Trieste, au musée Revoltella, une exposition sur les Macchiaioli avec plus de 80 œuvres


Du 19 novembre 2022 au 10 avril 2023, le Museo Civico Revoltella de Trieste accueillera "I Macchiaioli. L'aventure de l'art moderne", consacrée au groupe de peintres qui a révolutionné l'art italien.

Du 19 novembre 2022 au 10 avril 2023, le Museo Civico Revoltella de Trieste accueillera l’exposition I Macchiaioli. L’aventure de l’art moderne, une exposition consacrée au groupe Macchiaioli, le plus important groupe d’artistes italiens du XIXe siècle. Des esprits indépendants et rebelles qui ont abandonné les scènes historiques et mythologiques du néoclassicisme et du romantisme pour s’ouvrir à une peinture réaliste et immédiate, peignant la vie quotidienne en “taches” denses et colorées, avec des coups de pinceau courts qui rendent les sujets avec immédiateté et beaucoup plus de vérité, dans une tentative de reproduire la réalité telle qu’elle apparaît au premier coup d’œil. Actifs entre les années 1850 et 1860, les Macchiaioli se réunissent au Café Michelangelo de Florence pour discuter et débattre de la peinture “moderne” et exposent leurs œuvres en public pour la première fois à l’Exposition nationale de 1861, recevant des critiques méprisantes (“Macchiaioli” est le terme péjoratif dont ils sont affublés en 1862 par le journal conservateur et catholique “Nuova Europa”). Comme tous les artistes qui marquent un changement, ils ne sont pas immédiatement compris, mais dans la seconde moitié du XXe siècle, ils sont réévalués et sont désormais considérés comme les précurseurs de l’impressionnisme, qui naît plus de quinze ans plus tard et occupe une place de plus en plus importante dans l’histoire de l’art européen.

Les principaux protagonistes du mouvement sont Telemaco Signorini, Giovanni Fattori, Silvestro Lega, Giuseppe Abbati, Cristiano Banti, Odoardo Borrani, Vincenzo Cabianca, Vito d’Ancona, Giovanni Boldini ainsi que la génération d’artistes qui suit immédiatement et qui, avec les pères fondateurs du mouvement, a donné naissance au courant du Naturalisme toscan. À travers un corpus de plus de 80 œuvres, représentant les années des Macchiaioli et les années suivantes du Naturalisme, l’exposition I Macchiaioli. L’aventure de l’art moderne, retrace toute l’expérience artistique des Macchiaioli, de 1855 à l’aube du nouveau siècle. Produite par Arthemisia et organisée par Tiziano Panconi, en collaboration avec les Museoarchives Giovanni Boldini Macchiaioli de Pistoia, chargés de l’archivage des œuvres de ces artistes, l’exposition est une occasion importante de redécouvrir les chefs-d’œuvre de l’art italien du XIXe siècle, parmi lesquels des peintures célèbres et des œuvres moins connues, provenant des plus prestigieuses collections privées italiennes et européennes.

Des tableaux aux contenus novateurs pour l’époque, qui mettent l’accent sur le pouvoir expressif de la lumière et représentent le fer de lance des riches collections des grands mécènes de l’époque, des personnalités extraordinairement intéressantes unies par leur passion pour la peinture, des entrepreneurs et des hommes d’affaires amoureux de la beauté, sans lesquels nous ne pourrions pas redécouvrir ces chefs-d’œuvre aujourd’hui.

Formé à Florence à partir de 1855-1856, le groupe des Macchiaioli naît en réaction à l’inertie conceptuelle et formelle des académies et reflète l’effervescence idéologique du Risorgimento. Le mouvement Macchiaioli affirme la théorie de la “tache”, selon laquelle la vision des formes solides est déterminée par la projection de la lumière sur celles-ci, qui crée des zones d’ombre et des zones de lumière, construisant ainsi visuellement des volumétries. Les taches de couleur, distinctes, juxtaposées ou superposées à d’autres taches de couleur, sont les éléments constitutifs de petits tableaux d’une extrême synthèse, dans lesquels les formes et les profils sont ponctuellement tracés, mais dépouillés de tout détail descriptif qui n’est pas considéré comme essentiel aux fonctions strictement expressives.

Vincenzo Cabianca, Acquaiole della Spezia (1864 ; huile sur toile, 60 x 127 cm ; collection privée) Courtesy of Butterfly Institute Fine Art, LuganoVincenzo Cabianca, Acquaiole della Spezia (1864 ; huile sur toile, 60 x 127 cm ; collection privée) Courtesy of Butterfly Institute Fine Art, Lugano
Giovanni Fattori, La rencontre (1906 ; huile sur toile, 74 x 106 cm ; Lugano, Institut Butterfly Fine Art)
Giovanni Fattori, La rencontre (1906 ; huile sur toile, 74 x 106 cm ; Lugano, Butterfly Institute Fine Art)
Odoardo Borrani, Antica porta a Pinti (vers 1880 ; huile sur toile, 100 x 70 cm ; collection privée)
Odoardo Borrani, Antica porta a Pinti (vers 1880 ; huile sur toile, 100 x 70 cm ; collection privée)
Silvestro Lega, Il primo dolore (vers 1863 ; huile sur toile, 50 x 39,5 cm ; Gênes, Palazzo Doria Spinola)
Silvestro Lega, Il primo dolore (vers 1863 ; huile sur toile, 50 x 39,5 cm ; Gênes, Palazzo Doria Spinola)
Telemaco Signorini, L'Ardenza (Albereta in Antignano) (1859-1861 ; huile sur toile, 40,5 x 64 cm ; collection privée)
Telemaco Signorini, L’Ardenza (Albereta in Antignano) (1859-1861 ; huile sur toile, 40,5 x 64 cm ; collection privée)
Telemaco Signorini, Dans l'escalier de Piancastagnaio (1892-94 ; huile sur carton, 35 x 44 cm ; Pistoia, Museoarchives Giovanni Boldini Macchiaioli)
Telemaco Signorini, Dans l’escalier de Piancastagnaio (1892-94 ; huile sur carton, 35 x 44 cm ; Pistoia, Museoarchives Giovanni Boldini Macchiaioli)
Giovanni Fattori, Sur la patrouille (1880-90 ; aquarelle sur papier, 30 x 23 cm Pistoia, Museoarchives Giovanni Boldini Macchiaioli)
Giovanni Fattori, En patrouille (1880-90 ; aquarelle sur papier, 30 x 23 cm ; Pistoia, Museoarchives Giovanni Boldini Macchiaioli)
Silvestro Lega, Ponte sull'Africo a Piagentina (1865-66 ; huile sur carton sur toile, 20 x 27,50 cm ; Pistoia, Museoarchives Giovanni Boldini Macchiaioli)
Silvestro Lega, Ponte sull’Africo a Piagentina (1865-66 ; huile sur carton sur toile, 20 x 27,50 cm ; Pistoia, Museoarchives Giovanni Boldini Macchiaioli)
Arturo Faldi, Le vendangeur (1882-85 ; huile sur toile, 50 x 35 cm ; Pistoia, Museoarchives Giovanni Boldini Macchiaioli)
Arturo Faldi, Le vendangeur (1882-85 ; huile sur toile, 50 x 35 cm ; Pistoia, Museoarchives Giovanni Boldini Macchiaioli)

L’artiste, subvertissant les dictats académiques rigides auxquels toute la peinture de l’époque était soumise, se déclare libre de rendre avec une immédiateté réaliste ce que son œil perçoit dans le présent, tel qu’il est conceptualisé par les théoriciens et les critiques du groupe, Telemaco Signorini, Diego Martelli et Adriano Cecioni. Les peintres de l’avant-garde du XIXe siècle, qui se réunissaient d’abord dans les salles du Café Michelangelo à Florence, puis dans des lieux emblématiques comme Castiglioncello ou La Spezia, ont réformé le lexique expressif dominant entre le milieu des années 50 et 60, en inventant une synthèse formelle et lumineuse révolutionnaire, ce qui leur a valu le surnom (péjoratif) de “macchiaioli”. Au cours des décennies suivantes, une nouvelle transformation lente et profonde de ce langage s’est produite, modifiant les principes et les références culturelles autochtones qui avaient animé la réforme initiale: comme dans le reste de l’Europe, un courant naturaliste particulier a fleuri en Toscane, dont les métriques compositionnelles étaient basées sur des prérogatives philosophiques et stylistiques différentes, à travers lesquelles la veine narrative et descriptiviste a été récupérée.

La plupart des artistes actifs en Toscane entre 1875 et 1885 adhèrent à ces nouvelles recherches, ne s’exaspérant plus des violents contrastes lumineux ni des abréviations formelles néo XVe siècle de la première heure, se comparant aux nouveautés produites dans la sphère européenne par le réalisme et l’impressionnisme. Ils ont senti l’émotivité littéraire des romans expérimentaux de Zola et de Verga et le flottement de la nouvelle sensibilité naturaliste, formant une véritable école capable de marginaliser les effets insipides des tendances francophones. Ils ont façonné un style tout à fait original et immédiatement reconnaissable, basé sur la rigueur formelle du dessin et sur la reproduction exacte, à partir de la vie, des valeurs lumineuses du sujet, généralement sur un fond naturaliste ou social, relatif à la vie contemporaine, à la vie à la campagne ou à la vie bourgeoise.

Dans le processus d’évolution sociale qui accompagne la communauté du XIXe siècle, l’art, libéré des obligations du mécénat noble ou royal, se charge de représenter la réalité telle qu’elle apparaît aux yeux du spectateur. L’artiste, appelé par le bon sens du Risorgimento et l’amour patriotique à photographier la vie des classes pauvres, souvent engagées dans les durs travaux des champs ou dans les emplois les plus humbles des villes, se charge de représenter la réalité telle qu’elle se présente aux yeux du spectateur. Le langage pictural régional et national s’ouvre aux influences internationales, se renouvelle tout en restant conscient de ses racines, solidement ancrées dans la culture artistique de l’Antiquité et de la Renaissance. Dans la seconde moitié du siècle, l’artiste se tourne vers le futur, se confronte au passé et à la lenteur de la vie dans la civilisation rurale et provinciale. Ces sphères sociales deviennent le sujet de compositions aux fortes références sculpturales, caractéristiques de la procédure picturale des Macchiaioli qui se révèlent être “une revue organisée”, des interprètes ingénieux du passage: la technique totalement nouvelle et expérimentale de la “Macchia” (tache) les distingue. Un langage qui, malgré l’extrême synthèse formelle, ne réduit pas la ponctualité de la silhouette et du dessin.

“Pour ma part”, écrit Fattori, “à part savoir écrire un peu, j’étais parfaitement ignorant et je me suis, grâce à Dieu, préservé [...] seul l’art était sur moi sans le savoir, et je ne le sais pas encore”. Les Macchiaioli sont donc les interprètes identitaires du goût et des philosophies positivistes d’une époque, avec ses styles de vie différents et contrastés: l’un sobre et réfléchi, lié aux valeurs, même moralisatrices du Risorgimento, des petites provinces italiennes, et l’autre vivant dans la confiance inconditionnelle et l’espoir dans le progrès.

Au musée Revoltella, les visiteurs pourront admirer, entre autres, des œuvres telles que Bambino a Riomaggiore (1894-95) et Solferino (1859) de Telemaco Signorini, Mamma con bambino (1866-67) de Silvestro Lega, Fanteria italiana et Tramonto in Maremma (1900-05) de Giovanni Fattori et Bambino al sole (1869) de Giuseppe De Nittis à côté de Signore al pianoforte (1869) de Giovanni Boldini. À l’occasion de l’exposition, le musée Revoltella, la galerie d’art moderne de Trieste, qui célèbre cette année le 150e anniversaire de son ouverture avec la grande exposition La scultura nelle raccolte del Museo Revoltella. Da Canova al XXI Secolo (De Canova au XXIe siècle), un itinéraire qui met en valeur l’extraordinaire collection de sculptures du musée (plus de 200 pièces). L’exposition est accompagnée d’un catalogue publié par Skira. L’exposition présente des œuvres de Giuseppe Abbati, Cristiano Banti, Stefano Bruzzi, Giovanni Boldini, Luigi Bechi, Odoardo Borrani, Vincenzo Cabianca, Adriano Cecioni, Eugenio Cecconi, Nino Costa, Vito D’ Ancona, Giuseppe Dehon, Giuseppe Dehon et d’autres encore.Ancona, Giuseppe De Nittis, Arturo Faldi, Giovanni Fattori, Ruggero Focardi, Luigi Gioli, Silvestro Lega, Giuseppe Magni, Ugo Manaresi, Ruggero Panerai, Antonio Puccinel li, Raffaello Sernesi, Filadelfo Simi, Telemaco Signorini, Raffaello Sorbi, Ludovico Tommasi, Angiolo Tommasi.

L’exposition est ouverte tous les jours, sauf le mardi (jour de fermeture), de 9 heures à 19 heures (la billetterie ferme une heure avant). Ouvertures exceptionnelles: 8 décembre, 24 décembre (jusqu’à 14 heures), 26 décembre, 31 décembre (jusqu’à 14 heures), 6 janvier, 9 avril et 10 avril. Fermé le jour de Noël et le jour de l’An. Billets (audioguide compris): 16 euros plein tarif, 14 euros réduit (pour les plus de 65 ans, les enfants de 12 à 18 ans, la police, les handicapés, les journalistes, les détenteurs de la carte Arthemisia, les employés de la municipalité de Trieste, les employés et agents de Generali et les clients de Generali avec des cartes nominales Dem, les groupes de 7 à 20 personnes), réduit 7 euros pour les enfants de 6 à 11 ans, réduit 6 euros pour les groupes scolaires, réduit 8 euros pour Trenitalia (pour les clients avec des billets Frecce arrivant à Trieste jusqu’à deux jours avant l’exposition). Gratuit pour les enfants jusqu’à 6 ans, un accompagnateur par groupe d’adultes et deux accompagnateurs par groupe scolaire, les membres de l’ICOM, les accompagnateurs de personnes handicapées avec nécessité, les détenteurs de coupons d’invitation, les détenteurs de la Arthemisia Vip Card, les journalistes de service, les guides touristiques, les détenteurs de coupons “Trieste ti regala le Grandi Mostre”. Pour plus d’informations : https://www.triestecultura.it.

<

Luigi Gioli, Manœuvres militaires (1915-20 ; huile sur toile, 71 x 131,5 cm ; Pistoia, Museoarchives Giovanni Boldini Macchiaioli)
Luigi Gioli, Manovre militari (1915-20 ; huile sur toile, 71 x 131,5 cm ; Pistoia, Museoarchives Giovanni Boldini Macchiaioli)
Odoardo Borrani, Le pêcheur sur l'Arno à Casaccia (1871 ; huile sur toile, 96 x 68,5 cm ; Carpi, collection Palazzo Foresti)
Odoardo Borrani, Le pêcheur sur l’Arno à Casaccia (1871 ; huile sur toile, 96 x 68,5 cm ; Carpi, collection Palazzo Foresti)
Giovanni Fattori, Mandrie Maremmane (1893 ; huile sur toile, 200 x 300 cm ; Livourne, Museo civico Giovanni Fattori)
Giovanni Fattori, Mandrie Maremmane (1893 ; huile sur toile, 200 x 300 cm ; Livourne, Museo civico Giovanni Fattori)
Telemaco Signorini, Une rue de Ravenne (1876 ; huile sur toile, 47 x 75 cm ; Pistoia, Museoarchives Giovanni Boldini Macchiaioli)
Telemaco Signorini, Une rue de Ravenne (1876 ; huile sur toile, 47 x 75 cm ; Pistoia, Museoarchives Giovanni Boldini Macchiaioli)
Cristiano Banti, Paysannes toscanes (vers 1865 ; huile sur panneau, 18 x 11 cm ; collection privée)
Cristiano Banti, Paysannes toscanes (vers 1865 ; huile sur panneau, 18 x 11 cm ; collection privée)
Giovanni Fattori, Artillerie en marche (1880-1881 ; huile sur toile, 41 x 69,5 cm ; collection privée)
Giovanni Fattori, Artillerie en marche (1880-1881 ; huile sur toile, 41 x 69,5 cm ; collection privée)
Luigi Bechi, L'enfant au soleil (vers 1875 ; huile sur panneau, 35 x 45 cm ; collection privée) Courtesy of Butterfly Institute Fine Art, Art Gallery, Lugano
Luigi Bechi, Enfant au soleil (vers 1875 ; huile sur panneau, 35 x 45 cm ; collection privée) Courtesy of Butterfly Institute Fine Art, Art Gallery, Lugano
Giovanni Fattori, Bivacco (1873-74 ; huile sur panneau, 24 x 37 cm ; Trieste, Museo Revoltella-Galleria d'Arte Moderna)
Giovanni Fattori, Bivacco (1873-74 ; huile sur panneau, 24 x 37 cm ; Trieste, Museo Revoltella-Galleria d’Arte Moderna)
Giuseppe De Nittis, L'enfant au soleil (1869 ; huile sur panneau, 19 x 16 cm ; collection privée) Courtesy of Butterfly Institute Fine Art, Art Gallery, Lugano
Giuseppe De Nittis, Enfant au soleil (1869 ; huile sur panneau, 19 x 16 cm ; collection privée) Courtesy of Butterfly Institute Fine Art, Art Gallery, Lugano

Trieste, au musée Revoltella, une exposition sur les Macchiaioli avec plus de 80 œuvres
Trieste, au musée Revoltella, une exposition sur les Macchiaioli avec plus de 80 œuvres


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.