Vermeer avait-il un atelier? Washington annonce des découvertes "révolutionnaires" sur l'artiste


La National Gallery de Washington a organisé une exposition consacrée aux peintures de Jan Vermeer, annonçant des découvertes qui changent notre perception de l'artiste: selon des chercheurs américains, Vermeer n'était pas un génie solitaire, mais avait un atelier et des collaborateurs.

Dans l’imaginaire collectif, Jan Vermeer est considéré comme un génie solitaire. En réalité, il a peut-être eu un atelier et des collaborateurs qui ont dû l’aider à réaliser ses œuvres. C’est la conclusion à laquelle est parvenue la National Gallery de Washington sur la base de recherches menées à l’occasion de l’exposition Les secrets de Vermeer, prévue du 8 octobre 2022 au 8 janvier 2023, et pour laquelle de nouveaux résultats scientifiques importants avaient déjà été anticipés par l’équipe de recherche pluridisciplinaire composée de Marjorie E. Wieseman, Alexandra Libby, Dina Anchin, Melanie Gifford, Lisha Deming Glinsman, Kathryn A. Dooley et John K. Delaney.

Le musée a qualifié de “révolutionnaires” les découvertes concernant Johannes Vermeer (Delft, 1632 - 1675), à commencer par la confirmation que la très controversée Fille à la flûte a en fait été peinte par un collaborateur de Vermeer, et non par l’artiste néerlandais lui-même, comme on le croyait jusqu’à présent. Selon l’équipe de chercheurs, l’idée que Vermeer travaillait avec des collaborateurs remet en question la croyance de longue date selon laquelle il était un artiste solitaire: Vermeer aurait plutôt été un maître ou un mentor pour des artistes plus jeunes. Étant donné que l’œuvre connue de Vermeer ne compte qu’environ 35 peintures acceptées, les spécialistes ont généralement considéré qu’il était peu probable qu’il ait eu des élèves ou des assistants. En l’absence de documents attestant de l’existence d’un atelier (aucun registre d’élèves enregistré par la guilde des peintres de Delft, aucune mention d’assistants dans les notes des visiteurs de l’atelier de Vermeer), on pensait qu’il travaillait seul.

Jusqu’à aujourd’hui. “L’existence d’autres artistes travaillant avec Johannes Vermeer”, déclare Kaywin Feldman, directeur de la National Gallery of Art, “est peut-être l’une des découvertes les plus importantes de ces dernières décennies concernant l’artiste. Elle modifie fondamentalement notre compréhension de Vermeer. Je suis incroyablement fier de l’équipe interdisciplinaire de la National Gallery qui a travaillé ensemble pour étudier ces peintures, en s’appuyant sur des décennies de recherche et en utilisant une technologie scientifique avancée pour parvenir à des découvertes passionnantes qui ajoutent de nouvelles informations à ce que nous savons de l’artiste énigmatique”.

Jan Vermeer, Jeune fille au chapeau rouge (vers 1666-1667 ; Wahington, National Gallery of Art)
Jan Vermeer, Jeune fille au chapeau rouge (vers 1666-1667 ; huile sur toile, 23,2 x 18,1 cm ; Washington, National Gallery of Art)
Déjà attribuée à Jan Vermeer, Jeune fille à la flûte (vers 1669-1675 ; huile sur toile, 20 x 17,8 cm ; Washington, National Gallery of Art)
Déjà attribuée à Jan Vermeer, Jeune fille à la flûte (v. 1669-1675 ; huile sur toile, 20 x 17,8 cm ; Washington, National Gallery of Art)

L’équipe de la National Gallery a conclu que Girl with a Flute (v. 1669-1675) n’est pas, en fait, de Johannes Vermeer. Les spécialistes pensent plutôt que le tableau a été réalisé par un collaborateur de Vermeer, quelqu’un qui comprenait le processus et les matériaux de l’artiste néerlandais, mais qui n’était pas en mesure de les maîtriser totalement. L’identité exacte de cette personne reste à déterminer, mais le fait que Vermeer ait travaillé en étroite collaboration avec d’autres artistes est significatif, car il remet en question la croyance de longue date selon laquelle Vermeer travaillait de manière isolée. L’artiste actuellement inconnu aurait pu être un élève ou un apprenti, un amateur qui payait des leçons à Vermeer, un peintre engagé pour un projet particulier ou même un membre de la famille de Vermeer.

L’équipe a comparé La jeune fille à la flûte à La jeune fille au chapeau rouge de Vermeer: il s’agit de deux petits tableaux dont on pensait auparavant qu’ils formaient une paire en raison de la similitude du sujet, de la taille et de l’utilisation d’un panneau de bois comme support, ce qui était inhabituel chez Vermeer. Cependant, l’application de la peinture dans la Jeune fille à la flûte est très différente de celle de la Jeune fille au chapeau rouge. Non seulement la précision de Vermeer n’est pas au rendez-vous, mais l’artiste semble ne pas avoir eu la maîtrise de Vermeer: les coups de pinceau semblent maladroits et les pigments utilisés dans le tableau final sont grossièrement broyés, ce qui donne à la surface un caractère presque granuleux. En revanche, Vermeer a broyé grossièrement ses pigments pour la peinture de fond et plus finement pour les couches de peinture finales afin d’obtenir des surfaces délicates. L’artiste de La jeune fille à la flûte a inexplicablement inversé cet ordre. Malgré les différences de manipulation, l’analyse microscopique des pigments a montré que les deux compositions utilisaient les mêmes pigments, y compris les ombres de la terre verte du visage, une caractéristique typique des peintures de Vermeer. Selon l’équipe de chercheurs, l’ensemble de ces résultats montre clairement que, bien que Vermeer n’ait pas peint la Jeune fille à la flûte, cet artiste connaissait parfaitement les méthodes de travail uniques de Vermeer.

Les recherches ont également conduit les conservateurs à déterminer que la Jeune fille au chapeau rouge de Vermeer a été peinte à un moment charnière de la carrière de l’artiste. Le tableau montre Vermeer expérimentant de nouvelles techniques (couleurs vives, manière plus audacieuse d’appliquer la peinture) qui préfigurent les peintures produites dans la phase finale de sa carrière. Par conséquent, ils estiment que le tableau doit être daté un peu plus tard, vers 1669 (l’œuvre était auparavant datée vers 1666-1667). Marjorie E. Wieseman, conservatrice et directrice du département des peintures d’Europe du Nord de la National Gallery, Alexandra Libby, conservatrice associée du département des peintures d’Europe du Nord, E. Melanie Gifford, conservatrice et chercheuse en technologie de la peinture, et Dina Anchin, conservatrice associée de la peinture, ont indiqué que le tableau était une expérience de l’artiste: le moment où il a commencé à peindre son image finale avec un rendu schématique des formes et des contrastes exagérés de lumière et d’ombre, caractéristiques qu’il avait auparavant limitées à la peinture d’arrière-plan.

Selon le musée, de nombreuses découvertes permettent de mieux comprendre les premières étapes du processus de peinture de Vermeer. L’une des découvertes les plus passionnantes, faite en comparant les résultats de diverses techniques d’imagerie scientifique avec l’analyse microscopique, a été la réalisation que Vermeer commençait ses peintures par de larges traits dans une peinture de fond appliquée rapidement qui établissait une base solide pour sa peinture de surface lisse et raffinée. En effet, les examens microscopiques des dernières couches de peinture montrent que Vermeer utilisait des peintures relativement fluides pour créer ses surfaces lisses typiques. L’analyse microscopique des échantillons de peinture et les cartes des pigments obtenues par spectroscopie montrent comment l’artiste combinait les pigments pour créer ses extraordinaires effets de surface.

S’appuyant sur un demi-siècle d’études techniques des œuvres de Vermeer à la National Gallery, les chercheurs ont profité des fermetures liées à Covid en 2020/2021 pour examiner les quatre peintures de Johannes Vermeer et celles qui lui sont attribuées, qui sont rarement retirées de leurs murs, surtout au même moment. Le secret de Vermeer a donc pour but d’offrir au public un aperçu des coulisses de la National Gallery, de la manière dont les conservateurs, les restaurateurs et les scientifiques ont étudié les quatre précieuses peintures du musée, ainsi que deux faux du XXe siècle, afin de comprendre “ce qui fait d’un Vermeer un Vermeer”. L’exposition présente donc certaines des découvertes les plus intéressantes, ainsi que des images scientifiques des peintures et même l’un des instruments techniques spécialisés utilisés pour réaliser l’imagerie.

Vermeer avait-il un atelier? Washington annonce des découvertes
Vermeer avait-il un atelier? Washington annonce des découvertes "révolutionnaires" sur l'artiste


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.