et encore. L’adjectif le plus approprié est “unique” : il n’y a rien d’autre à ajouter à ce port d’histoire et de beauté qui fait parler de lui depuis 1600 ans. Un lieu où même un magasin de machines à écrire entre dans l’histoire, un théâtre devient un supermarché, un hôpital ou un hospice est aussi beau qu’un musée, ou encore où le navigateur entre calli et ponts vous fait commettre des erreurs, alors autant aller où vos pieds vous mènent sans chercher un endroit précis. C’est là que l’art s’est laissé aller à l’innovation et à l’évolution. Bien sûr, si vous vous y rendez aujourd’hui pour certains tronçons de rue, vous aurez l’impression de vous trouver dans la rue principale de Vérone ou de Turin, dans la via Toledo de Naples ou dans une rue du centre de Rome. La standardisation du commerce à l’échelle mondiale érode ces traits d’authenticité que les commerçants d’une ville vous transmettaient par rapport à une autre. Aujourd’hui, parcourir les vitrines des grandes chaînes de franchise aplatit tout, vide les fonds pour faire place aux pizzerias ou à la vente de souvenirs fabriqués en Chine ou à la pizzeria (plat typiquement vénitien bien sûr) tenue par des Toscans. Nous espérons que la fierté millénaire du vrai Vénitien se réveillera et ramènera un peu d’ordre. En attendant, nous vous proposons quelques lieux insolites, dignes d’intérêt et presque toujours boudés par les centaines de milliers de touristes qui se pressent dans les lieux habituels.

1. L’église de San Giovanni Crisostomo

Non loin du pont du Rialto, dans le sestiere Cannaregio, le long de la rue qui relie la Strada Nova au Campo San Bortolomio, se trouve l’église de San Giovanni Crisostomo, un lieu de culte en forme de croix grecque qui a été construit et reconstruit plusieurs fois depuis l’an mille. Dans cette disposition, elle est l’œuvre du grand architecte Mauro Codussi, qui a terminé sa vie terrestre avec cet édifice, laissant à son fils le soin de l’achever. L’église conçue par Codussi commença ses travaux en 1495 et les termina en 1525. En 1531, elle commença les travaux ordonnés par le Sénat vénitien pour élargir la rue devant l’église. En 1488, le pape Innocent VIII accorda l’indulgence des péchés à quiconque contribuerait financièrement à sa reconstruction. L’église doit son nom à la relique du patriarche de Constantinople qui y est conservée et vénérée. Mais il est important de la visiter pour les œuvres d’art qu’elle renferme, en premier lieu le retable de Giovanni Bellini avec les saints Christophe, Jérôme et Louis de Toulouse, sa dernière œuvre avant sa mort. Il convient également de mentionner le précieux retable du maître-autel, un chef-d’œuvre de Sebastiano del Piombo connu simplement sous le nom de retable de Saint Jean Chrysostome, et le retable en marbre de Tullio Lombardo avec leCouronnement de la Vierge parmi les Apôtres.

L'église St Jean Chrysostome
L’église Saint-Jean Chrysostome. Photo : Didier Descouens

2. L’oratoire des Crucifères

Dans le Campo dei Gesuiti, il y a un bâtiment délabré presque anonyme pour lequel on ne dirait jamais qu’il vaut la peine d’y entrer. Et ce serait une erreur. En effet, un bâtiment médiéval avec une structure simple à pignon est l’Oratoire des Crucifères, et à l’intérieur se trouve un cycle de peintures sur toiles de grande importance artistique de Jacopo Palma il Giovane, réalisé entre 1583 et 1592 sur commande du doge Pasquale Cicogna. Cette zone a été confiée au XIIe siècle à l’Ordre des Pères Crucifères comme lieu de repos et de refuge pour les nombreux pèlerins qui se rendaient à Jérusalem, puis comme refuge pour les femmes célibataires. Dans cette petite chapelle de 50 mètres carrés, on entre comme dans un écrin précieux pour les huit plus belles toiles de Palma le Jeune, un artiste qui a travaillé dans de nombreuses églises vénitiennes avec cette technique particulière typique de la lagune, qui consistait à peindre avec des couleurs à l’huile en utilisant des toiles - en fait - de lin ou de chanvre montées sur un cadre en bois et appliquées directement sur un mur, pour éviter le problème de la détérioration des fresques dans un environnement humide comme celui de Venise.

L'oratoire des crucifères
L’oratoire des Crucifères

3. Ca’ Pesaro et la Galerie internationale d’art moderne

Surplombant le Grand Canal, d’un style baroque imposant, se dresse Ca’ Pesaro, palais de la riche et noble famille vénitienne qui en confia la construction au célèbre architecte Baldassarre Longhena à la fin du XVIIe siècle. Longhena mourut avant d’achever les travaux, qui furent ensuite terminés par Antonio Gaspari. Depuis 1902, il abrite la Galerie internationale d’art moderne (premier et deuxième étages) et le Musée d’art oriental de Venise (troisième étage), qui font tous deux partie du circuit des musées civiques vénitiens. Majestueux, grandiose, imposant, somptueux : les adjectifs pour qualifier le chef-d’œuvre architectural de Longhena sont inutiles, mais ce qui est certain, c’est qu’il a eu ici l’occasion de s’exprimer et d’expérimenter. La façade est articulée et complexe : de la pierre de taille en pointe de diamant traversée par deux rangées de fenêtres, nous avons deux portails au centre sur l’eau ; en montant, nous percevons l’influence de Jacopo Sansovino avec le clair-obscur rythmé des arcs et des colonnes. La galerie d’art moderne, située au premier étage, abrite les collections permanentes, tandis que le deuxième étage accueille les expositions temporaires. Les peintures et les sculptures d’importants artistes du XIXe et du XXe siècle comprennent des œuvres de Klimt, Chagall, Kandinsky, Klee et Moore, ainsi qu’une riche présence d’artistes italiens tels que Medardo Rosso, Giacomo Balla, Adolfo Wildt, Arturo Martini, Gino Rossi, Giorgio Morandi et Felice Casorati, Massimo Campigli, Carlo Carrà, Giacomo Manzù, Ottone Rosai, Scipione et Mario Sironi. Des itinéraires et des clés pour comprendre la métamorphose artistique complexe d’une phase historique qui a rompu avec les canons du passé sont proposés.

Ca' Pesaro et la Galerie internationale d'art moderne
Ca’ Pesaro et la Galerie internationale d’art moderne. Photo : Fondazione Musei Civici Venezia

4. L’église Santa Maria del Giglio

Cette église, plutôt que d’honorer le Dieu de la chrétienté ou les exploits de la République vénitienne, est destinée à rendre hommage et à célébrer la famille qui a contribué à sa (re)construction : les Barbaros. L’église Santa Maria del Giglio (la fleur lui a été donnée par l’archange Gabriel) a été fondée au IXe siècle, mais après des incendies et des effondrements, elle a été reconstruite dans la seconde moitié du XVIIe siècle par Giuseppe Sardi, à la demande d’Antonio Barbaro, d’une noble famille vénitienne. La riche façade baroque vénitienne ne fait aucune référence à la République et les statues des niches représentent des membres de la famille. Barbaro a également voulu, par testament, être représenté avec les vêtements et les accessoires symboliques des capitaines de navire, ce qu’il n’a jamais fait. L’église est d’une beauté si reconnue qu’elle a fait l’objet de peintures de Canaletto et de Francesco Guardi. Mais l’intérieur est tout aussi prestigieux avec des peintures de Jacopo Tintoretto, Palma il Giovane, Paolo Veronese, Zanchi et Rubens.

L'église de Santa Maria del Giglio
L’église Santa Maria del Giglio. Photo : Wikimedia Commons/Trolvag

5. La librairie Acqua Alta

À Venise, la Libreria Acqua Alta, située dans la Calle Lunga Santa Maria Formosa, vaut le détour. Il ne s’agit pas d’une galerie marchande classique sous une gare, mais d’une librairie comme celles d’autrefois, mais avec beaucoup plus d’originalité dans l’agencement : parmi les bateaux, les gondoles, les canoës et... les chats, vous pouvez trouver votre livre parmi les nombreux titres qu’elle propose. Il s’agit d’un lieu culturel plutôt que d’un supermarché où l’on choisit les céréales du jour sur l’étagère, où tout a une utilité et un lien. Comme les encyclopédies qui servaient à faire les escaliers ou les étagères devant la porte d’entrée. On y trouve une riche sélection de livres sur Venise et ses traditions, de l’histoire à la cuisine, du carnaval à l’habillement, en passant par tous les aspects typiques de la lagune. La particularité de l’ameublement est étroitement liée au nom et au lieu : lorsque l’eau, la vraie, est haute, la librairie est envahie par elle, d’où l’idée du propriétaire Luigi d’utiliser des gondoles, des baignoires et des petits bateaux pour y déposer les livres afin qu’ils ne soient pas mouillés. C’est devenu un endroit pittoresque et de bon goût où l’on peut s’arrêter et peut-être acheter un bon livre.

La librairie Acqua Alta. Photo : Librairie Acqua Alta
La librairie Acqua Alta. Photo : Libreria Acqua Al
ta

6. La basilique des saints Jean et Paul

La basilique des Saints-Jean-et-Paul est la plus grande de Venise. La basilique Saints-Jean-et-Paul est la plus grande de Venise (sa construction a duré près de 100 ans, elle a été consacrée en 1430) avec ses 30 mètres de hauteur et sa coupole de 55 mètres, sa longueur de plus de 100 mètres et son transept de 45 mètres, Elle est un peu comme le Panthéon, abritant les dépouilles de pas moins de 27 doges (ainsi que d’autres personnalités comme Giovanni et Gentile Bellini et les frères Bandiera) honorées par des tombes, des monuments, des pierres tombales et de grands sarcophages décorés et ornés de sculptures et de peintures d’artistes aussi importants que Giovanni Battista Piazzetta, Giovanni Bellini et Paolo Veronese. La façade de style gothique présente une grande rosace centrale et deux autres plus petites sur les côtés. Au sommet, trois flèches en forme de petits temples abritent les statues de saint Dominique, de saint Thomas d’Aquin et de saint Pierre Martyr. Le magnifique portail est l’œuvre de Bartolomeo Bono. L’intérieur est une véritable explosion d’œuvres et d’artistes. La particularité réside dans le grand espace situé devant l’entrée, peu de places à Venise, qu’il partage avec l’hôpital municipal de Venise, qui était autrefois la Scuola Grande si San Marco. Dire “hôpital” est réducteur et trompe l’imagination du lecteur, mais Venise est l’endroit où même un hôpital peut ressembler à une cathédrale.

La basilique des saints Jean et Paul
La basilique des Saints Jean et Paul. Photo : Didier Descouens

7. Le cinéma Teatro Italia

Venise possède également le supermarché auquel on ne s’attend pas. En effet, le glorieux Cinema Teatro Italia, qui a fait s’asseoir des générations de Vénitiens sur leurs sièges pendant 100 ans depuis 1916, est devenu un supermarché en 2018. Une intervention unique, puisqu’il ne s’agit pas d’un hangar de banlieue, mais d’un joyau architectural conçu par Giovanni Sardi entre néogothique et Art nouveau, protégé par les Beaux-Arts. Le bâtiment avait perdu sa fonction pendant une vingtaine d’années en raison de la crise du spectacle et avait été laissé à l’abandon, jusqu’à ce que la famille Coin le rachète pour le rénover et, avec une grande chaîne de distribution alimentaire, décide de suivre l’exemple des entrepôts londoniens pour permettre aux Vénitiens de faire leurs courses avec élégance, entourés de ces magnifiques cadres et fresques visibles à travers les étagères basses. Après deux ans de restauration, l’ouverture s’est faite dans l’étonnement et même la critique, mais sans aucun doute en redonnant à la communauté un lieu qui, en perdant sa fonction première, risquait de rester uniquement fermé. La salle contenait 1 200 fauteuils et les murs étaient décorés de putti et de huit panneaux, dont quatre décorés par Alessandro Pomi et quatre par Guido Marussig. Du fer forgé partout, des ampoules électriques. La façade avec ses fenêtres à simple et triple lancette et les quatre portails d’entrée en fer forgé ont été conçus par Umberto Bellotto (tout comme les lustres à l’intérieur). Caractéristique et innovante, cette expérience de rénovation urbaine mérite d’être visitée.

Le cinéma Teatro Italia
Le cinéma Teatro Italia. Photo : Fiel SpA

8. Ca’ Rezzonico et le musée de la Venise du XVIIIe siècle

Le palais de Ca’ Rezzonico surplombant le Grand Canal, avec sa façade innovante, abrite depuis 1936 le Museo del Settecento Veneziano. Ce palais a également été conçu par Baldassarre Longhena, qui n’a pas terminé les travaux à sa mort en 1682 (ils ont été achevés en 1750 par Giorgio Massari). Entre les fresques de Giambattista Tiepolo et Giambattista Crosato, les peintures d’Antonio Canaletto, Francesco Guardi, Giambattista Piazzetta, Rosalba Carriera, Pietro Longhi, les sculptures d’Antonio Corradini, Andrea Brustolon, Filippo Parodi, Giusto Le Court, et les meubles originaux des XVIIe et XVIIIe siècles, la visite représente l’histoire culturelle et artistique florissante de la Sérénissime. Depuis l’imposante salle de bal, unique en taille et en décoration dans toute la ville de Venise, jusqu’à la salle des tapisseries, la salle du trône ou la salle Tiepolo.

Ca' Rezzonico et le musée vénitien du XVIIIe siècle
Ca’ Rezzonico et le Museo del Settecento Veneziano. Photo : Fondazione Musei Civici Venezia

9. La Scuola Grande di San Rocco

La Scuola Grande di San Rocco est inextricablement liée au nom du Tintoret, qui y a travaillé pendant deux décennies, peignant à fresque murs et plafonds et réalisant des toiles qui sont entrées dans l’histoire de l’art. La Scuola Grande di San Rocco est un complexe comprenant le bâtiment de la Scuola, l’église et la Scolaetta, dédié au saint le plus vénéré de Venise, qui y conserve une relique importante et qui a joué un rôle très important dans la vie civile et sociale de la Sérénissime. Une importance qui se manifeste immédiatement par la grandeur de la structure et des œuvres d’art qui y sont conservées. Disons tout de suite que les “écoles” vénitiennes étaient des confréries laïques qui rassemblaient autour d’elles la bourgeoisie et la classe des métiers qui, en dehors de la noblesse, étaient nés avec le développement du commerce. Celle de San Rocco date de 1478 et le Tintoret a été choisi en 1564 pour décorer le plafond de la Sala dell’Albergo. Puis la Sala Capitolare et la Sala Terrena pour réaliser le cycle de peintures le plus célèbre de l’artiste, souvent comparé à la Chapelle Sixtine de Rome. Mais la richesse des œuvres d’art comprend également Titien, Tiepolo et Giorgione, pour n’en citer que quelques-uns, un véritable trésor de valeurs presque comparable à celui de Saint-Marc, conservé dans des armoires du XVIIIe siècle qui ont été pillées au fil du temps mais qui contiennent encore un grand nombre d’objets. Il faut mentionner l’escalier monumental dont les parois latérales ont été superbement peintes par Antonio Zanchi, Pietro Negri et Giovanni Antonio Fumiani pour la coupole qui le surmonte. Mais il faudrait beaucoup plus d’espace pour donner un compte rendu digne de ce nom des choses à voir.

La Scuola Grande di San Rocco
La Scuola Grande di San Rocco. Photo : Scuola Grande di San Rocco

10. La boutique Olivetti

Pas un magasin pour acheter une machine à écrire, mais un monument de l’architecture italienne des années 1950 : c’est le Negozio Olivetti. Les machines à écrire sont un prétexte, la toile de fond pour laquelle ce lieu a été modelé par le grand Carlo Scarpa. Génie italien du XXe siècle, Adriano Olivetti lui a commandé ce magasin comme vitrine de ses produits, mais Scarpa s’est surpassé en l’intégrant dans ce qui était déjà un monument protégé et mondialement connu, le portique du Palazzo delle Assicurazioni Generali de la Piazza San Marco. Non pas un banal lieu de représentation ou un “showroom” comme on dirait aujourd’hui, mais une véritable greffe contemporaine dans le contexte vénitien. “La magnifique enceinte créée par Carlo Scarpa et les objets qui y sont exposés témoignent que l’harmonie peut être atteinte grâce à l’étude minutieuse des lieux et à l’attention portée aux formes, même celles des machines à écrire”, comme l’a déclaré Laura Olivetti à l’occasion de la restauration du Negozio Olivetti en 2011, un lieu où la voix du client éclairé se confond avec celle de l’artiste des formes’. Scarpa transforme un arrière-plan sombre et fermé en révolutionnant l’espace, en lui donnant de l’air avec les vitrines lumineuses et en plaçant au centre le grand escalier en marbre Aurisina qui semble presque suspendu dans l’air, modelé avec des déplacements latéraux, par lequel on accède au premier étage, qui est une mezzanine. À l’entrée se trouve une fontaine d’Alberto Viani, Nudo al sole (Nu au soleil), dont la buse est constituée d’une plaque de marbre blanc et d’un intérieur en cuivre portant le logo Olivetti. Le sol, composé de marbre et de carreaux de verre de Murano de différentes couleurs, est particulièrement remarquable.

La boutique Olivetti
Le Negozio Olivetti. Photo : FAI - Fondo Ambiente Italiano

Venise, 10 lieux insolites hors des sentiers battus du tourisme de masse
Venise, 10 lieux insolites hors des sentiers battus du tourisme de masse


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.