Brescia, une exposition sur les femmes dans l'histoire de l'art avec plus de 90 œuvres au Palazzo Martinengo


À Brescia, le Palazzo Martinengo accueille à nouveau l'exposition sur les femmes dans l'histoire de l'art, de Titien à Boldini, qui avait été fermée au bout d'un mois pour cause de Covid : elle se tiendra du 22 janvier au 12 juin 2022 et présentera des œuvres de Titien, Boldini, Artemisia Gentileschi et de nombreux autres artistes.

Du 22 janvier au 12 juin 2022, les salles du Palazzo Martinengo de Brescia accueilleront à nouveau l’exposition Les femmes dans l’art. De Titien à Boldini, l’exposition qui vise à étudier dans quelle mesure la représentation de l’univers féminin a joué un rôle décisif dans l’histoire de l’art italien sur une période de quatre siècles, de la Renaissance à la Belle Époque. Initialement prévue pour 2020, l’exposition a dû fermer ses portes au bout d’un mois seulement. Aujourd’hui, les conditions sont réunies pour la réouverture de l’exposition.

Sous le commissariat de Davide Dotti, organisée par l’Associazione Amici di Palazzo Martinengo avec le patronage de la Province de Brescia, de la Commune de Brescia et de la Fondazione Provincia di Brescia Eventi, en partenariat avec la Fondazione Marcegaglia onlus, l’exposition présente plus de 90 chefs-d’œuvre d’artistes tels que Titien, Guercino, Pitocchetto, Appiani, Hayez, Corcos, Zandomeneghi et Boldini qui ont su représenter dans leurs œuvres la personnalité, le raffinement, le caractère, la sensualité et la beauté de l’art.raffinement, le caractère, la sensualité et les nuances les plus subtiles de l’hémisphère féminin, en accordant une attention particulière à la mode, aux coiffures et aux accessoires typiques de chaque époque et de chaque contexte géographique. Une œuvre d’Artemisia Gentileschi, représentant la peinture féminine, est également exposée. En outre, grâce à la collaboration avec la Fondation Marcegaglia Onlus, l’exposition est enrichie de panneaux d’ambiance qui abordent des thèmes très actuels tels que l’inégalité entre les hommes et les femmes, le travail féminin, la violence domestique, la marginalisation sociale et la nouvelle pauvreté. L’exposition vise donc également à sensibiliser le public, en particulier les plus jeunes, à des sujets d’une grande importance socioculturelle.

La Fondazione Marcegaglia Onlus, dont la mission est de soutenir les femmes, moteur de la croissance et du développement de toute la communauté, à travers des projets de solidarité et de coopération, propose également aux écoles 200 itinéraires thématiques pour visiter l’exposition, dans le but de rapprocher les jeunes du monde de l’art et, en même temps, de les sensibiliser à des questions de grande importance sociale liées à l’hémisphère féminin. En outre, l’Associazione Amici di Palazzo Martinengo versera 1 % des recettes du billet à la Fondation AIRC pour la recherche sur le cancer, dans le but de soutenir les meilleures recherches en matière de prévention, de diagnostic et de traitement des cancers féminins. Enfin, à l’occasion de l’exposition au Palazzo Martinengo, du 12 février au 12 juin 2022, le musée diocésain de Brescia organise une petite exposition, toujours sous la direction de Davide Dotti, pour explorer le thème de la représentation féminine dans les peintures à sujets sacrés. Avec le billet Donne nell’Arte da Tiziano a Boldini (Les femmes dans l’art de Titien à Boldini), il sera possible de visiter gratuitement le musée et l’exposition installée dans les espaces de l’ancien couvent de San Giuseppe.

Ettore Tito, Une rose à la bouche (Collection privée)
Ettore Tito, Avec une rose aux lèvres (Collection privée)
Angelo Garino, Intérieur avec modèle nu (Collection privée, avec l'aimable autorisation d'Arcuti Fine Art)
Angelo Garino, Intérieur avec modèle nu (Collection privée, avec l’aimable autorisation d’Arcuti Fine Art)
Giovanni Boldini, Portrait de Nanne Schrader (Collection privée)
Giovanni Boldini, Portrait de Nanne Schrader (Collection privée
)
Gino Piccioni, Nu sur la plage (Florence, Collection Fascione)
Gino Piccioni, Nu sur la plage (Florence, Collection Fascione)

Le parcours

Le parcours de l’exposition est divisé en huit sections thématiques : “Saintes et héroïnes bibliques” ; “Mythologie en rose et histoire ancienne” ; “Portraits de femmes” ; “Natures mortes de femmes” ; “Maternité” ; “Travail” ; “Vie quotidienne” ; “Nu et sensualité”. Parmi les chefs-d’œuvre de l’exposition figure la Madeleine pénitente de Titien, exposée pour la première fois en Italie, une variante plus sobre de l’une de ses toiles les plus connues et provenant d’une collection privée allemande. Peter Humfrey, l’une des plus grandes autorités internationales sur le Titien et auteur du catalogue raisonné des œuvres du maître de Cadore, a écrit à propos de ce tableau : “Il s’agit d’une variante de grande qualité de l’une des compositions les plus recherchées de Titien. Les autres versions autographes ont été peintes non seulement pour ses plus importants mécènes, comme le roi Philippe II d’Espagne, mais aussi pour d’autres personnalités illustres de son temps, comme Antoine Perrenot de Granvelle, conseiller de l’empereur Charles Quint de Habsbourg et vice-roi du royaume de Naples, et le puissant cardinal Alessandro Farnese. Les vigoureux coups de pinceau frangés et les empâtements de couleurs denses suggèrent une date d’environ 1558-1563, proche de l’achèvement de la version de la Madeleine pénitente peinte pour Philippe II en 1561”. La Madeleine est rejointe par un couple d’amoureux debout, un dessin de Gustav Klimt, l’un des principaux représentants de l’avant-garde viennoise, qui anticipe les solutions stylistiques du Baiser et de l’Étreinte de la frise du Stoclet, deux des chefs-d’œuvre les plus connus du maître autrichien.

S’inspirant des textes sacrés et des livres hagiographiques, les artistes ont réalisé des toiles qui font l’objet d’une dévotion séculaire, représentant les saints les plus célèbres de la chrétienté avec leur attribut iconographique : Madeleine avec la jarre d’onguents ; Catherine avec la roue dentée ; Barbara avec la tour ; Marguerite avec le dragon ; Cécile avec des instruments de musique. Sans oublier les héroïnes bibliques telles que Judith, Salomé, Dalila, Suzanne et Bethsabée, dont les histoires personnelles tourmentées sont racontées dans l’Ancien Testament.

La littérature classique et la mythologie ont également fourni aux artistes des pistes de réflexion inépuisables, comme dans le cas des histoires de déesses (Diane, Vénus, Minerve, Junon), de figures mythologiques célèbres (Léda, Europe, Onphale, Circé, Daphné) et de femmes illustres du monde antique qui, avec courage et détermination dramatique, ont préféré la mort au déshonneur. On pense, à cet égard, à la reine égyptienne Cléopâtre, qui décida de se suicider, après le suicide de son bien-aimé Antoine, pour ne pas se livrer vivante aux mains de son ennemi Octave et subir une humiliation publique ; à Lucrèce, qui se perça la poitrine avec un poignard après avoir été humiliée et violée par Sextus Tarquinus ; et à Sophonisba, qui but le poison que lui avait envoyé son mari Messinissa pour ne pas vivre une existence mortifiée en tant qu’esclave des Romains.

Surtout, dans la peinture du XIXe siècle, véritable protagoniste de l’exposition, les femmes sont représentées dans leur dimension quotidienne, aux prises avec les tâches de la vie domestique et du travail ; dans le rôle d’une mère affectueuse qui s’occupe avec amour de ses enfants ; mais aussi dans des attitudes espiègles et dans des situations intimes pour renforcer leur charge sensuelle, comme en témoignent les chefs-d’œuvre de Giovanni Boldini.

Artemisia Gentileschi, Cléopâtre mordue par l'aspic (Fondation Cavallini Sgarbi)
Artemisia Gentileschi, Cléopâtre mordue par l’aspic (Fondation Cavallini Sgarbi)
Gian Antonio Guardi, Alexandre et Campaspe dans l'étude d'Apelle (Collection privée)
Gian Antonio Guardi, Alexandre et Campaspe dans l’étude d’Apelle (Collection privée)
Gustav Klimt, Paire d'amoureux debout (1907-1908 ; crayon sur papier, 55,8 x 36,5 mm ; collection privée)
Gustav Klimt, Couple d’amoureux debout (1907-1908 ; crayon sur papier, 55,8 x 36,5 mm ; collection privée)
Titien, Madeleine pénitente (Collection privée)
Titien, Madeleine pénitente (Collection particulière)
Antonio Rizzi, Nu sur feuilles jaunes (Collection privée)
Antonio Rizzi, Nu sur draps jaunes (Collection particulière)

Les déclarations

"Après un premier report, explique Roberta Bellino, présidente de l’Associazione Amici di Palazzo Martinengo, nous avons décidé d’un commun accord avec la Fondazione Provincia di Brescia Eventi et la Province de Brescia de fermer l’exposition, en nous promettant de nous revoir lorsque la situation serait plus calme d’un point de vue sanitaire. Nous revoilà donc à proposer une initiative qui, un peu plus d’un mois après son ouverture, a reçu un excellent accueil du public, avec plus de 22 000 visiteurs. Toutes les personnes ayant acheté un billet à l’avance pourront utiliser le coupon, simplement en le présentant à la billetterie du Palazzo Martinengo".

“Le thème de la femme, explique Davide Dotti, commissaire de l’exposition, est si fascinant et passionnant que les artistes, surtout entre le XVIe et le XIXe siècle, l’ont exploré sous tous les angles iconographiques, éternisant les ”créatures divines“ dans des chefs-d’œuvre qui, aujourd’hui encore, séduisent fatalement notre regard. Pour le visiteur, c’est l’occasion d’un voyage passionnant et plein de surprises, enrichi de tableaux inédits récemment découverts dans de prestigieuses collections privées, d’œuvres jamais exposées auparavant et de rencontres avec des femmes célèbres du passé, dont la Bresciane Francesca (Fanny) Lechi, représentée en 1803 par le grand Andrea Appiani dans une toile extraordinaire qui revient au public après plus de vingt-cinq ans depuis sa dernière apparition”.

Giovanni Boldini, Femme se coiffant (Collection privée)
Giovanni Boldini, Femme se coiffant (Collection privée)
Filippo Palizzi, Femmes creusant à Pompéi (Collection privée)
Filippo Palizzi, Femmes creusant à Pompéi (Collection privée)
Achille Glisenti, La récolte de maïs (Brescia, Musei Civici)
Achille Glisenti, La récolte du maïs (Brescia, Musei Civici)
Vittorio Corcos, Colibri
Vittorio Corcos, Colibris

Brescia, une exposition sur les femmes dans l'histoire de l'art avec plus de 90 œuvres au Palazzo Martinengo
Brescia, une exposition sur les femmes dans l'histoire de l'art avec plus de 90 œuvres au Palazzo Martinengo


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.