Milan, à la Gallerie d'Italia, une grande exposition sur la peinture italienne des années 80


À Milan, à la Gallerie d'Italia, Piazza Scala, du 2 juin au 3 octobre 2021, "Painting is back. Anni Ottanta, la pittura in Italia", une grande exposition-enquête sur la peinture italienne des années 1980.

Du 2 juin au 3 octobre 2021, la Gallerie d’Italia, située sur la Piazza Scala à Milan, présentera une grande exposition sur la peinture italienne des années 1980, intitulée Painting is back. Anni Ottanta, la pittura in Italia, organisée par Luca Massimo Barbero. À partir d’un titre apparemment paradoxal, Painting is back, puisque la peinture en Italie n’a jamais vraiment été démodée, plus de quarante ans après les années 1980, l’exposition propose un aperçu des protagonistes de cette décennie, qui ont compris de manière provocante la peinture comme une capacité heureuse et rapace de peindre le monde des images avec une nouvelle vitalité et qui ont immédiatement acquis une visibilité internationale et une célébrité presque débordante. L’exposition est dédiée au public des nouvelles générations et procède par touches, certes non exhaustives mais révélatrices, de la transversalité vécue par les artistes dans ces années-là.

L’histoire s’inspire d’un commentaire du “New York Times” sur l’exposition berlinoise historique Zeitgeist, publié en décembre 1982 : Le journal américain note que “les Italiens [...] apparaissent partout” (“Gli Italiani [...] sono dappertutto”), un commentaire qui témoigne de l ’énergie internationale partagée par les artistes italiens dans ces années-là, ainsi que de leur force perturbatrice à l’égard d’un système qui commençait à se définir comme global. Il s’agit non seulement des noms les plus récurrents dans la mémoire, liés à la renommée de la Trans-avant-garde lancée, presque à la manière d’un manifeste d’avant-garde, par Achille Bonito Oliva dans les pages de “Flash Art”(La Trans-avanguardia italiana, 1979), mais aussi d’artistes qui ont évolué dans la continuité de la génération précédente, tels que Mario Bocquet (La Trans-avanguardia italiana, 1979), qui ont été les premiers à s’intéresser à l’art italien. avec la génération précédente, comme Mario Schifano, présent avec de grandes toiles inédites et singulières, aux couleurs presque aussi désespérées que pyrotechniques, ou Salvo avec ses paysages de ruines qui n’ont jamais été aussi vitaux et palpitants, ou Franco Angeli, dont on se souvient avec un Notturno romano (1985-1988) de près de deux mètres en hommage à sa ville, ou encore la vitalité des échos anthropologiques et multiethniques d’Aldo Mondino.

L’exposition commence par des œuvres de 1977 et 1980, aussi surprenantes que germinales, de Gino De Dominicis, Luigi Ontani et Mimmo Paladino, qui témoignent d’une liberté créative enracinée dans la tradition visuelle italienne et qui, sans complexe, l’interprète également à travers le dessin et la photographie jusqu’à la re-présentation d’une installation vidéo monumentale de 1984, Il nuotatore (va troppo spesso ad Heidelberg), du Studio Azzurro. Les années 80 ne sont plus comprises comme une orthodoxie de mouvements mais comme la reconstruction d’un dialogue ouvert entre les protagonistes de l’époque, où l’on retrouve des auteurs comme Mario Merz, maître de la redécouverte des grands mythes de l’humanité, ou Carol Rama avec une peinture visionnaire et sensible liée à sa propre subjectivité.

Des œuvres fondamentales de Sandro Chia, comme le Peintre de 1978 et, dans le développement de l’exposition, en contrepoint, des peintures de Mimmo Germanà et d’Ernesto Tatafiore seront comparées. Francesco Clemente présente des œuvres historiques comme l’Untitled de 1980 de la collection Intesa Sanpaolo ; tandis qu’au cours de ces années, Nicola De Maria aborde la peinture murale et les grands thèmes poétiques qui accompagnent les compositions irrévérencieuses et ludiques d’Aldo Spoldi et le parcours articulé d’Enzo Cucchi, qui ouvre idéalement l’exposition avec Le stimmate (1980). Des personnalités différentes, qui dialoguent depuis ces années-là côte à côte dans les grandes expositions internationales ; de la Biennale de Venise à la Documenta de Kassel ou dans les expositions qui ont marqué l’histoire de l’art depuis les années 70, comme Europa79 à Stuttgart (1979), A New Spirit in Painting à la Royal Academy de Londres (1981) et Zeitgeist à Berlin (1982), déjà citée. Il convient de rappeler ici que les années 80 ont vu la naissance d’un nouveau “système artistique” qui a réuni les grandes galeries de New York, Cologne et Zurich avec les galeries des villes italiennes comme Modène, Naples, Milan ou Turin dans un tissu italien particulièrement vivant et actif, y compris dans ses provinces. Avec des contrepoids de nature transversale, de ce milieu lié à la grande expérimentation et à l’“autre” culture milanaise, l’exposition rend également compte du retour en Italie des protagonistes de ces années-là comme Mimmo Rotella ou Valerio Adami ou de cette figure de grand intellectuel, traducteur, critique que fut Emilio Tadini.

L’exposition consacre à Enrico Baj une salle entière construite autour de quatre tableaux rares de la collection Intesa Sanpaolo, réalisés entre les années 1950 et 1960, qui accompagnent le visiteur dans la maturation du langage pictural et du mécanisme créatif de l’artiste, pour le conduire ensuite au spectaculaire Il mondo delle idee (Le monde des idées) : une toile de 19 mètres de long, peinte à la bombe, presque un graffito contemporain exécuté en 1983 et aujourd’hui étonnamment d’actualité.

Giovanni Bazoli, président émérite d’Intesa Sanpaolo, déclare : "Nous sommes ravis d’ouvrir au public de la Gallerie d’Italia l’exposition Painting is back, une revue fascinante qui présente la peinture des années 1980 en Italie, en juxtaposant des chefs-d’œuvre appartenant à Intesa Sanpaolo à des œuvres importantes provenant d’autres collections prestigieuses. À de nombreuses reprises, notre banque a fermement réaffirmé sa conviction que le patrimoine culturel et artistique peut être un levier précieux pour relancer la renaissance du pays. La nouvelle exposition, dans les temps difficiles que nous vivons encore, est dédiée précisément à une saison de l’art italien qui envoie un signal de confiance dans l’avenir. Intesa Sanpaolo, consciente de l’importance de la mission civique confiée aux institutions muséales, a intensifié son engagement pour renforcer le rôle des Gallerie d’Italia en tant que lieux destinés à favoriser la croissance sociale et culturelle de nos communautés".

Parallèlement à l’exposition, un numéro spécial de la revue “Flash Art” sera publié et distribué. Dans un nouveau format, il rassemblera des articles, des interviews et des documents relatifs aux artistes de l’exposition et restituera la richesse critique de ces années 80 où la revue était l’un des instruments fondamentaux de la culture artistique italienne internationale. Le volume qui accompagne l’exposition entend rassembler le tempérament culturel de ces années : un outil de lecture destiné une fois de plus aux nouvelles générations, un voyage visuel avant même le voyage critique où les images des œuvres exposées, des comparaisons iconographiques parlantes et des documents historiques précèdent l’essai du commissaire Luca Massimo Barbero, avec des interventions de Cristina Beltrami, Michele Bonuomo, Maria Luisa Frisa, Chiara Mari, Luca Scarlini et Studio Azzurro pour un aperçu de la vitalité non seulement des arts visuels, mais aussi de la culture italienne.non seulement des arts visuels, mais aussi des nouveaux médias, du monde de la mode, de la créativité et du théâtre (Gallerie d’Italia | Skira editions).

Sur la photo : une salle de l’exposition

Milan, à la Gallerie d'Italia, une grande exposition sur la peinture italienne des années 80
Milan, à la Gallerie d'Italia, une grande exposition sur la peinture italienne des années 80


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.