La plus grande exposition jamais consacrée à Dante Alighieri s'ouvre à Forlì


Du 30 avril au 11 juillet 2021, les Musei San Domenico de Forlì accueilleront "Dante. La vision de l'art", la plus grande exposition jamais consacrée à Dante.

Du 30 avril au 11 juillet 2021, les musées San Domenico de Forlì accueilleront une grande exposition sur Dante Alighieri (Florence, 1265 - Ravenne, 1321) à l’occasion du sept centième anniversaire de sa mort : il s’agit de Dante. La vision de l’art, qui est proposée au public avec un riche parcours d’exposition couvrant une période allant du XIIIe au XXe siècle, dans le but de présenter les multiples traductions figuratives du pouvoir visionnaire de Dante. Les musées San Domenico se transforment ainsi en une sorte de galerie de Dante, avec des chefs-d’œuvre d’artistes tels que Cimabue, Giotto, Beato Angelico, Michel-Ange, Tintoret, Canova, Andrea del Castagno, jusqu’aux préraphaélites, aux Macchiaioli et au XXe siècle avec Galileo Chini, Plinio Nomellini, Felice Casorati, Lucio Fontana et Pablo Picasso. L’exposition présente des peintures, des sculptures, des dessins, des illustrations et des manuscrits. L’exposition est organisée par la Fondazione Cassa dei Risparmi di Forlì et les Galeries des Offices, dans le cadre des célébrations d’Alighieri promues par le Ministère de la Culture: l’exposition a pour but de retracer la figure du père de la Divine Comédie dans la ronde, à l’occasion du septième centenaire de sa mort.

Le projet est né de la collaboration entre Eike Schmidt, directeur des Galeries des Offices, et Gianfranco Brunelli, directeur des grandes expositions de la Fondazione Cassa dei Risparmi di Forlì. L’exposition est organisée par Antonio Paolucci et Fernando Mazzocca, assistés d’un comité scientifique prestigieux. Le choix de Forlì comme lieu d’exposition est lié au fait que Forlì est une ville dantesque. En effet, Dante a trouvé refuge à Forlì, après avoir quitté Arezzo, à l’automne 1302, auprès de la famille Ordelaffi, les seigneurs gibelins de la ville, et il est revenu à Forlì, de temps en temps, même plus tard.

Environ 300 œuvres sont exposées, réparties en 18 sections qui analysent et reconstruisent, pour la première fois, le rapport intime entre Dante et l’art, en présentant les artistes qui ont rendu en images la puissance visionnaire de Dante, de ses œuvres et en particulier de la Divine Comédie, ou qui ont traité des thèmes similaires à ceux de Dante, ou qui ont tiré de lui des épisodes ou des personnages isolés, en les détachant de l’ensemble de l’histoire et en les faisant vivre en eux-mêmes. Une cinquantaine de peintures, sculptures et dessins sont prêtés par les Galeries des Offices, coorganisateurs de l’exposition. Il s’agit notamment de la fresque de Dante d’Andrea del Castagno, récemment restaurée par l’Opificio delle Pietre dure, des illustrations de la Divine Comédie de Federico Zuccari et de la Francesca da Rimini dans l’Enfer de Dante du peintre romantique Nicola Monti, achetée par le musée florentin l’année dernière, à l’occasion du premier Danteedi (25 mars). Les autres prêts proviennent de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg, de la Walker Art Gallery de Liverpool, de la National Gallery de Sofia, des Staatliche Kunstsammlungen de Dresde, du Museum of Art de Tolède, des Musées des Beaux-Arts de Nancy, Tours, Angers, de la Galleria Nazionale d’Art Moderne et Contemporain de Rome, de l’Institut de l’Art Contemporain de Paris, de l’Institut de l’Art Contemporain de Paris et de l’Institut de l’Art Contemporain de Paris.Art moderne et contemporain de Rome, la Galerie Borghèse, les Musées du Vatican et la Bibliothèque du Vatican, la Biblioteca Medicea Laurenziana, le Musée de Capodimonte, le Musée d’Orsay, les Musées du Capitole et le Musée archéologique de Naples. Au total, trente institutions italiennes, musées et bibliothèques confondus, ont prêté leurs œuvres.

L’exposition commence par retracer la première fortune critique du Poète. Cette partie est racontée à travers les manuscrits et les premières éditions imprimées de la Commedia et quelques importants codex enluminés des XIVe et XVe siècles. Des sections spéciales sont consacrées à la renommée de Dante à la Renaissance, à la redécouverte néoclassique et préromantique de son génie, et aux interprétations romantiques et du XXe siècle de son œuvre et de son héritage. Un chapitre spécial est consacré à la relation entre Dante et l’Antiquité et entre Dante et son époque: des bustes des références classiques de Dante, de Cicéron à Sénèque en passant par Homère, Platon et Aristote, au récit de la politique à l’époque de Dante avec la confrontation entre les Communes, l’Église et l’Empire. Cette partie se termine par une référence à la poétique de la Vita Nova et à la figure de Béatrice, que le poète élève au rang d’emblème du renouveau de l’art et de ses propres passions positives. L’exposition présente des œuvres de Henry James Holiday et de Dante Gabriel Rossetti.

Parmi les protagonistes de l’exposition figurent également les différentes représentations que certains des plus grands artistes ont offertes tout au long de l’histoire de la narration de l’Enfer, du Purgatoire et du Paradis de Dante. C’est le XIXe siècle, avec la romantisation de la Commedia, qui a offert une nouvelle lecture du poème, en particulier de l’Inferno, considéré comme un extraordinaire répertoire de thèmes sublimes, où émergent des personnages tels que Paolo et Francesca et le comte Ugolino, Farinata et Pia de’ Tolomei. Des œuvres d’Ary Scheffer, Frédéric-Auguste Bartholdi, Mosè Bianchi, Victor Prouvé, Gaetano Previati, Pierino da Vinci, Nicola Monti, Vitale Sala, Domenico Morelli, Fedi Cassioli, Albert Maignan, Camille Boiry, Gioacchino Assereto, Vincenzo Gemito, Henry de Groux, Franz von Stuck et Carlo Fontana y figurent. L’exposition se termine par des chefs-d’œuvre dont la composition s’inspire du XXXIIIe chant du Paradis, comme la Vision du Paradis du Tintoret, la Prière de saint Bernard de Luca Signorelli, la Vierge à l’Enfant de Matteo di Giovanni, la Vierge Consolatrice de William-Adolphe Bouguereau et la Trinité de Lorenzo Lotto.

“Avec l’exposition sur Dante ”, déclare le président de la Fondazione Cassa dei Risparmi di Forlì, Roberto Pinza, “ la Fondazione Cassa dei Risparmi di Forlì confirme sa vocation à valoriser l’histoire culturelle du territoire et ses trésors dans un cadre historico-artistique (et cette année également littéraire) de caractère national et international. Forlì est en effet une ville dantesque à part entière et, en cette année de célébrations du poète de la Comédie, elle ne pouvait manquer de proposer une exploration critique d’une importance et d’une originalité absolues, en partant de la figure historique d’Alighieri et de ses relations politico-diplomatiques et artistiques avec le territoire pour étudier sa fortune dans les siècles plus récents, de la coïncidence entre les premiers siècles de la Commedia della Commedia jusqu’à nos jours. Les expositions de la Fondation ont toujours eu pour but de mettre en évidence les relations politiques, diplomatiques et artistiques avec le territoire, afin d’étudier sa fortune dans les siècles les plus récents, depuis la coïncidence des premiers siècles de la Commedia della Commedia jusqu’à nos jours, où la réouverture des Musées veut signifier un redémarrage plus général de la vie de tous, non seulement en tant qu’individus mais aussi et surtout en tant que communauté. Les expositions de la Fondation ont toujours été un pont entre le particulier et le général, entre le local et le global, aussi bien en termes de culture que de tourisme et de développement territorial. Jamais autant que cette année, en célébrant l’un des pères de la nation, nous n’avons ressenti et reçu la confirmation que la culture représente une forme indispensable de développement social et qu’autour d’elle il est possible de se rassembler et de reconstruire les relations sociales, même dans les moments les plus complexes”.

“Le fait que l’exposition la plus importante au niveau national sur la figure et l’œuvre de Dante ait lieu à Forlì, l’année du sept centième anniversaire de sa mort”, a déclaré le maire de Forlì, Gian Luca Zattini, “est un événement extraordinaire pour notre ville. Nous nous trouvons devant une exposition d’une ampleur indescriptible qui exprime pleinement, par sa puissance figurative, le chemin de croissance culturelle parcouru par notre communauté en seize ans d’expositions majeures aux Musées San Domenico. Après une année aussi difficile, marquée de manière indélébile par les blessures de Covid, il est bon de se remettre sur les rails en se concentrant sur la culture et sur des événements d’une qualité absolue comme celui-ci, avec plus de trois cents chefs-d’œuvre. Dans ce sens, l’administration municipale, grâce à la précieuse et constante contribution de la Fondazione Cassa dei Risparmi di Forlì, se mobilise avec un engagement renouvelé pour parvenir à une pleine valorisation du patrimoine artistique et monumental de notre ville, à travers la célébration de ses excellences tout au long de l’année”.

"En cette année 2021, pour le sept centième anniversaire de la mort de Dante, souligne le directeur des Offices, Eike Schmidt, l’Italie commémorera solennellement le poète suprême pour la quatrième fois, en grande pompe et à l’échelle nationale. Les Offices, qui s’étaient limités jusqu’à présent à prêter quelques peintures ou dessins à des expositions organisées par d’autres institutions et tenues principalement dans des bibliothèques, s’engagent pour la première fois activement dans la diffusion, la promotion, la recherche et la connaissance d’Alighieri et de sa fortune figurative, avec comme point d’orgue la collaboration avec la Fondazione Cassa dei Risparmi di Forlì. En unissant nos forces, nous sommes en mesure d’offrir, dans le complexe de San Domenico, une occasion unique d’admirer et d’étudier les traces de la Commedia et de la Vita Nova dans la culture italienne et européenne. Ce n’est pas un hasard si nous avons choisi Forlì, l’une des étapes de l’exil de Dante, située de surcroît sur la route entre Florence et Ravenne : un lieu neutre pour ne pas raviver la rivalité séculaire entre la ville de sa naissance et celle de sa mort, mais plus encore pour souligner l’importance de l’Italie dans son ensemble, à laquelle Dante appartient universellement. L’exposition de Forlì se veut encyclopédique, en abordant les nombreux thèmes liés à la figure du Poète, et retrace la fortune visuelle de la Comédie à travers les siècles, en témoignant d’une richesse matérielle sans précédent et retentissante et d’œuvres de la plus haute importance".

“Célébrer Dante en 2021”, rappelle Gianfranco Brunelli, directeur des grandes expositions de la Fondazione Cassa dei Risparmi di Forlì, “signifie revenir aux raisons fondatrices de l’Italie et de sa civilisation, orientées dans une perspective européenne, dans un moment suspendu et décisif comme celui-ci. Je crois pouvoir dire que s’il existe une exposition vraiment complète et vraiment nationale, l’année du centenaire de Dante, c’est bien celle de Forlì. Ce n’est pas seulement la Comédie qui est retracée le long des réflexions que l’art en a tirées, mais tout Dante. Un voyage d’art et un voyage dans l’art qui nous permet de revoir Dante, son époque et la nôtre”.

L’exposition est accompagnée d’un volume édité par Gianfranco Brunelli, Fernando Mazzocca, Antonio Paolucci, Eike D. Schmidt, publié par Silvana Editoriale (528 pages - 450 illustrations), avec des essais de Marco Antonio Bazzocchi, Alessandro Betori, Jan Blanc, Lina Bolzoni, Gianfranco Brunelli, Alberto Casadei, David Ekserdjian, Mario Finazzi, Francesco Leone, Fernando Mazzocca, Alessia Mistretta, Francesco Parisi, Paolo Procaccioli, Paola Refice, Lorenzo Riccardi, Ulisse Tramonti. Les musées San Domenico confirment également leur collaboration avec Mediafriends, l’association à but non lucratif regroupant Mediaset, Mondadori et Medusa au nom de la solidarité. Une collaboration consolidée qui a permis, au fil du temps, de financer dix projets sur le territoire national, sans oublier les réalités complexes des régions du tiers monde, grâce à la vente de billets pour l’exposition. En outre, des actions de formation seront soutenues pour promouvoir le volontariat des jeunes, des formes de citoyenneté active et de solidarité civile.

Photo : Alessandro D’Este, Buste de Dante (1813 ; Rome, Musei Capitolini, Protomoteca Capitolina)

La plus grande exposition jamais consacrée à Dante Alighieri s'ouvre à Forlì
La plus grande exposition jamais consacrée à Dante Alighieri s'ouvre à Forlì


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.