De Pellizza à De Chirico, une grande exposition sur le paysage du XVIIIe siècle à nos jours à la Venaria Reale


Du 22 juin au 9 janvier 2022, l'exposition "Une beauté infinie. Le paysage en Italie de la peinture romantique à l'art contemporain", une grande exposition sur le paysage du XVIIIe siècle à nos jours.

Du 22 juin au 9 janvier 2022, la Reggia di Venaria Reale accueillera l’exposition Una infinita bellezza. Le paysage en Italie de la peinture romantique à l’art contemporain, entièrement consacrée au thème de la conservation de la nature et de la durabilité environnementale. Installée dans les espaces de la Juvarra Citroniera, l’exposition rassemble plus de deux cents œuvres, principalement des peintures, mais aussi des sculptures et des installations, qui témoignent de l’attention et de l’amour que de nombreux artistes ont porté à l’environnement naturel et plus particulièrement au paysage en Italie, depuis le début du romantisme jusqu’à l’art contemporain. L’exposition est le fruit d’un accord entre le Consorzio delle Residenze Reali Sabaude (Consortium des Résidences Royales de Savoie) et la Fondazione Torino Musei, en vertu duquel plus de 90 œuvres de la GAM - Galleria Civica d’Arte Moderna e Contemporanea di Torino deviennent le cœur d’une exposition qui rassemble également des chefs-d’œuvre des plus importants musées italiens et de prestigieuses collections privées, dans un tour d’Italie avec des peintures prêtées par des institutions telles que les Musei Reali et la Pinacoteca dell’Accademia Albertina à Turin, le Castello di Rivoli Museo d’Arte Contemporanea le Museo del Paesaggio di Verbania, la Galleria d’Arte Moderna di Milano, les Musei Civici di Brescia, la Galleria d’Arte Moderna e Contemporanea di Bergamo, le MART - Museo d’Arte Moderna e Contemporanea di Trento e Rovereto, la Fondazione Musei Civici di Venezia, la Collezione Intesa Sanpaolo la Galleria d’Arte Moderna di Genova, la Gallerie degli Uffizi, la Fondazione Longhi à Florence, la Galleria d’Arte Moderna di Palazzo Pitti, la GNAM - Galleria Nazionale d’Arte Moderna e Contemporanea à Rome, le Museo di Capodimonte à Naples, la Galleria d’Arte Moderna à Palerme.

Le parcours suit un fil chrono-géographique qui tisse l’espace et le temps, avec une attention particulière au contexte piémontais et en général à toute la partie septentrionale de notre péninsule, sans négliger les importantes écoles régionales de l’Italie centrale et méridionale, de la fin du XVIIIe siècle à aujourd’hui. Les douze sections de l’exposition présentent ainsi les différentes formes que la représentation du paysage en Italie a prises au cours de plus de deux siècles de peinture.

Réalisée avec le soutien de la Soprintendenza Archeologia Belle Arti e Paesaggio de la ville métropolitaine de Turin, l’exposition est organisée par Guido Curto (directeur de la Reggia di Venaria et du Consorzio delle Residenze Reali Sabaude), Riccardo Passoni (directeur du GAM) et Virginia Bertone (conservatrice en chef du GAM), avec la collaboration d’Alessandro Botta. Les commissaires sont soutenus par un comité scientifique composé des professeurs Barbara Cinelli (Università Roma Tre), Piergiorgio Dragone (Università degli Studi di Torino), Flavio Fergonzi (Scuola Normale Superiore di Pisa) et Laura Iamurri (Università Roma Tre). Parallèlement à l’exposition, le GAM organisera à partir du 9 juillet, dans l’espace Wunderkammer, Nature et Vérité. Il paesaggio come scelta 1864-1871 (Le paysage comme choix 1864-1871 ) qui, en dialogue étroit avec le parcours proposé à la Venaria, met l’accent sur les recherches les plus audacieuses menées sur le front paysager entre le Piémont et la Ligurie, la “Scuola dell’Avvenire” dont Antonio Fontanesi est le protagoniste. À ses côtés, le groupe du cénacle de Rivara : de Carlo Pittara à Federigo Pastoris, d’Ernesto Bertea à Enesto Rayper, pour se concentrer enfin sur Alfredo De Andrade.

Jean-Baptiste Camille Corot, Les chutes de Marmore à Terni (1826 - 1828 ; huile sur toile ; Rome, Collection BNL Gruppo BNP Paribas)
Jean-Baptiste Camille Corot, Les chutes des Marmore à Terni (1826-1828 ; huile sur toile ; Rome, Collection BNL Gruppo BNP Paribas)


Giuseppe Pietro Bagetti, Mare allo spuntare dell'aurora (1820-1830 ; tempera sur papier appliquée sur carton ; Turin, Musei Reali - Palazzo Reale)
Giuseppe Pietro Bagetti, Mare allo spuntare dell’aurora (1820-1830 ; tempera sur papier appliquée sur carton ; Turin, Musei Reali - Palais royal)


Antonio Fontanesi, L'immobilité (1860 ; huile sur toile ; Turin, GAM - Galleria Civica d'Arte Moderna e Contemporanea)
Antonio Fontanesi, L’immobilité (1860 ; huile sur toile ; Turin, GAM - Galleria Civica d’Arte Moderna e Contemporanea)

Le parcours de l’exposition

L’exposition de Turin se compose de douze sections. Elle commence au XVIIIe siècle : considéré dans la formation académique comme une simple fonction grégaire dans la hiérarchie des genres picturaux, le paysage acquiert, à partir de la fin du XVIIIe siècle, le statut de sujet autonome. Un changement auquel ont contribué de nombreux facteurs, liés avant tout aux stimuli que les artistes ont puisés dans les réflexions esthétiques, philosophiques et littéraires du romantisme naissant : de ces stimuli est né le désir d’explorer des solutions différentes de celles dictées par les canons de l’ordre et de la grâce qui régissaient la Beauté idéale de Winckelman. Le point de départ est le noyau de temperas et d’aquarelles de Giuseppe Pietro Bagetti et de Giovanni Battista De Gubernatis, dans lesquelles l’attrait précoce pour les aspects transitoires et instables de la nature, qui anticipe la sensibilité romantique, coexiste avec des vues d’une précision optique qui s’inscrit dans la tradition topographique. Un aspect qui caractérise les premières décennies du XIXe siècle est la nécessité fortement ressentie par les artistes d’Europe du Nord de compléter leur formation en Italie selon la tradition du Grand Tour, afin de perfectionner la peinture d’après nature : exemplaire en ce sens est le tableau de Jean-Baptiste Camille Corot représentant la cascade des Marmore, la seule œuvre de l’artiste français conservée dans une collection publique italienne. Nous passons ensuite aux paysages que Massimo D’Azeglio, Luigi Basiletti et les artistes de l’école de Posillipo, d’Anton van Pitloo à Giacinto Gigante, ont tracés dans la campagne et le littoral entre Rome et Naples, à la recherche de l’éblouissante lumière méditerranéenne.

Un chapitre est consacré à la nouveauté des paysages “historiés”, avec des éléments tirés de l’histoire et de la littérature, qui triomphent dans le Milan romantique de D’Azeglio et de Giuseppe Bisi. Une autre section s’intéresse aux paysages de grand format achetés et donnés pour la collection du tout nouveau Museo Civico di Torino en 1863, parmi lesquels se distinguent les œuvres de Carlo Pittara, Giuseppe Camino, Corsi di Bosnasco et Achille Vertunni. Les nombreux artistes et écoles de la seconde moitié du XIXe siècle sont également lus à travers le filtre des résultats comparés lors des grandes expositions nationales, à partir de la première qui s’est tenue à Florence en 1861 : des visions poétiques d’Antonio Fontanesi à celles de Nino Costa, de la recherche de la vérité présente dans les petites toiles des Macchiaioli, dans lesquelles le paysage est rendu avec une immédiateté vériste par la lumière et les taches de couleur, à l’école de Rivara et à l’école grise de Rayper et de d’Andrade. Ainsi, des expériences qui privilégient la fidélité à la nature, nous arrivons aux nouvelles sensibilités divisionnistes et symbolistes à travers les œuvres d’Angelo Morbelli et de Pellizza da Volpedo jusqu’aux plus célèbres Gaetano Previati, Pietro Fragiacomo et Giovanni Segantini, dans lesquelles le paysage est interprété avec des hypothèses poétiques et lyriques avec un fort contenu allégorique et évocateur.

Le XXe siècle s’ouvre sur une section qui rassemble des œuvres de la culture sécessionniste, symboliste et post-impressionniste. En effet, la Galleria Civica di Torino a continué à collectionner des œuvres élégantes et raffinées sur le thème du paysage avec des artistes tels que Luigi Onetti, Giuseppe Bozzalla et Giovanni Depetris. Il s’agit donc d’une ligne, sinon d’une continuité, d’un intérêt encore actuel pour l’iconographie “paysagère”, à quelques exceptions près, par exemple dans le domaine du futurisme, étant donné que ce mouvement d’avant-garde luttait “contre le paysage et l’esthétique ancienne”. Dans l’exposition, l’artiste qui apparaît le plus clairement à cet égard est Giacomo Balla, avec des œuvres pré-futuristes et futuristes. Enfin, la présence de Giorgio de Chirico ne pouvait être éludée avec un chef-d’œuvre pré-conceptuel, plus que métaphysique, de la peinture dans la peinture. La section consacrée à la peinture de l’entre-deux-guerres est très riche. Les présences les plus fortes sont celles de Carlo Carrà (avec sa vision néo-antique, voire pré-Renaissance, après les saisons futuristes et métaphysiques), de Giorgio Morandi, avec ses paysages décantés, et de Filippo de Pisis, porte-drapeau d’une liberté de peindre sans conditionnement.

Une certaine attention au paysage est également présente chez le grand peintre turinois Felice Casorati et les Six de Turin se sont consacrés à la représentation du paysage dans de nombreuses œuvres de qualité : de Gigi Chessa à Enrico Paulucci. Au niveau national, aux côtés de Carrà, Arturo Tosi et Pio Semeghini évoluent dans la même veine. Dans les années italiennes d’après-guerre, il est surprenant de voir comment le thème du paysage a impliqué même les grands artistes informels, avec des résultats intenses, physiques et même matériels : de Renato Birolli, à Ennio Morlotti, Alfredo Chighine, jusqu’à Luigi Spazzapan. La restitution iconographique du thème ne manque pas, même dans le domaine du Pop Art italien, pourtant consacré à l’examen des signes et des symboles de la vie moderne, à travers la nature artificielle de Mario Schifano et Piero Gilardi. Le parcours s’achève sur l’art contemporain qui dialogue avec l’environnement et le paysage, comme le montrent les jardins de la Reggia avec les sculptures fluides de Giuseppe Penone, l’installation conceptuelle de Giovanni Anselmo et la sculpture en bronze Gea de Luigi Stoisa. À l’intérieur de la Citroniera juvarriana, le public découvrira les sculptures de Luigi Mainolfi, Ezio Gribaudo, Luisa Valentini, Jessica Carroll, Maura Banfo, Luca Pancrazzi, les photographies sur soie d’Elisa Sighicelli et le décollage de Stefano Arienti, la grande installation vidéo Orbite Rosse de Grazia Toderi, les peintures de Francesco Casorati et de Giovanni Anselmo ainsi que l’installation conceptuelle de Gea de Luigi Stoisa, les peintures de Francesco Casorati, Francesco Tabusso, Nicola De Maria, Mimmo Paladino, Salvo, Giovanni Frangi, Riccardo Taiana, Luisa Rabbia, Laura Pugno, Paolo Leonardo, Daniele Galliano, Pierluigi Pusole, Andrea Massaioli, Velasco Vitali et les photo-installations consacrées aux non-lieux des banlieues industrielles de Botto & Bruno. Cette dernière section comprend un certain nombre d’œuvres créées spécialement pour l’exposition sur le thème du paysage autour de la Reggia di Venaria par Ugo Nespolo et Giorgio Ramella, avec un dernier hommage à Monviso, montagne piémontaise emblématique, des contreforts de laquelle coule le Pô, qui est célébrée par une collection singulière de tableaux de nombreux peintres des XIXe et XXe siècles rassemblés par l’épouse de Salvo.

Gaetano Previati, Dans la prairie (Il mattino) (1889-1890 ; huile sur toile ; Florence, galeries des Offices, galerie d'art moderne du palais Pitti)
Gaetano Previati, Nel prato (Le matin) (1889-1890 ; huile sur toile ; Florence, Galerie des Offices, Galerie d’art moderne Palazzo Pitti)


Giuseppe Pellizza da Volpedo, Lo specchio della vita (E ciò che fa una, e l'altre fanno) (1895-1898 ; huile sur toile Turin, GAM - Galleria Civica d'Arte Moderna e Contemporanea)
Giuseppe Pellizza da Volpedo, Lo specchio della vita (E ciò che fa una, e l’altre fanno) (1895-1898 ; huile sur toile, Turin, GAM - Galleria Civica d’Arte Moderna e Contemporanea)


Felice Casorati, Paysage toscan (1929 ; huile sur bois ; Turin, GAM - Galleria Civica d'Arte Moderna e Contemporanea)
Felice Casorati, Paysage toscan (1929 ; huile sur bois ; Turin, GAM - Galleria Civica d’Arte Moderna e Contemporanea)


Giorgio de Chirico, Intérieur métaphysique (avec arbres et cascade) (1918 ; huile sur toile ; Turin, Caterina Bottari Lattes)
Giorgio de Chirico, Intérieur métaphysique (avec arbres et cascade) (1918 ; huile sur toile ; Turin, Caterina Bottari Lattes)

Informations

Billets : plein tarif 14 euros, tarif réduit 10 euros (pour les groupes de minimum 6 et maximum 12 personnes), tarif réduit pour les enfants 5 euros (pour les moins de 21 ans et les étudiants universitaires de moins de 26 ans), tarif réduit pour les écoles 4 euros (classes de minimum 6 et maximum 12 élèves, un billet gratuit pour 12 élèves), gratuit pour les enfants de moins de 6 ans, accompagnement des personnes handicapées, Abbonamento Musei Torino Piemonte, détenteurs de la carte Torino+Piemonte, Passaporto culturale, conventions diverses. Pour plus d’informations, visitez le site de la Venaria Reale.

De Pellizza à De Chirico, une grande exposition sur le paysage du XVIIIe siècle à nos jours à la Venaria Reale
De Pellizza à De Chirico, une grande exposition sur le paysage du XVIIIe siècle à nos jours à la Venaria Reale


Avertissement : la traduction en anglais de l'article italien original a été réalisée à l'aide d'outils automatiques. Nous nous engageons à réviser tous les articles, mais nous ne garantissons pas l'absence totale d'inexactitudes dans la traduction dues au programme. Vous pouvez trouver l'original en cliquant sur le bouton ITA. Si vous trouvez une erreur,veuillez nous contacter.