De Foppa à Fattori, la collection Stramezzi s'expose à Crema


Du 23 avril au 15 mai 2022, le Museo Civico di Crema expose les meilleures pièces de la collection Stramezzi, acquise fin 2021 par l'Institut Lombard. Des œuvres de Vincenzo Foppa, Giovanni Fattori et de nombreux autres artistes importants.

Le Museo Civico di Crema e del Cremasco accueille, du 23 avril au 15 mai 2022, l’exposition Foppa, i Macchiaioli e l’arte del Novecento. Œuvres de la collection Stramezzi: organisée par Alessandro Barbieri et Francesca Moruzzi, elle est produite par le Museo di Crema et constitue le moment de présentation des extraordinaires peintures acquises par l’institution culturelle de la ville à la fin de 2021 grâce à la générosité des héritiers de Marina Stramezzi et au soutien de la Fondazione Comunitaria della Provincia di Cremona et de l’Associazione Popolare Crema per il territorio Banco BPM. L’exposition se concentre sur une soixantaine d’œuvres de la collection de Paolo Stramezzi conservée à la Villa La Perletta à Crema.

Paolo Stramezzi (Moscazzano, 1884 - Cannes, 1968) a créé dans sa résidence l’un des salons culturels les plus importants et les plus prestigieux du nord de l’Italie, dont les murs étaient garnis d’un nombre d’œuvres d’art tel qu’ils pouvaient rivaliser avec les musées nationaux les plus prestigieux. Il était amateur et connaisseur de beaux-arts, mécène et grand collectionneur. À la base de son importante collection, il y a des années de relations étroites avec des artistes, des antiquaires et des experts en art, auprès desquels Stramezzi a toujours su prendre conseil. Une collection vivante, dynamique et en constante évolution, ordonnée et enrichie pendant plus d’un demi-siècle par des achats, des ventes, des échanges et des reprises. Une collection privée sélectionnée selon son goût personnel qui a su aussi anticiper certaines évolutions stylistiques et collectionnistes de l’art italien, comme le fort intérêt pour les Macchiaioli dont Stramezzi était un grand collectionneur.

L’exposition est divisée en trois sections: un hommage au collectionneur, des œuvres du XVe au XIXe siècle et une section consacrée à la peinture du XXe siècle. Le visiteur est accueilli par deux grands portraits qui dialoguent poliment: le Portrait de Giuseppe Maria Perletti du peintre crémasque Angelo Bacchetta (Crema, 1841 - 1920) et le Portrait de Paolo Stramezzi du peintre bergamasque Luigi Brignoli (Palosco, 1881 - Bergame, 1952). C’est au premier que l’on doit la conception de la grande villa entourée d’un splendide parc: La Perletta. Au second, on doit d’avoir restauré et aménagé cette demeure avec une collection si extraordinaire qu’elle en est devenue presque légendaire.

Dans la deuxième section, le parcours de l’exposition, qui suit un ordre chronologique, commence par l’Annonciation raffinée avec saint Jérôme pénitent, attribuée au père lombard de la Renaissance Vincenzo Foppa (Brescia, 1427/30 - 1515/16). Il s’agit d’un panneau très suggestif, tout comme la copie du célèbre panneau de Léonard de Vinci représentant Sainte Anne, la Vierge et l’Enfant avec le petit agneau (Sainte Anne Metterza), aujourd’hui conservé au musée du Louvre. Vient ensuite un groupe de cinq œuvres flamandes, dont l’exécution est datée entre le XVIe et le XVIIe siècle: deux portraits de David Teniers le Jeune (Anvers, 1610 - Bruxelles, 1690) et une Scène bucolique de Nicolaes Berchem (Haarlem, 1620 - Amsterdam, 1683). Le cœur de la deuxième section appartient au XIXe siècle, la période préférée du collectionneur. Parmi les œuvres exposées, on trouve une Veduta di Firenze (Vue de Florence), qui serait une œuvre inachevée de l’Anglais Joseph Mallord William Turner (Londres, 1775 - Chelsea, 1851) et pas moins de neuf tableaux appartenant au cher Macchiaioli. Parmi elles, deux œuvres de Giovanni Fattori (Livourne, 1825 - Florence 1908), le plus grand représentant de ce mouvement, une de Giuseppe Abbati (Naples, 1836 - Florence, 1868) et six de Raffaello Sernesi (Florence, 1838 - Bolzano, 1866), le plus jeune du groupe. Pour clore le XIXe siècle, on trouve un Autoportrait avec sa fille Marion du Bavarois Franz von Lenbach (Schrobenhausen, 1836 - Munich, 1904), portraitiste populaire de personnalités célèbres de son temps. Cette dernière œuvre est flanquée de deux curieuses esquisses: il s’agit de dessins préparatoires d’Eugenio Giuseppe Conti de Crema (Crema, 1842 - Milan, 1909), exécutés comme étude pour la décoration des voûtes de certaines chapelles latérales de l’église San Giacomo Maggiore de Crema.

La troisième section de l’exposition, consacrée au XXe siècle, présente de nombreux tableaux de peintres que Paolo Stramezzi a appris à connaître, à apprécier et à acheter en tant que visiteur assidu des plus célèbres expositions et salons d’art nationaux: la Biennale de Venise, la Biennale de Brera, la Permanente de Milan et la Quadriennale de Rome. Parmi les œuvres d’artistes italiens seront exposées Campagna veneta de Francesco Sartorelli (Cornuda, 1856 - Udine, 1939) ; Autoportrait d’Arturo Rietti (Trieste, 1863 - Fontaniva, 1943) ; Portrait d’une jeune fille de Maria Vinca (Milan, 1878 - Venise, 1939) ; Portrait de M. Obert et Portrait d’une femme de Guido Tallone (Bergamo, 1894 - Alpignano, 1967) ; Portrait d’une jeune femme de Giovanni Brancaccio (Pozzuoli, 1903 - Naples 1975) ; Uliveto et Paris de Giovanni Malesci (Vicchio, 1884 - Milan, 1969) ; un dessin de Giacomo Manzù (Bergamo, 1908 - Aprilia, 1991) représentant une Crucifixion avec le Pape Jean XXIII. Parmi les étrangers: Lagune avec Santa Maria della Salute de Georg Sauter (Markt Rettenbach, 1866 - Brannenburg, 1937) ; Taverne bretonne de Hermenegildo Anglada Camarasa (Barcelone, 1872 - Pollença, 1959) ; Paysage d’ Orazì (Paris, 1906 - 1979). L’exposition se termine par Il Serio de l’artiste crémasque Gianetto Biondini (Crema, 1920 - 1981) et trois dessins du même auteur qui, représentant trois perspectives différentes de la Villa La Perletta, clôturent le cercle thématique de l’exposition.

L’exposition est accompagnée d’un catalogue, édité par Alessandro Barbieri et Francesca Moruzzi, produit par Edizioni Museo Civico Crema. Dans ce catalogue, quelques textes consacrés à l’histoire de la collection et au collectionneur Paolo Stramezzi introduisent une présentation des œuvres exposées: un catalogue qui, dans cette première phase d’étude, fournit les coordonnées essentielles pour laisser à l’avenir toute étude scientifique approfondie. Dans la mesure du possible, en croisant les informations obtenues par la lecture des inscriptions et des étiquettes trouvées sur les œuvres elles-mêmes avec les informations déduites des listes de collection établies par Paolo Stramezzi lui-même (Fondo Paolo Stramezzi), on a essayé d’approfondir l’histoire de la collection des peintures, en complétant les informations avec des données sur la provenance et les expositions antérieures des œuvres.

L’exposition est ouverte le mardi de 14h30 à 17h30, du mercredi au vendredi de 10h à 12h et de 14h30 à 17h30, les samedis, dimanches et jours fériés de 10h à 12h et de 15h30 à 18h30. Pour plus d’informations, consultez le site www.culturacrema.it.

Image: William Turner (attribué), Vue de Florence (vers 1828 ; huile sur toile, 60,5 x 91 cm)

De Foppa à Fattori, la collection Stramezzi s'expose à Crema
De Foppa à Fattori, la collection Stramezzi s'expose à Crema


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.