Les 10 meilleures expositions de 2023 selon Art Windows


Quelles ont été les 10 meilleures expositions de 2023 en Italie ? Voici le classement des dix meilleures, établi par la rédaction de Finestre sull'Arte.

Pour la deuxième année consécutive, nous publions le dernier jour de l’année le classement des meilleures expositions 2023 en Italie selon les rédacteurs de Finestre sull’Arte. Comme l’année dernière, nous ne prenons en compte que les expositions ouvertes au cours de l’année (nous excluons donc les expositions ouvertes en 2022 et poursuivies en 2023). Voici le classement !

10. Luca Signorelli au Museo dell’Accademia Etrusca (Cortona)

Notre classement commence par un anniversaire, celui de la mort de Luca Signorelli, qui est passé un peu inaperçu, mais qui a été rappelé comme il se doit par une exposition au Museo dell’Accademia Etrusca de Cortona. Une trentaine d’œuvres seulement, réparties sur deux salles (donc dans un espace vraiment dense et étroit), mais une forte concentration de chefs-d’œuvre. L’exposition, intitulée Signorelli 500, Maestro Luca da Cortona, peintre de la lumière et de la poésie et organisée par Tom Henry, a surtout permis de réaffirmer l’importance de cet artiste, moins connu que d’autres qui ont travaillé à son époque, pour les arts de la Renaissance. D’autres expositions sur Signorelli n’ont pas manqué ces derniers temps. Enracinées dans le territoire, puisque Cortona est la ville de Signorelli, et donc à partir de l’exposition du MAEC, il était possible de découvrir l’artiste directement sur ses lieux de travail (à tel point que l’exposition elle-même proposait des itinéraires ad hoc, ce qui est un point positif). Les expositions devraient aussi servir à cela. Lire notre compte-rendu.

Exposition Signorelli 500, Maestro Luca da Cortona, peintre de la lumière et de la poésie
Plans de l’exposition Signorelli 500. Maestro Luca da Cortona, peintre de la lumière et de la poésie

9. Urbain VIII au Palais Barberini (Rome)

Une grande exposition avec plus de cent œuvres pour raconter l’histoire d’un des pontificats qui a le plus marqué Rome. La neuvième place du classement revient à L’image souveraine. Urbano VIII e i Barberini, qui s’est tenue à la Galleria Nazionale d’Arte Antica au Palazzo Barberini (commissaires : Flaminia Gennari Santori, Maurizia Cicconi et Sebastian Schütze) et qui a réuni d’importants prêts internationaux de grands musées et des œuvres d’artistes de premier plan (du Caravage au Bernin, de Ludovico Carracci à Nicolas Poussin) dans un parcours captivant. Beaucoup d’espace pour l’art, peu d’espace pour la politique (sur ce point, l’exposition était un peu déficiente), mais c’était l’une des meilleures expositions vues à Rome ces dernières années. Lire notre compte-rendu.

Mise en place de l'exposition L'image souveraine. Urbain VIII et les Barberini. Photo : Alberto Novelli
Plans de l’exposition L’image souveraine. Urbain VIII et les Barberini. Photo : Alberto Novelli

8. Le CCCP aux Chiostri di San Pietro (Reggio Emilia)

On ne peut pas dire que l’exposition du CCCP n’ait pas été l’une des plus attendues de l’année. Un événement, plus qu’une exposition(Felicitazioni ! CCCP - Fedeli alla Linea 1984-2024), qui a été suivi d’une réunion du groupe punk historique. Et l’exposition, organisée aux Chiostri di San Pietro de Reggio Emilia, a été bien plus qu’une exposition habituelle consacrée à un groupe musical : CCCP est allé au-delà des attentes (et c’était prévisible), en créant une sorte d’œuvre d’art totale, comprenant des sculptures, des environnements immersifs, des installations créées pour l’occasion, une exposition à l’intérieur de l’exposition avec des photographies de Luigi Ghirri, et se terminant par une sorte de grande cathédrale punk qui a fait ses adieux aux visiteurs. Comment combiner l’art et la musique pour impliquer un public transversal : il n’est pas nécessaire d’avoir vu CCCP à l’œuvre en son temps pour apprécier cette exposition. Lisez notre critique.

Montage de l'exposition Felicitazioni ! CCCP - Fidèle à la ligne 1984-2024. Photo : Michele Lapini
Présentation de l’exposition Felicitazioni ! CCCP - Fidèle à la ligne 1984-2024. Photo : Michele Lapini

7. Bertozzi&Casoni à Imola

Le duo Bertozzi&Casoni est l’un des grands noms de l’art contemporain italien et ses œuvres surprennent le public depuis les années 1980. Mais jamais une exposition couvrant l’ensemble de leur carrière n’avait été consacrée à Bertozzi&Casoni : les musées d’Imola l’ont organisée cette année. Tranche de vie, tel est le titre de l’exposition organisée par Diego Galizzi, est divisée en trois parties : la section “historique” au Museo San Domenico (avec des œuvres des années 1980 jusqu’à l’œuvre phare Scegli il Paradiso (Choisissez le Parad is) de 1997, un tournant dans la carrière du duo), une sélection d’œuvres de la fin des années 1990 à nos jours installée dans les anciennes salles du Palazzo Tozzoni, et une nouvelle œuvre, née après vingt ans de gestation, installée dans un couloir de la Rocca Sforzesca. Le résultat est un projet à double âme (celle plus “traditionnelle” du Musée San Domenico et celle plus scénographique et spectaculaire du Palazzo Tozzoni et de la Rocca Sforzesca), capable d’entrer de manière complète et engageante dans l’art de Bertozzi&Casoni, deux artistes qui ont donné une nouvelle vie à la céramique.

Montage de l'exposition Bertozzi&Casoni. Tranche de vie
Plans de l’exposition Bertozzi&Casoni. Tranche de vie

6. Cecco del Caravaggio à l’Accademia Carrara (Bergame)

Le programme de Bergame et Brescia Capitale italienne de la culture 2023 a été très riche, peut-être le plus intense et le plus intéressant depuis que la capitale italienne de la culture existe. Et l’Académie Carrara de Bergame s’est distinguée par la première exposition monographique consacrée à Francesco Boneri, connu sous le nom de Cecco del Caravaggio, un élève talentueux et peu étudié du Caravage : dans le musée bergamasque, le conservateur Gianni Papi a réuni une grande partie de sa production connue, animant une exposition d’une quarantaine d’œuvres qui, dans le domaine de l’art ancien, a certainement été l’une des meilleures de l’année, non seulement en Italie. Une revue au profil scientifique élevé et très soignée dans ses appareils. Lisez notre compte-rendu.

Montage de l'exposition Cecco del Caravaggio. L'élève modèle. Photo : Gianfranco Rota
Aménagement de l’exposition Cecco del Caravaggio. L’élève modèle. Photo : Gianfranco Rota

5. Giorgio Morandi au Palazzo Reale (Milan)

Plusieurs expositions ont été consacrées à Giorgio Morandi au fil des ans, mais peu ont atteint l’exhaustivité de l’exposition que le Palazzo Reale a réservée cette année au grand peintre de natures mortes. L’exposition de cette année, organisée par Maria Cristina Bandera, a rassemblé dans les salles de l’institut milanais une sélection exhaustive d’œuvres capables de retracer toute la carrière de Morandi, de ses débuts à ses dernières années, en passant par toutes ses phases, de la métaphysique des débuts aux compositions avec des bouteilles des années 1950 et 1960, tout en réservant une juste place aux paysages, aux gravures et aux autres grands thèmes de l’art de Morandi. Une exposition qui a su également démolir les préjugés sur l’artiste bolonais (surtout celui selon lequel il s’agirait d’un artiste répétitif) avec un parcours jamais ennuyeux, capable de montrer que Morandi était en fait un artiste polyvalent toujours prêt à expérimenter.

Giorgio Morandi 1890-1964 Montage de l'exposition
Plan de l’exposition Giorgio Morandi 1890-1964

4. Le Pérugin à la Galerie nationale de l’Ombrie (Pérouse)

L’exposition sur le Pérugin à la Galerie nationale de l’Ombrie à Pérouse, organisée par Marco Pierini et Veruska Picchiarelli, était l’une des plus attendues en 2023, car elle tombait l’année du 500e anniversaire de la mort de l’artiste ombrien. L’exposition, installée dans la Sala Podiani, a décidé de se concentrer uniquement sur la première période de l’art du Pérugin, en concluant avec le Mariage de la Vierge, prêt exceptionnel du Musée des Beaux-Arts de Caen : cette œuvre fondamentale valait à elle seule la visite. L’exposition, bien que présentée dans des locaux un peu exigus, surtout dans les premières salles, rassemble de nombreuses œuvres importantes du Pérugin, confrontées à celles d’autres grands artistes de l’époque avec lesquels l’artiste a eu l’occasion de se mesurer, de Bartolomeo Caporali à Luca Signorelli, de Benedetto Bonfigli à Giovanni Santi, ce qui en fait l’une des meilleures de l’année. Le catalogue est impressionnant. Lire notre critique.

Mise en place de l'exposition Il meglio maestro d'Italia. Le Pérugin en son temps
Plan de l’exposition Le meilleur maître d’Italie.
Le
Pérugin en
son temps

3. Ercole de’ Roberti et Lorenzo Costa au Palais des Diamants (Ferrare)

À Ferrare, le Palazzo dei Diamanti a rouvert ses portes après d’importants travaux de restructuration , avec une double exposition monographique sur Ercole de’ Roberti et Lorenzo Costa(Renaissance à Ferrare. Ercole de’ Roberti et Lorenzo Costa), organisée par Michele Danieli et Vittorio Sgarbi, qui a obtenu la troisième marche du podium (cette année, il convient de le souligner, il a été difficile de choisir le classement final des trois premières expositions, car elles étaient toutes très valables). Une grande partie de la production d’Ercole de’ Roberti a été réunie (et les principales absences ne sont pas imputables aux commissaires : la Pietà de Liverpool n’a pas quitté l’Angleterre pour des raisons de conservation, tandis que la Pala Portuense a été déclarée inamovible par la Pinacothèque de Brera), et Lorenzo Costa a également été représenté de manière adéquate : Le résultat est un parcours qui permet au public d’avoir un aperçu complet de l’art de la Renaissance à Ferrare, accompagné d’un excellent catalogue. L’exposition Ercole de’ Roberti et Lorenzo Costa a été la suite idéale de l’exposition Cosmè Tura et Francesco del Cossa en 2007, et il a été dit que d’autres expositions suivront, toujours au Palazzo dei Diamanti, pour approfondir les maîtres de la Renaissance à Ferrare, toujours avec des paires d’artistes ayant vécu à la même époque (pour certains, ce sera la première fois). Les attentes sont évidemment très élevées. Lire notre compte-rendu.

Préparation de l'exposition Renaissance à Ferrare. Ercole de' Roberti et Lorenzo Costa
Installation de l’exposition Renaissance à Ferrare. Ercole de’ Roberti et Lorenzo Costa

2. Giovanni Battista Moroni à la Gallerie d’Italia (Milan)

La deuxième place revient à l’exposition Moroni (1521-1580). Le portrait de son temps, consacrée à Giovanni Battista Moroni et organisée par Simone Facchinetti et Arturo Galansino. Elle a été inaugurée il y a quelques jours dans les salles de la Gallerie d’Italia de la Piazza Scala à Milan, mais elle mérite le podium de notre classement parce qu’il s’agit de l’exposition la plus complète jamais consacrée à Moroni et qu’elle rassemble tous les chefs-d’œuvre les plus importants de l’artiste bergamasque, en se concentrant principalement sur les œuvres de l’artiste de l’époque.L’exposition compare les œuvres de Moroni avec celles des grands de son temps, en commençant par son maître Moretto et en passant par le Titien, le Tintoret, Lorenzo Lotto et d’autres artistes du XVIe siècle qui ont été des points de référence incontournables pour Moroni. Une exposition originale (le parcours est en effet construit sur des axes thématiques : le résultat est un itinéraire qui, bien que composé en grande partie de portraits, n’ennuie pas le public une seule seconde) qui compte parmi les meilleures que la Gallerie d’Italia ait organisées ces dernières années.

Plans d'exposition Moroni (1521-1580). Le portrait de son époque. Photo : Roberto Serra
Plan de l’exposition Moroni (1521-1580). Le portrait de son temps. Photo : Roberto Serra

1. Giacomo Ceruti au musée Santa Giulia (Brescia)

Organiser une exposition passionnante sur un artiste aussi peu connu que Giacomo Ceruti (et peut-être aussi mal aimé du public, ainsi qu’affecté par les préjugés causés par son surnom de “Pitocchetto”, si peu approprié pour décrire son importance) n’était pas une tâche facile, compte tenu également du fait qu’il avait déjà été le protagoniste d’une importante exposition monographique dans le passé, celle organisée par Mina Gregori en 1987. Un illustre précédent auquel il fallait se mesurer. Et pourtant, les commissaires Roberta D’Adda, Francesco Frangi et Alessandro Morandotti ont atteint tous les objectifs en organisant une exposition(Miseria & Nobiltà. Giacomo Ceruti nell’Europa del Settecento, au Museo Santa Giulia de Brescia) qui mérite la médaille d’or de cette année pour plusieurs aspects l’exhaustivité de la sélection (des prêts sont arrivés du monde entier, représentatifs de toutes les phases de la carrière de Ceruti, et le cycle Padernello a également été réuni dans sa quasi-totalité), la ponctualité des comparaisons, la variété du parcours et la qualité du catalogue (l’un des catalogues d’exposition les plus intéressants et les plus captivants de ces dernières années). Une excellente exposition, suivie d’une exposition sœur à Los Angeles(Giacomo Ceruti. A compassionate eye, au Getty Center), digne de la capitale italienne de la culture, et qui constitue déjà un jalon dans les études sur l’artiste. Lire notre critique.

Mise en place de l'exposition Miseria & Nobiltà. Giacomo Ceruti dans l'Europe du XVIIIe siècle. Photo : Alberto Mancini
L’exposition Miseria & Nobiltà. Giacomo Ceruti dans l’Europe du XVIIIe siècle. Photo : Alberto Mancini

Les 10 meilleures expositions de 2023 selon Art Windows
Les 10 meilleures expositions de 2023 selon Art Windows


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.