Milan, les travaux au Palazzo Citterio ont été retardés : Brera expose des œuvres du 20e siècle dans de grands récipients en verre de toute façon


À Milan, les travaux du Palazzo Citterio ont été retardés et la Pinacothèque de Brera a décidé d'exposer quand même les chefs-d'œuvre de l'art moderne, dans une disposition inhabituelle.

A Milan, les travaux du Palazzo Citterio, le bâtiment qui accueillera à l’avenir la collection d’art moderne de la Brera Art Gallery, sont retardés : la Surintendance considère que les travaux de restauration sont terminés, mais selon la direction du musée, le bâtiment a besoin de nouveaux travaux car il est actuellement considéré comme inadapté pour accueillir le nouveau musée. Le Palazzo Citterio, en effet, accueillera la collection d’art moderne de la Brera Art Gallery: en attendant, le musée a donc décidé de présenter au public les chefs-d’œuvre du XXe siècle dans un nouvel aménagement qui sera visible à partir du mois de mai. Une centaine d’œuvres de la Pinacothèque, appartenant aux collections Jesi et Vitali et à des donations, seront à nouveau installées au centre des salons napoléoniens, dans les salles IX et XV et dans la réserve ouverte de la salle XXIII. Le réaménagement commencera le 13 mai et s’achèvera le 21 juin.

Les œuvres du XXe siècle, rassemblées en grande partie à l’initiative de Franco Russoli, directeur de la galerie d’art pendant vingt ans (de 1957 à 1977), représentent l’une des sections les plus populaires du musée Braidense. Et comme il n’est pas encore possible de les déplacer à l’endroit prévu (Palazzo Citterio, plus précisément), les œuvres seront donc exposées à nouveau à la Pinacothèque (elles sont entreposées depuis environ un an). L’idée de la Pinacothèque est précisément d’évoquer un dépôt : le réarrangement s’inspirera donc des étagères typiquement utilisées pour les peintures dans les dépôts. Des conteneurs spéciaux avec des vitres transparentes et des grilles métalliques seront donc créés au centre des salles, qui s’ajouteront à l’entrepôt ouvert utilisé dans la salle XXIII. L’idée d’utiliser ces conteneurs de stockage, conçus pour l’occasion, découle d’un besoin d’espace et permet également de ne pas modifier la disposition de la collection permanente, et donc les murs des salles concernées par le projet. Le déplacement des collections Jesi et Vitali dans le parcours muséal vise également à remplir les conditions fixées lors des généreuses donations.

Brera a en effet eu le privilège de devenir, depuis les années 1970, le lieu de destination des principales collections d’art du début du XXe siècle. Le collectionneur Emilio Jesi, puis son épouse Maria Arrighi, de 1976 à 1984 (avec la remise définitive de certaines pièces au début des années 1990), ont fait don à la Pinacothèque de quatre-vingts chefs-d’œuvre d’importants peintres et sculpteurs de l’époque (il s’agit d’artistes tels que Umberto Boccioni, Carlo Carrà, Filippo de Pisis, Mario Mafai, Marino Marini, Giorgio Morandi, Amedeo Modigliani et Pablo Picasso). De la donation faite par America et Lamberto Vitali (en 1992), il a été décidé de n’exposer que la partie peinture d’une collection plus vaste, connue pour son hétérogénéité à la fois chronologique et typologique, qui comprend également de nombreux objets archéologiques : des vases égyptiens aux bijoux mycéniens en passant par les sculptures romanes. Des peintures sur panneaux et des mosaïques médiévales (comme celles de la basilique de Sant’Ambrogio) seront ainsi exposées, ainsi que des œuvres des XVIIIe et XIXe siècles d’Alessandro Magnasco, Giovanni Fattori, Silvestro Lega, Adriano Cecioni, et surtout les chefs-d’œuvre de Giorgio Morandi.

Dès que l’exposition sera terminée, le musée “dialoguera” également avec les auteurs des œuvres : En effet, un cycle de lectures d’extraits choisis dans la correspondance entre les artistes et les collectionneurs est prévu, qui offrira au public un éclairage totalement inédit sur la vie quotidienne des maîtres, leurs difficultés financières, leurs succès aux expositions, leurs réticences face à leurs œuvres, leurs ventes, leur amitié avec les époux Jesi, et le grand cauchemar de la guerre.

Cette opération de réaménagement a été rendue possible grâce au soutien de la Fondation Giulio et Giovanna Sacchetti qui, dès l’automne 2018, a apporté une contribution fondamentale au projet de réaménagement des salles du XIXe siècle du musée, dernier volet du vaste réaménagement de l’ensemble de la Pinacothèque, un projet triennal (2016 - 2018) visant à rénover complètement les espaces d’exposition. Le réaménagement des collections modernes", a déclaré le directeur de la Pinacothèque, James M. Bradburne, “ne sert pas seulement à ramener le XXe siècle au cœur de la Pinacothèque de Brera, en attendant le Palazzo Citterio, mais fait partie de notre philosophie d’un musée visible, le musée continuant à montrer sa pertinence, sa participation et son engagement de manière transparente”.

Photo : Giorgio De Chirico, Nature morte (1918 ; huile sur toile, 68,5 x 72 cm ; Milan, Pinacothèque de Brera)

Milan, les travaux au Palazzo Citterio ont été retardés : Brera expose des œuvres du 20e siècle dans de grands récipients en verre de toute façon
Milan, les travaux au Palazzo Citterio ont été retardés : Brera expose des œuvres du 20e siècle dans de grands récipients en verre de toute façon


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.



Finestre sull'Arte