La quête de la beauté" : la collection Cavallini Sgarbi exposée à Ascoli


Jusqu'au 30 septembre, le Palazzo dei Capitani d'Ascoli Piceno accueille une sélection de la collection Cavallini Sgarbi : l'exposition s'intitule "La quête de la beauté".

“Une collection d’art privée est le fondement d’un système symbolique, la création d’un gymnase pour l’âme, un lieu où se matérialisent des choix intimes, médités et parfois subis. On oublie souvent que sa vocation la plus haute est d’accueillir le public, de s’offrir au regard, de raconter sa propre histoire” : c’est ce que dit la présentation de l’exposition qui, jusqu’au 30 septembre, présente au Palazzo dei Capitani d’Ascoli Piceno une sélection de la collection Cavallini Sgarbi, la collection de l’historien de l’art Vittorio Sgarbi et de sa mère Rina Cavallini.

Intitulée La ricerca della bellezza (La recherche de la beauté), l’exposition propose un parcours de quatre siècles qui, à partir de la seconde moitié du XVe siècle, réunira les principales œuvres de la célèbre collection. La ricerca della bellezza est un projet rendu possible grâce au soutien de la Fondazione Carisap et bénéficie également de la contribution de la Région des Marches et de la municipalité d’Ascoli Piceno, ainsi que de la Chambre de commerce des Marches et de Bim Tronto. L’exposition, réalisée en collaboration avec la Fondazione Cavallini Sgarbi, la Fondazione Elisabetta Sgarbi et l’Associazione Culturalmente Insieme, est produite par Contemplazioni, qui en est également le directeur artistique.

À l’intérieur de l’exposition, vous respirerez l’atmosphère intime d’une collection privée, fruit de la passion de Vittorio Sgarbi, qui l’a chassée pendant 40 ans, en collaboration avec sa mère Rina Cavallini, qui a acquis les œuvres lors de nombreuses ventes aux enchères aux quatre coins du monde. Son “témoin”, dont le critique se souvient en ces termes : “Il est devenu un prolongement de ma pensée et de ma vie. Je lui indiquais le nom d’un artiste, le lieu, la maison de vente. Et elle, ponctuellement, visait et frappait”.

Ainsi, une anthologie arrive au Palais des Capitaines pour illustrer l’identité d’une collection vaste et ouverte : dans l’exposition, le public pourra voir les terres cuites de Matteo Civitali et d’Agostino de Fundulis, ainsi qu’une collection de peintures, principalement sur bois, exécutées entre la fin du XVe siècle et le début du XVIe siècle : Les peintres nés ou actifs à Ferrare (Boccaccio Boccaccino, Francesco Zaganelli, Giovanni Battista Benvenuti dit l’Ortolano, Nicolò Pisano, Benvenuto Tisi dit le Garofalo) côtoient des auteurs rares comme Liberale da Verona, Jacopo da Valenza, Antonio da Crevalcore, Giovanni Agostino da Lodi, Johannes Hispanus, Bartolomeo di David, Lambert Sustris. L’accent mis sur l’“école de Ferrare” se poursuit au début du XVIIe siècle avec des peintures de Sebastiano Filippi dit Bastianino, Ippolito Scarsella dit Scarsellino, Giuseppe Caletti et Carlo Bononi. Parallèlement, on peut admirer des chefs-d’œuvre reconnus de la peinture italienne du XVIIe siècle, dont au moins la Madeleine escortée par des anges de Pier Francesco Mazzucchelli dit Morazzone, l’Allégorie du temps (La vita umana) de Guido Cagnacci, Saint Jérôme de Jusepe Ribera, et le Portrait de Francesco Righetti de Giovanni Francesco Barbieri dit Guercino. Ce dernier tableau, qui est “rentré à la maison” en 2004 après avoir été exposé pendant des années au Kimbell Art Museum de Fort Worth, au Texas, se trouve au sommet d’une extraordinaire galerie de portraits qui résume l’évolution du genre depuis le début du XVIe siècle jusqu’à la fin du XXe siècle.L’exposition présente des portraits du début du XVIe siècle à la fin du XIXe siècle, entre peinture et sculpture, de Lorenzo Lotto à Francesco Hayez, avec des spécialistes tels que Bartolomeo Passerotti, Nicolas Régnier, Philippe de Champaigne, Giovan Battista Gaulli dit Baciccio et Enrico Merengo. Le voyage à travers les peintures “da stanza” de thèmes sacrés, allégoriques et mythologiques des XVIIe et XVIIIe siècles est tout aussi captivant : une sélection d’une étonnante variété et d’une grande qualité, reflétant les intérêts illimités et la frénésie de recherche du collectionneur, avec des maîtres de l’école vénitienne (Marcantonio Bassetti, Antonio et Bartolomeo Vivarini, Johann Carl Loth, Sebastiano Mazzoni, Giovanni Antonio Fumiani), de l’école émilienne (Simone Cantarini, Matteo Loves, Pietro Faccini, Marcantonio Franceschini, Ignaz Stern dit Ignazio Stella), de l’école romaine (Giuseppe Cesari dit Cavalier d’ Arpino, Gian Domenico dit Cavalier d’ Arpino), de l’école de l’Italie, de l’Italie et de l’Italie.Arpino, Gian Domenico Cerrini, Angelo Caroselli, Pseudo Caroselli, Giusto Fiammingo, Alessandro Turchi dit l’Orbetto, Antonio Cavallucci), de Toscane (Giacinto Gimignani, Livio Mehus, Francesco Conti, Leonardo Grazia dit Leonardo da Pistoia, Alessandro Rosi, Pietro Paolini) et des Marches (Nicola Filotesio dit Cola dell’Amatrice, Giovanni Francesco Guerrieri). L’itinéraire se termine, avec un saut temporel jusqu’à notre siècle, par un peintre du XXe siècle qui, à bien des égards, dialogue avec les anciens : Giorgio Morandi, dont l’œuvre embrasse le monde, même s’il a vécu une existence dans une sorte de réclusion domestique.

Ma mère, avec l’aide de mon frère d’abord, et de moi-même ensuite“, raconte Elisabetta Sgarbi, ”a fait de la maison de Ro Ferrarese - un village isolé sous les rives du Pô - le centre d’un monde complexe et varié, l’agitation d’une théorie de personnalités qui a marqué la culture italienne et au-delà des années 70 jusqu’à aujourd’hui“. Et ces quarante années de collection vorace, représentées dans les quatre-vingts œuvres exposées, sont l’âme de notre maison de Ro, une âme qui dépasse les murs physiques de la maison pour retourner à sa vraie maison, qui est le monde”.

“Nous sommes heureux de collaborer avec la Fondazione Cavallini Sgarbi et de pouvoir offrir une exposition extraordinaire, un événement unique à notre communauté que la Fondazione Carisap estime, encourage et soutient toujours dans son travail ”, a déclaré Angelo Davide Galeati, président de la Fondazione Carisap. “Notre souhait est que l’exposition soit aussi, pour notre territoire, un symbole de redémarrage et de confiance renouvelée dans la réalité”.

“Vittorio Sgarbi est un témoignage des beautés d’Ascoli qu’il exalte toujours dès que l’occasion se présente, en soutenant les initiatives culturelles de la ville et du territoire dans des lieux institutionnels”, souligne le maire d’Ascoli, Marco Fioravanti. “C’est dans ce cadre que s’inscrit le choix d’élire la ville aux cent tours comme siège d’une longue exposition d’œuvres appartenant à la Fondation Cavallini Sgarbi, qui réunit au nom de l’historien de l’art et de sa mère Rina Cavallini les fruits de leur recherche passionnée sur le marché international des antiquités. Grâce à leur complicité, en effet, ils ont créé une collection extraordinaire, ramenant souvent dans notre pays ce qui avait disparu”.

Prix des billets : plein tarif 10 €, tarif réduit 8 € (moins de 18 ans, plus de 65 ans, étudiants), tarif réduit pour les écoles 5 €.

La billetterie est située au Palazzo dei Capitani del Popolo, sur la Piazza del Popolo.

Pour toute information, vous pouvez appeler le +39 380 3784163 ou envoyer un courriel à biglietteria@contemplazioni.it.

La quête de la beauté
La quête de la beauté" : la collection Cavallini Sgarbi exposée à Ascoli


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.



Finestre sull'Arte