La Madonna del Parto de Piero della Francesca, l'une des plus belles images de la maternité


La Madonna del Parto, chef-d'œuvre de Piero della Francesca conservé à Monterchi dans la Valtiberina, est l'une des plus belles images de la maternité. Elle a longtemps fait l'objet d'une profonde vénération populaire qui, d'une certaine manière, perdure encore aujourd'hui. Son histoire dans cet article.

Une scène intense et profonde du film La prima notte di quiete (1972) de Valerio Zurlini met en scène Alain Delon, qui joue le rôle du professeur Daniele Domenici, et Sonia Petrova, qui joue le rôle de son élève Vanina Abati dans le film: les deux jeunes gens se retrouvent devant la Madonna del Parto de Piero della Francesca ( Borgo San Sepolcro, v. 1412 - 1492), dont Alain Delon fait une description dense et poétique, imaginant la Vierge du grand artiste de la Renaissance comme une “douce adolescente paysanne, hautaine comme la fille d’un roi”, distraite de ses activités quotidiennes, peut-être du troupeau qu’elle gardait, pour être appelée à servir de modèle à la mère de Dieu. Peut-être“, se demande l’acteur, ”sent-elle déjà obscurément que la vie mystérieuse qui grandit en elle jour après jour finira sur une croix romaine, comme celle d’un malfaiteur". Et la vision du chef-d’œuvre de Pierfrancesco inspire à son élève une réflexion sur ce qu’est la maternité :"Deux personnes qui s’aiment. Ici, peut-être. Parce qu’autrement, il ne reste qu’un corps qui se déforme. Il ne reste que l’inconfort. La douleur. La cruauté des gens qui commencent à s’en apercevoir. Sans qu’il n’y ait plus rien à faire. Ou presque.

L’œuvre de Piero della Francesca, conservée aujourd’hui au Museo Civico della Madonna del Parto à Monterchi, dans la Valtiberina, a fasciné des générations de chercheurs, d’écrivains et de réalisateurs. Il suffit de penser à la scène de Nostalgie d’Andrej Tarkovskij, qui a un point commun avec le film de Zurlini: aucune des deux scènes n’a été tournée devant l’œuvre réelle: dans La prima notte di quiete , il s’agit d’une reproduction installée pour l’occasion à l’intérieur de l’église paroissiale de San Pietro a Ponte Messa, près de Pennabilli, en Romagne, tandis que dans Nostalgia , l’œuvre est reproduite dans l’église de San Pietro en Toscane. Dans Nostalgie , la scène, également célèbre, dans laquelle la protagoniste Eugenia, interprétée par Domiziana Giordano, entre dans l’église et voit des femmes réciter une litanie pour la Vierge, et demande au sacristain pourquoi les femmes sont plus dévotes que les hommes, obtient comme réponse à la question pourquoi les femmes sont plus dévotes que les hommes, la phrase suivante: “Les femmes sont plus dévotes que les hommes”. Elle demande au sacristain pourquoi les femmes sont plus dévotes que les hommes et obtient comme réponse à la question de savoir pourquoi les femmes sont plus dévotes que les hommes, une remarque exprimant une vision essentiellement machiste de la question (“il faut une femme pour porter les enfants, pour les élever, avec patience et sacrifice”), à laquelle Eugenia répond d’une manière fièrement sarcastique (“Et n’est-elle bonne qu’à cela, pensez-vous ?”). Muriel Spark, Piero Calamandrei, Ingeborg Walter, Roberto Longhi et bien d’autres ont également parlé de la Madonna del Parto . Il est probable, en effet, que c’est Longhi lui-même qui a inspiré le petit monologue d’Alain Delon, sous l’écriture élégante de la monographie publiée en 1927 par Valori Plastici: “Solennelle comme une fille de roi sous ce pavillon couvert d’hermine, elle est pourtant rustique comme une jeune montagnarde qui se présente à la porte du tas de charbon de bois. D’une main retournée sur sa hanche, de l’autre laissant entrevoir son giron, à la fois clouté et boisé, naissent des gestes d’une pureté mélancolique”.

Piero della Francesca, Madonna del Parto (vers 1450-1465 ; fresque détachée, 260 x 203 cm ; Monterchi, Musei Civici Madonna del Parto)
Piero della Francesca, Madonna del Parto (vers 1450-1465 ; fresque détachée, 260 x 203 cm ; Monterchi, Musei Civici Madonna del Parto)

Au fil des siècles, la Madonna del Parto est devenue presque un symbole de la maternité elle-même, une allégorie de lamaternité, une image de dévotion pour les mères du monde entier. La Vierge est au centre, splendide, sévère et douce à la fois, jeune et pourtant déjà consciente de son rôle, élégante, sobre, plus grande que les deux anges qui l’accompagnent, et donc encore peinte selon les proportions hiérarchiques de l’art médiéval, et pourtant si crédible. Elle est représentée dans une longue robe bleue qui couvre tout son corps, en soulignant toutefois la rondeur réaliste de son ventre, qu’elle caresse de la main droite (la main gauche, en revanche, est posée sur sa hanche). Le visage est frais, adolescent, le teint ébène, les yeux légèrement en amande. Elle se trouve à l’intérieur d’un pavillon tapissé de peaux de vaio: ce dais est semblable à celui peint par Piero della Francesca dans la scène du Rêve de Constantin que l’on voit dans les fresques de la Légende de la Vraie Croix qui décorent la chapelle Bacci de l’église San Francesco d’Arezzo. Deux anges, l’un avec une robe verte et des ailes violettes, l’autre avec une robe et des ailes aux couleurs inversées par rapport à son compagnon qui se tient à gauche de nous qui regardons, s’éloignent, dans une position symétrique et en regardant vers l’observateur pour capter son attention et l’exhorter à regarder au centre, le précieux rideau de tissu broché, presque comme pour montrer la mère de Dieu. Un sentiment presque domestique imprègne cette représentation: on perçoit un sentiment d’intimité, on a presque l’impression d’être devant une image proche et familière.

Selon l’historien de l’art Antonio Paolucci, Piero della Francesca, avec la représentation de sa Vierge enceinte, a voulu traduire en images le verset de l’Ave Maria “Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni”. Et Paolucci a suggéré un parallèle (de la même manière que dans le film La prima notte di quiete, où la juxtaposition est confiée aux mots d’Alain Delon) avec l’invocation à la Vierge que l’on peut lire dans le Chant XXXIII du Paradis de Dante Alighieri: “Vierge mère, fille de ton fils, / humble et haute plus que créature, / terme fixe du conseil éternel ; / tu es celle qui a tellement ennobli la nature humaine / que son facteur / n’a pas dédaigné de se faire son ouvrier”. À son tour, Piero di Francesca a peut-être inspiré d’autres artistes: par exemple, dans le Dôme de Sansepolcro, il y a un tabernacle d’Andrea della Robbia où l’on voit deux anges qui, comme ceux de Piero, ouvrent un rideau. Selon l’éminent historien de l’art Irving Lavin , l’iconographie de la Madone de l’Enfantement pourrait provenir du développement de l’iconographie grecque de la Platytera (littéralement “la plus large”), selon laquelle l’Enfant Jésus était représenté à l’intérieur du corps de la Vierge, entouré d’une mandorle. La tradition des Platytera aurait, écrit Lavin, “un développement très particulier à Florence et en Toscane au XIVe siècle, lorsqu’un nouveau type iconique, connu plus tard sous le nom de Madonna del Parto, est apparu. L’exemple le plus célèbre est sans aucun doute celui de Piero della Francesca, point culminant de cette tradition, mais il existe de nombreux exemples antérieurs, la plupart datant du XIVe siècle et tous issus de la sphère florentine ou toscane”. Lavin fournit une explication possible de la signification de cette représentation: “Il convient de souligner que si la Madonna del Parto était, bien entendu, avant tout une image mariale, sa signification sous-jacente faisait référence à la naissance du Christ d’une vierge, comme le montrent les exemples dans lesquels Marie montre la ceinture qu’elle porte autour de la taille, symbole de sa chasteté”.

Notre-Dame de l'Accouchement dans le film La Première Nuit de la Tranquillité La
Madonna del
Parto
dans le film La prima notte di quiete
La Madonna del Parto au Museo Civico di Monterchi
La Madonna del Part o au musée civique de Monterchi. Photo: Luigi Burroni
La Madonna del Parto au Museo Civico di Monterchi
La Madonna del Parto au Musée civique de Monterchi. Photo: Lu
igi Burroni
Piero della Francesca, Rêve de Constantin (1452-1466 ; fresque, 329 x 190 cm ; Arezzo, San Francesco, chapelle Bacci)
Piero della Francesca, Le rêve de Constantin (1452-1466 ; fresque, 329 x 190 cm ; Arezzo, San Francesco, chapelle Bacci)

Pour la dévotion populaire, cependant, la signification devait être encore différente: la Madone de Piero della Francesca avait presque une valeur apotropaïque. Il est vrai que pour les mères de la Valtiberina, la Madonna del Parto a représenté, pendant des générations, une sorte d’icône à vénérer. L’historien de l’art Piero Bianconi a même rapporté qu’en 1954, lorsque l’hypothèse de prêter l’œuvre pour une exposition à Florence a été évoquée, le maire de Monterchi de l’époque aurait refusé parce que la population locale aurait réagi de manière pas vraiment positive si un malheur était arrivé à une femme enceinte du village pendant l’absence de l’œuvre. Si, dans les années 1950, ce culte était encore très fort, comme en témoigne l’anecdote, la résistance fut moins forte une trentaine d’années plus tard, lorsqu’en 1983 l’administration communale de Monterchi décida d’envoyer la fresque au Metropolitan Museum de New York. À cette occasion, les protestations les plus vives furent celles des historiens de l’art: Cesare Brandi, par exemple, accusa les administrateurs locaux de “mercantilisme odieux”, puisque le prêt servait à obtenir des ressources pour améliorer les conditions d’exposition du tableau. L’œuvre n’est donc pas partie: il a été décidé que la Madonna del Parto était trop fragile pour affronter un transfert aussi long et périlleux.

Cependant, selon l’historien de l’art Ronald W. Lightbown, ce culte de la Vierge protectrice des femmes en couches a des raisons qui s’expliquent à la fois par la théologie et par les croyances populaires: la Vierge n’aurait ressenti aucune gêne pendant sa grossesse miraculeuse et aurait donné naissance au Christ sans douleur. Selon saint Bernard de Clairvaux, c’est là aussi que réside la gloire de la Vierge: avoir été “féconde sans péché, enceinte sans lourdeur et ayant accouché sans douleur”. Ces doctrines, explique Lightbown, “ont certainement été prêchées à fond aux simples comme aux sages par une Église pour laquelle l’Incarnation était l’un des deux principaux mystères de la religion chrétienne, et Marie une figure à glorifier à peine moins que le Christ”.Ainsi, “la doctrine de la grossesse et de l’accouchement sans douleur de Marie en a fait une protectrice naturelle pour les femmes du Moyen-Âge, désireuses d’obtenir l’assistance du ciel à une époque où l’accouchement était souvent dangereux ou mortel, et le travail dangereux et prolongé. En tant que mère de Dieu, enceinte et accouchant elle-même, elle aurait pu, dans sa miséricorde, apporter aide et réconfort à une mère humaine. En effet, dans la fresque de Piero, l’accent est mis sur la Vierge, habillée comme les femmes de Monterchi qui pouvaient voir n’importe quelle femme enceinte dans le village, et son réalisme a dû entrer dans leur imagination, à l’époque comme en 1954, lorsqu’elles se sont opposées à son transfert pour une exposition”.

Aujourd’hui, cette dévotion, bien que toujours présente, a beaucoup diminué par rapport à ce qu’elle devait être dans l’Antiquité. Et nous savons qu’elle était l’objet d’une vénération précisément grâce à des documents anciens: dès le XVIe siècle, des offrandes à la “Madone de Momentana” étaient mentionnées. Simon Altmann, dans un article de 2019, a pensé à d’éventuelles formes de syncrétisme, puisque la colline sur laquelle s’élevait l’église de Momentana était autrefois connue sous le nom de Montione, contraction de l’expression latine Mons Iunionis, ou “Mont de Junon”.L’expression “Monte di Giunone” (Mont de Junon) est l’hypothèse de la survivance, même à l’époque de Piero della Francesca, d’anciens rituels liés à la maternité qui mêlaient des éléments païens liés à la déesse Junon, associée dans l’Antiquité à la fécondité, et des éléments chrétiens. Quelle que soit l’origine de cette dévotion, on peut remonter à Ingeborg Walter , citée plus haut, pour se faire une idée de la signification que la Madonna del Parto devait avoir pour les jeunes filles de la région: “la représentation [...] permettait aux femmes, grâce à la référence claire à leur réalité, de s’identifier à la mère de Dieu dans une situation pleine d’incertitude et de danger pour elles. La Madone enceinte était leur égale, et ce n’est que par l’acte de salut que Dieu lui destinait qu’elle s’élevait au-dessus des femmes terrestres, mais cela lui donnait le pouvoir de les soutenir”. Selon l’universitaire, le culte se serait imposé par la seule force de la suggestion, car il est vrai que, comme le lui a dit un jour une habitante, on trouve partout des représentations de la Vierge, mais les images de la Madone enceinte sont moins fréquentes, et une jeune fille enceinte qui voit devant elle l’image d’une femme égale à elle finit par s’identifier plus fortement à cette figure. Elle peut presque sentir que la Madone la comprend, qu’elle est vraiment proche d’elle, physiquement proche.

La Madonna del Parto de Piero della Francesca n’est cependant pas, comme on pourrait s’y attendre, la seule représentation connue de la Vierge incitatrice: plusieurs exemples iconographiques sont connus, même antérieurs, comme la Madonna di Nardo di Cione conservée au musée Bandini de Fiesole, la Madonna del Magnificat de Bernardo Daddi au musée du Dôme de Florence, la Madonna del Parto du XIVe siècle au musée de l’ Opera del Duomo de Prato (Italie).Opera del Duomo à Prato (elle est l’œuvre d’un artiste de l’école de Giotto et constitue l’un des plus anciens exemples de cette iconographie), celle de Taddeo Gaddi dans l’église San Francesco di Paola à Florence, ainsi que deux sculptures conservées à une très courte distance de Monterchi, à Anghiari: l’une est la Madone en bois attribuée à Tino di Camaino, conservée dans la Badia di San Bartolomeo, l’autre est la Madone de Jacopo della Quercia au Museo di Palazzo Taglieschi. L’historien de l’art Alessandro Parronchi a noté que dans l’Antiquité, il était possible de retirer la figure de l’Enfant de ces deux statues, ce qui s’est probablement produit le 18 décembre, jour de l’expectatio Partus Beatae Mariae Virginis, la fête de la Mère établie dès l’année 656, lors du Concile de Tolède (bien qu’elle ne soit entrée dans le calendrier romain, le calendrier liturgique officiel de l’Église, qu’à l’époque moderne). Piero della Francesca aurait-il peint Notre-Dame de l’Enfantement pour célébrer cette fête ? Nous n’en savons rien. Il n’est pas non plus exclu que l’œuvre ait une signification politique, puisque, comme nous l’avons vu, l’image de la Vierge enceinte était très répandue à Florence et dans ses environs immédiats: il était typique de l’époque que, dans les territoires conquis par une puissance, les sujets iconographiques typiques des régions d’origine des conquérants soient diffusés. C’est également de cette manière que l’on signalait la prise de possession d’un village ou d’une ville(nous l’avons vu dans ces pages, par exemple, avec la Maestà de Pietro Lorenzetti, de Sienne, peinte pour Massa Marittima). Après 1440 et la bataille d’Anghiari, Monterchi fait en effet partie des territoires florentins. Mario Salmi a suggéré que Piero della Francesca aurait peint cette image en mémoire de sa mère, dont la famille était originaire de Monterchi, et qui était décédée le 6 novembre 1459. Mais nous n’avons encore aucune certitude à ce sujet.

Bernardo Daddi, Madonna del Parto (1334 ; tempera sur panneau, 131 x 116 cm ; Florence, Museo del Duomo)
Bernardo Daddi, Madonna del Parto (1334 ; tempera sur panneau, 131 x 116 cm ; Florence, Museo del Duomo)
Nardo di Cione, Madonna del Parto e donatore (vers 1350 ; tempera sur panneau, 54 x 30 cm ; Fiesole, musée Bandini)
Nardo di Cione,
Madonna
del Parto e donatore (vers 1350 ; tempera sur panneau, 54 x 30 cm ; Fiesole, Museo Bandini)
Jacopo della Quercia, Vierge à l'enfant (vers 1420 ; bois peint ; Anghiari, Museo di Palazzo Taglieschi)
Jacopo della Quercia, Vierge à l’enfant (vers 1420 ; bois peint ; Anghiari, Museo di Palazzo Taglieschi)
Tino di Camaino, Vierge à l'enfant (vers 1317 ; bois peint ; Anghiari, Badia di San Bartolomeo)
Tino di Camaino, Vierge à l’Enfant (vers 1317 ; bois peint ; Anghiari, Badia di San Bartolomeo). Photo: Francesco Bini

Que savons-nous donc avec certitude de cette œuvre ? Piero della Francesca a peint l’œuvre pour l’église Santa Maria di Momentana, également connue sous le nom de Santa Maria in Silvis, une petite église de campagne située sur les pentes de la colline où se trouve Monterchi, dont l’existence est connue depuis le XIIIe siècle. L’artiste a peint l’œuvre sur une fresque du XIVe siècle d’un artiste local inconnu représentant une Vierge à l’enfant, dont la présence a été révélée en 1911, lorsque le restaurateur Domenico Fiscali a détaché l’œuvre de Piero della Francesca, à la demande de la Surintendance royale des monuments de l’époque, pour des raisons de conservation. Nous ne savons pas qui était le commanditaire car nous ne connaissons pas la date de l’œuvre: les différentes hypothèses oscillent dans une fourchette assez large, entre 1450 et 1465. Nous n’avons pas beaucoup d’informations sur l’histoire ancienne du tableau, mais nous avons des informations plus substantielles sur ce qui est arrivé à la Madonna del Parto à partir de la fin du XVIIIe siècle: en effet, en 1785, la municipalité de Monterchi a décidé que le nouveau cimetière de la ville serait construit sur le site de l’église de Santa Maria in Silvis. Le petit bâtiment de l’église fut en grande partie démoli: une partie, correspondant à environ un tiers de l’édifice, fut sauvée et transformée en chapelle funéraire. La Madonna del Parto, qui a survécu à la démolition, a été déplacée dans une niche au-dessus de l’autel principal de la chapelle.

En 1789, un tremblement de terre a frappé la Valtiberina, mais la Madonna del Parto y a également survécu. Un autre tremblement de terre a frappé la région en 1917: une fois de plus, l’œuvre a réussi à s’échapper et a été confiée à la famille Mariani, des habitants de la région, pendant un certain temps. En 1919, elle est transférée à la galerie d’art de Sansepolcro, puis, en 1922, à la chapelle du cimetière de Monterchi. Le sort réservé à l’œuvre pendant la Seconde Guerre mondiale est particulier: les autorités italiennes ont voulu sauver la précieuse peinture, pour éviter qu’elle ne s’écroule sous les bombardements ou qu’elle ne soit pillée par les Allemands. C’est pourquoi deux personnalités comme Mario Salmi, grand historien de l’art et professeur à l’université de Florence à l’époque, et Ugo Procacci, qui travaillait aux galeries florentines, ont été envoyées pour faire les recherches nécessaires: Piero Calamandrei raconte qu’ils ont été pris pour des Allemands déguisés et qu’ils ont été repoussés par la population en colère, décidée à ne pas se priver de l’œuvre à laquelle ils étaient si dévoués. L’œuvre a fait l’objet de travaux de conservation par Dino Dini en 1950, après quoi, entre 1955 et 1956, la chapelle a été restaurée, y compris en modifiant son orientation d’origine (l’entrée du XVIIIe siècle a été fermée et une nouvelle a été ouverte sur le côté sud: la Madonna del Parto a été déplacée du mur est, sur lequel elle se trouvait, vers le mur nord). Enfin, en 1992 (année du cinquième centenaire de la mort de Piero della Francesca, au cours de laquelle l’œuvre a été restaurée par Guido Botticelli), pour des raisons de conservation, elle a été déplacée dans l’actuel musée civil qui lui est consacré et qui est devenu depuis la maison de la Madonna del Parto: il s’agit de l’ancien collège de la ville, qui a été utilisé comme musée pour abriter le précieux chef-d’œuvre. L’étape la plus récente de cette histoire est l’installation d’un nouveau système d’éclairage fourni par iGuzzini Illuminazione en décembre 2021, qui a considérablement amélioré la lisibilité de l’œuvre.

Aujourd’hui, nous ne voyons plus le tableau tel qu’il aurait dû apparaître dans le passé. Les pertes sont importantes sur les quatre côtés (elle mesure aujourd’hui deux mètres et demi de haut, et comme l’église mesurait à l’origine cinq mètres de haut, on peut imaginer qu’elle occupait un espace d’au moins quatre mètres de haut), et une partie de ce qui a survécu a été restauré ou repeint. Il est probable qu’à l’origine, comme on peut le supposer en observant l’analyse technique, la Vierge avait un voile derrière la tête. “Certains éléments de la fresque, comme la relation entre le sol pavé et le mur du fond, écrit Lightbown, resteront toujours ambigus. Il est probable que le sol s’élevait légèrement en perspective et que ses orthogonales perdues se rencontraient à un point de fuite assez bas, à la hauteur des yeux. Mais étant donné l’état de dégradation des bords et du fond de la fresque, toutes ces restaurations doivent être conjecturales”.

Pourtant, malgré ces conditions, la fascination que cette œuvre parvient encore à exercer est très forte, et l’on peut encore imaginer qu’il y a des croyants qui vont la vénérer. Et pour perpétuer cette dévotion, la municipalité de Monterchi a immédiatement instauré la gratuité de l’entrée au Museo Civico della Madonna del Parto pour les femmes enceintes. Elle renoue ainsi avec une tradition qui, depuis des siècles, lie l’un des chefs-d’œuvre de la Renaissance aux habitants du village où il se trouve.


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.